Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
L'Évangile est une puissance de Dieu pour le Salut de quiconque croit (Romains 1 : 16)

Articles récents

Le monde selon la Bible (2)

27 Février 2015

Le jugement du monde est prononcé, mais son exécution différée : Le monde a manifesté toute son hostilité contre Jésus-Christ le Fils de Dieu, envoyé du Ciel par Dieu son Père ; le monde a rejeté le témoignage de Dieu le Père au sujet de son Fils Jésus. Alors, comme en un dernier appel, la voix de Dieu le Père se fait entendre, proclamant la satisfaction qu’Il a trouvée en son Fils Jésus et la gloire de Sa Personne excellente : « Et je l’ai glorifié, et je le glorifierai de nouveau » (Jean 12 : 28). Jésus a été glorifié au tombeau de Lazare (Jean 11 : 4, 40), Il sera glorifié dans sa propre résurrection (Romains 6 : 4). « Cette voix n’est pas venue pour moi, mais pour vous », dit le Seigneur à la foule (Jean 12 : 30). La présentation du Fils de Dieu au monde a été complète, mais le monde refuse d’accepter le témoignage de Dieu le Père au sujet de son Fils Jésus-Christ, aussi il ne reste pour le monde que le jugement : « Maintenant est le jugement de ce monde » (Jean 12 : 31). En rejetant le Christ Jésus, le monde se condamnait lui-même. Le Jugement sera exécuté plus tard, mais il est déjà prononcé ! Quelle folie par conséquent que de chercher à améliorer ce monde ! En attendant que le Jugement soit exécuté, Dieu y fait annoncer son Évangile pour en retirer tous ceux qui L'acceptent en se tournant vers Jésus-Christ afin d’être sauvés. Car « Jésus s'est donné lui-même pour nos péchés, afin de nous arracher de l'actuel monde mauvais, selon la volonté de notre Dieu et Père, à qui soit la gloire aux siècles des siècles ! Amen !» (Galates 1 : 4). Le Seigneur Jésus déclare qu’Il n’est pas venu dans le monde pour le juger mais tout au contraire pour le sauver : « Je ne suis pas venu afin de juger le monde, mais afin de sauver le monde » (Jean 12 : 47, Jean 3 : 17). Le Fils de Dieu a été rejeté et crucifié par le monde qui demeure coupable de ce crime et c’est le motif de son jugement, effectivement prononcé à la croix et dont l’exécution est différée tant que dure le jour de la grâce, pendant lequel le salut est offert à « quiconque croit ».

Le Seigneur Jésus quitte le monde : Le Seigneur Jésus s’adressa à ses disciples seuls, aux « siens » qu’Il va laisser dans ce monde ennemi alors que, pour Lui, « son heure est venue pour passer de ce monde au Père » (Jean 13 : 1). Le monde ne le verra plus, mais ses rachetés, recevant de Lui sa Vie, Vie de résurrection, pourront Le voir dans sa Gloire et jouir éternellement de sa Personne, de Sa glorieuse présence : « Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus ; mais vous, vous me verrez ; parce que moi je vis, vous aussi vous vivrez » (Jean 14 : 19).
On sait que le monde s’est tourné vers un autre chef, le Diable qui est le père du mensonge.
Mais après sa mort, sa résurrection et son ascension glorieuse, Jésus-Christ a envoyé ici-bas le Consolateur (le Saint-Esprit), « l’Esprit de vérité, qui procède du Père », et sa présence sur la terre est, pour le monde, une conviction de péché, et de justice, et de jugement : « de péché, parce qu’ils ne croient pas en Jésus ; de justice, parce que Jésus s’en va à son Père, et qu'il ne Le verrai plus ; de jugement, parce que le chef de ce monde (Satan) est jugé » (Jean 15 : 26 ; 16 : 7-11).

Les croyants en Jésus auront de la tribulation dans le monde : Dans ce monde où ils ont maintenant à cheminer, les enfants de Dieu rencontrent des tribulations, précisément parce que ce monde est un lieu où règnent le péché et la mort, une scène de ténèbres morales, le domaine de Satan. Jésus ne leur a-t-Il pas dit : « Vous aurez de la tribulation dans le monde ; mais ayez bon courage, moi j’ai vaincu le monde » (Jean 16 : 33) ?
Nous pouvons ainsi aller en paix, car nous sommes gardés et soutenus par Jésus-Christ le grand Vainqueur du monde, Celui qui a triomphé du monde et de Satan le prince de ce monde. Si ce monde est gouverné suivant des principes opposés à Dieu, quant à Jésus, du commencement à la fin de sa course ici-bas, Il a toujours agi dans l’obéissance à la volonté de Dieu son Père, dans sa dépendance entière. Cette obéissance à Dieu son Père fut constamment la règle de ses actions et Il l’a fait triompher de tous les principes du monde. En ce sens, Jésus a « vaincu le monde ».

Nous enfants de Dieu, Jésus nous appelle à Le suivre dans le même sentier, vivant de la même vie ; nous irons ainsi pleins de courage et d’énergie et, dans ce monde, nous serons alors des vainqueurs et nous pouvons aussi aller sans crainte. De ce monde coupable et déjà jugé, Jésus, dans sa grâce, a sauvé tous ceux qui Le reçoivent comme Seigneur et Sauveur de leur vie. Et Jésus dit : « je ne mettrai point dehors celui qui vient à moi... » (Jean 6 : 37-39). Ceux-là sont encore dans le monde mais ils ne sont pas du monde. C’est pour eux que le Seigneur prie son Père « ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde » (Jean 17 : 6, 9, 11, 14-16).

Le monde n’a pas connu, mais connaîtra un jour : « Le monde ne t’a pas connu », dit Jésus à son Père (Jean 17 : 25). Oui, le monde n’a pas connu Jésus le Fils ainsi que Dieu le Père et il ne pouvait connaître le Père puisqu’il ne connaissait pas le Fils, venu Le révéler. Plus tard même si ça sera trop tard, le monde connaîtra... Il connaîtra que Dieu le Père a envoyé Jésus son Fils et qu’Il nous a aimés, nous ses rachetés, du même amour dont Il aime son Fils (Jean 17 : 23). « Car il est écrit : Je suis vivant, dit le Seigneur, tout genou fléchira devant moi, Et toute langue donnera gloire à Dieu » (Romains 14 : 11). S'agissant de Jésus-Christ, nous lisons « C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père » (Philippiens 2 : 9-11)

Nous avons vu, à grands traits, ce que l’Évangile selon Jean, nous enseigne au sujet du monde. Que la méditation de ces différents passages nous conduise à mieux réaliser le véritable caractère du monde dans lequel nous avons à cheminer, à y vivre dans une sainte séparation, attachés à Jésus, Celui qui y est venu en grâce, qui y a marché mais pouvait dire en vérité : « Je ne suis pas du monde... ». Puissions-nous manifester, dans nos cœurs d’abord, dans notre marche pratique aussi, que nous ne sommes pas du monde, comme Lui Jésus n’en était pas !

Le monde selon la Bible (1)

26 Février 2015 Publié dans #Divers

Jésus-Christ, le Fils de Dieu, venu dans le monde : L'Évangile nous présente le Fils de Dieu venu dans le monde, venu pour y faire connaître le seul vrai Dieu de l'Univers que jamais personne ne vit. En lisant dans Jean 1 : 1-18, nous voyons que : « Jésus est l'expression de ce que Dieu est, Il est "la Parole de Dieu". Jésus est la Parole qui était "au commencement", affirmation de son existence éternelle ; qui était "avec Dieu", par conséquent Personne distincte ; et qui "était Dieu", donc Lui-même. "Toutes choses furent faites par elle (la Parole, Jésus-Christ), et sans elle pas une seule chose ne fut faite de ce qui a été fait". "Le monde fut fait par lui (Jésus)", et Jésus vint dans le monde, mais "le monde ne l’a pas connu" ». Cette déclaration est faite dès le début de l’Évangile selon Jean. Cependant, c’est à ce monde éloigné de Dieu et en vue du salut du monde que Jean présente Jésus dans son Évangile. Jésus vient dans ce monde comme un don de Dieu au monde et parce que Dieu a aimé le monde : « Car Dieu a tant aimé le monde, qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3 : 16).

Le monde où règne le péché : Ce qui caractérise ce monde, en premier lieu, c’est le péché qui y règne. Il y est entré par la désobéissance du premier homme, Adam. Ainsi, « le monde entier est sous la domination du malin » (1 Jean 5 : 19). En rapport avec ce fait, Jésus est nommé par Jean le baptiseur comme « l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde » (Jean 1 : 29). Tel est son caractère et cela sans qu’il soit question ici du moment où la chose sera pleinement et complètement réalisée. C'est sur la croix que Jésus, l’Agneau de Dieu, va être immolé et, en vertu de son sacrifice expiatoire, le péché du monde sera ôté.

Un monde perdu : Un autre trait du monde, conséquence du premier, c’est qu’il est perdu. Aussi, c’est d’un Sauveur parfait et sans tâche qu’ont besoin les êtres humains de ce monde. Et c'est Jésus qui est ce parfait Sauveur du monde. « Lui (Jésus Christ) est la propitiation pour nos péchés, et non pas seulement pour les nôtres, mais aussi pour le monde entier » — « Le Père a envoyé le Fils pour être le Sauveur du monde » (1 Jean 2 : 2 ; 4 : 14). Ce salut est offert au monde entier, mais il est seulement la part de « quiconque croit » (Jean 3 : 16, 36 ; Actes 13 : 39).

La haine du monde : Venu sur une scène de péché et parmi des hommes pécheurs, perdus et spirituellement morts, quel accueil le Seigneur Jésus y a-t-Il reçu ? « Le monde ne l’a pas connu » (Jean 1 : 10). Jésus y a été un étranger ; davantage encore, Jésus a été l’objet de la haine de ce monde parce qu’Il rendait témoignage du véritable état du monde. C’est ainsi que Jésus pouvait déclarer : « Le monde ne peut pas vous haïr ; mais il me hait, parce que moi je rends témoignage de lui que ses œuvres sont mauvaises » et, plus tard, Il dira encore : « Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haï avant vous. Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui serait sien ; mais parce que vous n’êtes pas du monde, mais que moi je vous ai choisis du monde, à cause de cela, le monde vous hait » (Jean 7 : 7 ; 15 : 18, 19).

La lumière du monde, c'est le Seigneur Jésus, puis les croyants en Jésus.
Aveuglé, ce monde ne « reconnaît » pas Jésus, Celui qui est venu pour ôter son péché, assurer son salut, lui apporter la vie ; il est plongé dans les ténèbres morales les plus profondes, ne discernant pas en Jésus Celui qui est « la lumière du monde ». Pourtant, Jésus a dit : « Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera point dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie ». Et Jésus dira encore : « Pendant que je suis dans le monde, je suis la lumière du monde » (Jean 8 : 12 ; 9 : 5). Jésus était venu ici-bas comme étant la lumière, afin de manifester ce qu’il y a dans le cœur de l’être humain mais aussi pour apporter la vie, car « la vie était la lumière des hommes » (Jean 1 : 4). Rejeté par ce monde, crucifié, ressuscité et monté au Ciel, les croyants en Jésus (les enfants de Dieu) sont appelés à faire face à la responsabilité qui leur incombe comme étant « la lumière du monde » (Matthieu 5 : 14). Ils ne le peuvent que dans la mesure où ils réalisent pratiquement qu’ils sont « lumière dans le Seigneur » (Éphésiens 5 : 8).

À suivre...

Accepter la Grâce de Dieu‏‏

25 Février 2015 Publié dans #EVANGILE

S'il est une question fondamentale, c'est celle de notre condition devant Dieu. Comment des êtres coupables et tellement limités, tels que nous êtres humains, pourraient-ils en faire assez pour apaiser un Dieu offensé et s'attirer ses faveurs ? Impossible ! Mais si le mot “Évangile” signifie “Bonne Nouvelle”, ce n'est pas pour rien : c'est Dieu fait grâce, Il nous offre la réconciliation gratuitement.
Dieu est Celui qui donne, qui aime et qui, parce qu'il est Dieu, ne demande rien en retour. Mais nous devons être reconnaissants à Dieu pour tous les dons qu'Il nous offre ; et des actions de grâce et de reconnaissance envers Lui doivent s'élever du fond de notre coeur.

La grâce, par définition, est un acte gratuit. Il suffit de l'accepter et de remercier Dieu pour ce cadeau. Est-ce trop simple ? Vouloir faire quelque chose pour être sauvé, c'est vivre dans l'insupportable angoisse de n'avoir pas fait assez, et s'enfermer dans une série de règles dont on croit qu'elles sont source de salut. Ainsi, l'on nie l’Évangile de la Grâce, la Toute-Puissance de l'Amour du Dieu Sauveur, et l'on refuse de croire à la certitude de ses promesses, parce que l'orgueil ne veut pas céder.
Pourtant, Dieu m'aime, et Il nous aime tous ! Il a démontré que nous sommes pécheurs : “Il n'y a pas de juste, non, pas même un seul… tous ont péché” (Romains 3. 11, 23). Mais le parfait Amour de Dieu pour nous a éclaté à la croix, quand Il a chargé son propre Fils Jésus du châtiment que méritaient tous nos actes mauvais, tous nos péchés. C'est le prix payé par Jésus Christ qui permet à Dieu de nous faire grâce. Dieu nous sauve par pure grâce !

Nous-mêmes, ne comptons plus sur nos bonnes œuvres pour être sauvés, mais que ces bonnes oeuvres soient la manifestation de notre reconnaissance envers Dieu. Ne doutons plus de l'Amour parfait de Dieu à notre égard. Croyons tout simplement que le sacrifice de Jésus-Christ à la croix, suffi pour que nous vivions d'une Vie Nouvelle et Éternelle, dès maintenant et pour toujours.

La foi chrétienne est la seule foi véritable

24 Février 2015 Publié dans #Salut, #EVANGILE

« La foi chrétienne est la seule foi véritable » : Si cette déclaration vous semble étroite d’esprit, sachez que la Bible, la Parole de Dieu, nous dit : « Car étroite est la porte et étroit est le chemin qui mène à la vie… » (Matthieu 7 : 14).

Un vrai chrétien est, en fait, un enfant de Dieu, un membre du corps du Christ, à qui Dieu a donné une nouvelle vie en Jésus-Christ. C'est quelqu’un qui s’est repenti et qui fonde sa foi et sa confiance entièrement dans la personne de Jésus-Christ pour son Salut et « il n'y ajoute rien » (voir dans (2) un mélange fatal).
La véritable foi chrétienne est le fait que, sachant que nous avons péché contre le seul vrai Dieu trois fois Saint, méritant la mort étenelle et que nous ne pouvons pas par nous-mêmes nous sauver de nos péchés, nous plaçons toute notre confiance dans le fait que Jésus est mort sur la croix à notre place pour payer le prix de nos propres péchés et qu’Il est ressuscité afin d’obtenir la Victoire sur la mort et donner la Vie Éternelle à tous ceux qui se repentent de leurs péchés et qui placent leur confiance en Lui pour être sauvés.

Les êtres humains ne peuvent pas être sauvés n’importe comment ou selon des critères qu'ils auraient définis eux-mêmes. Dieu est Dieu et c’est Lui seul notre Créateur qui a décidé de la manière dont les êtres humains peuvent être sauvés. Nos opinions personnelles n’ont pas la moindre importance en ce qui concerne le plan du salut. Les êtres humains peuvent s’inventer autant de fausses religions qu’ils veulent, aucune ne le mènera au seul vrai Dieu trois fois Saint. Pour être sauvé, chaque être humain doit venir à Dieu par le seul Chemin du Salut qu'Il a Lui-même tracé : c’est par son Fils Jésus-Christ et par Lui seul. Jésus-Christ est le seul chemin qui mène vers Dieu. Jésus a dit : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul (personne) ne vient au Père que par moi » (Jean 14 : 6).
Un être humain ne peut pas être sauvé en étant simplement une « personne bienveillante » (qu’importe ce que cela puisse représenter à ses yeux). « Dieu nous a sauvés, non à cause des oeuvres bonnes que nous aurions faite, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération (la nouvelle naissance) et le renouvellement du Saint-Esprit » (Tite 3 : 5). Ce n’est pas ce que nous faisons qui nous sauve, c’est ce que Jésus a fait et a accompli parfaitement pour nous à la croix, et chaque être humain doit mettre sa confiance en Jésus-Christ pour être sauvé une fois pour toutes de ses péchés qui le mènent à la mort éternelle.
Si les êtres humains pouvaient venir à Dieu par un autre chemin que Jésus seul, pensons-nous sérieusement que Jésus se serait dépouillé de sa Gloire, serait entré dans un corps charnel pour passer 33 ans dans la misère de ce monde, s’exposant au mépris, subissant la moquerie et les crachats… frappé, flagellé, une couronne d’épines enfoncée sur la tête, l’agonie de la crucifixion et une lance qui Lui transperce le flanc… Pensons-nous sérieusement qu’il allait subir sur la croix l'horreur de la mort éternelle pour ensuite ressusciter d'entre les morts ? Non ! Mais, Jésus a fait tout cela parce qu’il n’y avait aucun autre chemin, aucun autre moyen de réconcilier l’humanité pécheresse avec le seul vrai Dieu Saint et Amour, notre Créateur.

Il n’y a vraiment aucune comparaison possible entre le vrai christianisme et toutes les fausses religions de ce monde. Le vrai christianisme leur est de très loin supérieur. En réalité, le vrai christianisme n’est pas une religion, mais c'est une foi vivante, dynamique, basée sur une relation personnelle et intime avec le seul vrai Dieu qui s'est révélé à travers son Fils Jésus-Christ, Lui qui est le Créateur et le Sauveur de ce monde perdu.

NB : Après, vous pouvez CLIQUER ICI si vous voulez savoir la différence entre l'Évangile et la religion.

POUR QUELLES RAISONS LE VRAI CHRISTIANISME POSSÈDE T-IL LA SEULE FOI VÉRITABLE ?

1. L’Évangile (la Bonne Nouvelle du Salut en Jésus-Christ) a été prophétiquement annoncé dans le jardin d’Eden (Genèse 3 : 15). Le christianisme n’a pas succombé au test du temps. Seul le seul vrai Dieu, le Dieu de la Bible, est le véritable Dieu qui est toujours et éternellement adoré dans le monde entier et dans le Ciel par tous ceux qui Lui appartiennent. Que son nom soit éternellement loué !

2. Seul le vrai christianisme garantit le Salut. Les fausses religions de ce monde ne le peuvent jamais. Savons-nous pourquoi ? Parce que précisément, elles sont totalement fausses. Elles ont été fondées sur le mensonge provenant directement du Diable. Comment quelque chose de faux pourrait-il garantir quoi que ce soit ?

3. Seul le vrai christianisme offre une solution définitive au problème du péché de l’humanité. Aucune autre religion ne peut donner une solution définitive au problème du péché de l'humanité. Ceux qui ont fondé les religions du monde (ou philosophies…) n’ont pas payé le prix des péchés. Aucun d'entre eux ne l’a jamais prétendu et aucun n’est mort pour nos péchés ! Seul le Seigneur Jésus-Christ, qui est Saint, l’a fait, Lui seul ! Comment des êtres humains pécheurs auraient-ils pu sauver qui que ce soit alors qu’eux-mêmes avaient besoin de ce salut ?

4. Seul le vrai christianisme offre une relation directe et personnelle avec le seul vrai Dieu, avec le Créateur. Aucune autre religion dans ce monde n’offre de relation directe et intime avec le seul vrai Dieu. Dans le christianisme, le seul vrai Dieu, le Tout-Puissant, le Créateur de l’univers… devient notre propre Père ! Nous qui avons reçu dans notre vie le seul vrai Dieu en mettant notre confiance en son Fils Jésus-Christ, nous sommes adoptés dans sa famille et nous devenons ses enfants légitimes ! Par Jésus-Christ, nous sommes au bénéfice d’un accès direct et illimité au Trône de Dieu. Bien plus, avec le vrai christianisme, Dieu Lui-même vient vivre en nous par le Saint-Esprit qui nous marque éternellement de son sceau. Avoir la Présence de Dieu en nous est l’expérience la plus merveilleuse et la plus joyeuse au monde.

5. Seule la véritable foi chrétienne garantit la Vie Éternelle en Jésus-Christ. Jésus-Christ est la seule et véritable Vie. À part le vrai christianisme (centré sur le seul vrai Dieu et sur Sa Parole), toutes les autres religions du monde sont fausses. Jésus-Christ est la Vie Éternelle et Lui seul offre la Vie Éternelle aux êtres humains. Jésus-Christ est le seul et unique Sauveur du monde, Lui seul a vaincu la mort… Il est éternellement Vivant !

Nous êtres humains, voulons-nous chacun expérimenter ce qu’il y a de meilleur dans ce monde ? Voulons-nous que le seul vrai Dieu de l'univers qui est le Tout-Puissant vienne Lui-même habiter éternellement en nous ? Voulons-nous une preuve que Jésus-Christ est Vivant ? Alors, si ce n'est pas encore fait, invitons le seul vrai Dieu de l'Univers à entrer dans notre cœur. Croyons que Jésus est Vivant et Il transformera notre vie à jamais si nous Le mettons au centre de notre vie.

Le pardon des péchés

23 Février 2015 Publié dans #Pardon des péchés

Le mot “pardonner” veut dire tout effacer, faire table rase, faire grâce, annuler une dette. Lorsque nous faisons du tort à quelqu’un, nous recherchons son pardon afin de rétablir la relation qui a été brisée. Le pardon n’est pas accordé parce qu’un coupable mérite d’être pardonné. Personne ne mérite d’être pardonné. Le pardon est un acte d’amour, de miséricorde et de grâce. Le pardon est une décision de ne garder aucune rancœur envers une personne, malgré ce qu’elle nous a fait.
La Bible nous dit que nous avons tous besoin du pardon de Dieu car nous avons tous commis des péchés contre Dieu. Ecclésiaste 7 : 20 proclame “Non, il n’y a sur la terre point d’homme juste qui fasse le bien et qui ne pèche jamais.” 1 Jean 1 : 8 déclare “Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous.” Tout péché est essentiellement un acte de rébellion contre Dieu (Psaume 51 : 4). En conséquence, nous avons désespérément besoin du pardon de Dieu. Et si nous nous détournons ou négligeons le seul moyen établi par Dieu pour que nos péchés soient pardonnés, nous en subiront éternellement les conséquences (Matthieu 25 : 46; Jean 3 : 36).

Dieu ne passe pas à la légère sur le péché et ne tient pas le coupable pour innocent (Nombres 14. 18). Saint et Juste, Dieu ne peut pardonner les péchés que s'Il a une quittance attestant le paiement de la dette. Quel est donc le prix exigé par Dieu pour le pardon des péchés ? Le voici : « Sans effusion de sang, il n'y a pas de rémission » (Hébreux 9. 22), pas de pardon. Oui, il faut le sang d'une victime parfaite qui, étant sans péché, peut expier par son sacrifice tous les péchés de l'humanité. Seul « le sang de Jésus Christ... nous purifie de tout péché » (1 Jean 1. 7). « Par une seule offrande, Christ nous a rendus parfaits à perpétuité » (Hébreux 10. 14).

Comment puis-je l’obtenir ?

Heureusement pour nous êtres humains, Dieu est le Dieu d’amour et de miséricorde – prêt à pardonner nos péchés ! 2 Pierre 3 : 9 nous dit : « …Il use de patience envers nous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais voulant que tous arrivent à la repentance ». Oui, Dieu désire nous pardonner, alors Il nous a donné le moyen d’y parvenir.

La seule peine juste et équitable pour le pardon de nos péchés, c’est la mort. Romains 6 : 23a nous déclare que « le salaire du péché, c’est la mort… ». La mort éternelle est la conséquence que nous méritons pour nos péchés. Mais Dieu, dans Son plan parfait, s’est fait homme – en Jésus-Christ (Jean 1 : 1, 14). Jésus est mort sur la croix, prenant sur Lui la condamnation que nous méritons – la mort. 2 Corinthiens 5 : 21 nous enseigne que « Celui qui n’a point connu le péché, Il L’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en Lui justice de Dieu ». Jésus est mort sur la croix, prenant sur Lui la punition qui nous était due ! Puisque Jésus est Lui-même Dieu, à travers sa mort sur la croix et sa résurrection, le pardon des péchés est disponible pour toute l’humanité ; mais il est seulement accordé à quiconque croit et se confie entièrement en Jésus pour être sauvé. 1 Jean 2 : 2 proclame que « Jésus est lui-même une victime expiatoire pour nos péchés, non seulement pour les nôtres, mais aussi pour ceux du monde entier ». Jésus est ensuite ressuscité, proclamant ainsi sa victoire sur le péché et sur la mort (1 Corinthiens 15 : 1-28). Gloire à Dieu de ce que que, par la mort et la résurrection de son Fils Jésus-Christ, Romains 6 : 23b dit : « …mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur ». Personne ne peut pas gagner le pardon le Dieu. Personne ne peut pas acheter le pardon de Dieu. On ne peut que le recevoir, par la foi en Jésus, à cause de la grâce et la miséricorde infinies que Dieu nous a manifesté à travers son Fils Jésus.

Tout ce que Dieu demande au pécheur repentant, c'est qu'il croie à la valeur infinie du sacrifice de Christ. Dieu Lui-même s'est montré satisfait de la perfection du sacrifice accompli : il a ressuscité Jésus et l'a fait asseoir à sa droite. Désormais, nous ne craignons ni les attaques perfides de Satan, ni la juste colère de Dieu contre le péché.
Mais, si quelqu'un ne veut pas croire en Dieu, un jour, il rencontrera le seul vrai Dieu. Dieu le trouvera (Nombres 32. 23) et, devant le grand trône blanc, Celui dont il a refusé la Grâce prononcera sur lui une juste condamnation (Apocalypse 20. 11).
« Comment échapperons-nous, si nous négligeons (ou : méprisons) un si grand salut ? » (Hébreux 2. 3).

Relations privilégiées avec Dieu‏

21 Février 2015 Publié dans #Divers

Dieu a créé les êtres humains à son image (Genèse 1 : 26-27) pour avoir avec eux des relations privilégiées comme un père avec ses enfants. Mais très vite l'être humain a gâché cette relation en désobéissant à Dieu. Un gouffre profond s'est creusé entre Dieu et sa créature : plus de possibilité pour celle-ci d'aller vers Dieu. Il a fallu à l'être humain d'entendre cette terrible déclaration : "Vos iniquités ont fait séparation entre vous et votre Dieu" (Esaïe 59 : 2). L'être humain restera-t'il alors pour toujours loin de Dieu ?
De lui-même, l'être humain ne peut en aucune manière trouver à nouveau de vraies relations avec Dieu. Mais notre Dieu Créateur aime ses créatures. Il leur donne le moyen de s'approcher de Lui : "Vous qui étiez autrefois loin, vous avez été approchés par le sang du Christ", dit l'apôtre Paul (Ephésiens 2 : 13). Jésus Christ, par son oeuvre parfaite à la croix et son sang versé, est le seul Chemin qui conduit vers Dieu, vers la Vie Éternelle.
Dieu veut notre bonheur. Venons à Lui par le chemin qu'il nous indique ; nous goûterons une paix profonde et la joie de le connaître comme notre Dieu Sauveur et comme notre Père. La relation avec Lui sera toute nouvelle et tellement heureuse.

Loin de ta présence, l'être humain est-il banni ?
Non, ta Grâce immense a tout aplani.
Ô Dieu sans limite, qu'on ne peut toucher,
Ton coeur nous invite à nous approcher.

Quiconque peut être sauvé pour toujours‏

21 Février 2015 Publié dans #Salut

« Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle » (Jean 3.16).
Lorsque Dieu a envoyé son Fils Jésus-Christ sur la terre, Il a ouvert la porte du Salut pour quiconque veut croire et mettre sa confiance en Lui. Cela signifie que chaque être humain peut devenir un des enfants de Dieu et recevoir dès maintenant la Vie Éternelle !

Ne sommes-nous pas heureux de savoir que le Seigneur Jésus-Christ n'est pas venu seulement pour certaines catégories de personnes mais pour tout le monde sans exeption ? Et que Dieu n'a pas imposé toute une série de règles et de commandements pour conditionner le Salut ? Mais qu'Il offre gratuitement le Salut en son Fils Jésus-Christ pour tous ceux qui le reçoivent par la foi.
Avant la Venue de Jésus, les gens devaient observer beaucoup de lois afin d'être suffisamment saints pour pouvoir entrer dans le Temple. Ils devaient sans cesse offrir des sacrifices pour la rémission de leurs péchés, simplement afin de se rapprocher de la présence de Dieu. Mais, même dans ces cas-là, leurs péchés n'étaient que couverts.
Mais Jésus est venu pour nous sauver, Lui le sacrifice ultime, et son sang précieux n'a pas seulement couvert les péchés de ceux qui l'ont accepté comme Seigneur et Sauveur de leur vie, mais il les a purifiés, effacés à tout jamais. À présent, au lieu d'aller au Temple seulement pour s'approcher de Dieu, la Bible dit que, nous qui avons mis toute notre confiance en Jésus, nous sommes le temple et que Dieu choisit de vivre en nous par le Saint-Esprit qui nous a éternellement marqués de son sceau.
Tous les jours de notre vie, remercions le seul vrai Dieu pour sa compassion et pour le don parfait du salut offert à quiconque croit et place sa confiance en Jésus. Et lorsque nous célébrons Noël et tous les jours aussi, souvenons-nous que Jésus est l'ultime Cadeau offert par le Dieu d'Amour.
Merci à Dieu notre Père céleste d'avoir envoyé son Fils Jésus sur la terre afin que nous puissions être sauvés par son sacrifice à la croix. Merci à Jésus-Christ d'avoir ouvert la porte de la vie éternelle pour tous ceux qui se repentent de leurs péchés et Le reçoivent par la foi.

(2) Les âmes des enfants de Dieu dans l'éternité

20 Février 2015 Publié dans #Retour de Jésus, #Paradis

B) LES ÂMES DES ENFANTS DE DIEU APRÈS LA MORT DE LEUR CORPS HUMAIN :
Dans leur état intermédiaire
:
Ceux qui étaient dans « le sein d'Abraham » avant la mort de Jésus sur la croix et sa résurection sont maintenant « auprès du Seigneur Jésus » dans le Ciel, dans le Paradis. Le Seigneur Jésus, à la croix, disait au brigand : «
Je te le dis en vérité, aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis » (Luc 23. 43). L'apôtre Paul dit : « Nous savons qu'en demeurant dans ce corps, nous demeurons loin du Seigneur, car nous marchons par la foi et non par la vue. Nous sommes pleins de courage et nous aimons mieux quitter ce corps et demeurer auprès du Seigneur » (2 Corinthiens 5. 6-8) ; « Christ est ma vie et mourir m'est un gain... Je suis pressé des deux côtés; j'ai le désir de m'en aller et d'être avec Christ, ce qui est de beaucoup meilleur » (Philippiens 1. 21-23).
L'auteur de l'épître aux Hébreux parle des « esprits des justes parvenus à la perfection » (Hébreux 12. 23), ce qui veut dire qu'après la mort, notre progression dans le chemin de la sanctification sera terminée. Lorsque nous serons dans le Ciel auprès du Seigneur Jésus, nous jouirons éternellement de la glorieuse présence infinie de Dieu :
« Mais je sais que mon rédempteur est vivant, et qu'il se lèvera le dernier sur la terre. Après que ma peau aura été détruite, moi-même en personne, je contemplerai Dieu. C'est Lui que moi je contemplerai, que mes yeux verront, et non quelqu'un d'autre » (Job 19. 25-27) ;
« Étienne, rempli d'Esprit Saint, fixa les regards vers le ciel et vit la gloire de Dieu. Il dit : Voici, je vois les cieux ouverts et le Fils de l'homme debout à la droite de Dieu . Ils lapidèrent Etienne qui priait et disait : Seigneur Jésus, reçois mon esprit » (Actes 7. 55-59) ;
« Je suis persuadé que ni la mort ni la vie, ni les anges, ni les dominations, ni le présent, ni l'avenir, ni les puissances, ni les êtres d'en-haut, ni ceux d'en-bas, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu en Christ Jésus notre Seigneur » (Romains 8. 38-39).
Dans ces versets ci-dessus, les âmes des enfants de Dieu après la mort de leur corps humain sont conscientes. Lazare, dans « le sein d'Abraham », était conscient
(Luc 16. 19-31). Oui, après la mort, les âmes des enfants de Dieu sont au Ciel, dans la glorieuse présence de Dieu, ayant le bonheur et le repos éternel (Apocalypse 14. 13), et attendant la résurrection de leur corps qui aura lieu au Retour de Jésus. Sachons donc que les enfants de Dieu qui quittent ce monde entrent immédiatement dans la présence de Dieu au Ciel, dans Sa Gloire. Mais nous pouvons nous poser la question à savoir : À quoi ressemblerons-nous lorsque notre âme et notre esprit sera au Ciel dans la Gloire de Dieu, et que nous n'aurons pas encore reçu notre corps ressusctité et glorifié ? Réponse théologique : Nous ne le savons pas encore. Mais nous savons que ça sera infiniment merveilleux.

Dans leur état final
La Bible parle étonnamment peu de l'état intermédiaire des âmes des enfants de Dieu. En revanche, tout est centré sur le Retour de Jésus-Christ qui amènera les enfants de Dieu à la résurrection de leur corps. Une étude approfondie de
2 Corinthiens 5. 1-9 montre qu'il est question d'espérance dans le « revêtement » d'un corps de résurrection immortel, soit par la transformation instantanée des enfants de Dieu encore sur terre lors du Retour de Christ, soit par la résurrection des enfants de Dieu déjà décédés à ce moment-là.
Lors de son Glorieux Retour et en un instant, Jésus-Christ, « au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront en premier. Ensuite nous, les vivants serons enlevés ensemble avec eux dans les nuées, à la rencontre du Seigneur » (1 Thessaloniciens 4. 15-18) pour être éternellement avec Lui dans sa gloire avec nos corps glorifiés. Notre être tout entier, corps, âme et esprit, ayant été « conservé sans reproche pour le Retour de notre Seigneur Jésus » (1 Thessaloniciens 5. 23) aura été réunifié en un « corps spirituel » (1 Corinthiens 15. 44; 35-58). Oui, c'est sûr et certain qu'en ce jour, nous irons avec Jésus-Christ dans la joie infinie et éternelle qui se trouve dans la demeure de Dieu au Ciel.
Les récompenses promises par le Seigneur Jésus nous serons distribuées (Luc 14. 14 ; 2 Timothée 4. 8) à son Tribunal. Nous trouverons pleinement notre joie infinie dans le seul vrai Dieu, en Jésus-Christ. Nous participerons au grand festin des Noces de l'Agneau et nous nous réjouirons infiniment du Seigneur Jésus-Christ, l'Agneau de Dieu
(Apocalypse 19 : 6-9). Nous serons réunis autour du trône de l'Agneau de Dieu pour chanter éternellement « des cantiques nouveaux » en rendant gloire à l'Agneau divin qui « a été immolé et est digne de recevoir puissance, richesse, sagesse, force, honneur, gloire et louange ». Nous adorerons pleinement « celui qui est assis sur le trône et l'Agneau à qui sont dus la louange, l'honneur, la gloire et le pouvoir aux siècles des siècles » (Apocalypse 5. 11-14).

Cher lecteur, si vous n'avez pas encore saisi la main de votre Sauveur Jésus-Christ, faites-le maintenant. Jésus nous dit : « Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, même s'il meurt. Et quiconque vit et croit en moi, ne mourra jamais » (Jean 11. 25-26).
Nous enfants de Dieu, suivons donc le Seigneur Jésus et « revêtons les armes de la lumière. Marchons honnêtement, comme en plein jour »
(Romains 13. 11-14). « Nous sommes donc toujours pleins de confiance. C'est pour cela aussi que nous nous efforçons de lui être agréables, soit que nous demeurions dans ce corps, soit que le quittions. Car il nous faut tous [nous les enfants de Dieu] comparaître devant le tribunal de Christ, afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu'il aura fait, étant dans son corps » (2 Corinthiens 5. 6-10).

(1) La mort et les âmes des êtres humains dans l'éternité

19 Février 2015 Publié dans #La mort, #Enfer

Très chèr(e)s lecteurs et lectrices, n'ayez pas peur de ce que, par la grâce de Dieu, je vais souvent vous parler de la mort et de ce qui va se passer après la mort pour les êtres humains. Dans ce monde, beaucoup de fausses idées concernant la vie après la mort naissent, alors que la Bible, la Parole de Dieu, est très claire sur ce sujet.
Demain, s'il plait à Dieu, je vais vous parler des âmes des enfants de Dieu dans l'éternité et du glorieux Retour de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ pour prendre avec Lui tous les enfants de Dieu.
Soyez abondament bénis en Jésus-Christ !

La Bible enseigne dès ses premières pages que la mort est une conséquence tragique de la chute de nos premiers parents (Adam et Ève). Ainsi, nous apprenons que cet acte de désobéissance a fatalement amené le péché et la mort dans le monde. Il a ainsi entraîné l'humanité dans la mort, et la création dans « l'asservissement de la corruption » (Romains 8. 21-22). Car « Le salaire du péché c'est la mort » (Romains 6. 23) ; et « Par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et ainsi la mort a passé sur tous les hommes, parce que tous ont péché » (Romains 5. 12-14).
Nous reconnaissons ainsi l'universalité du péché et de la mort qui atteint tous les êtres humains. Personne n'y échappe. La mort est irréversible et elle scelle définitivement le sort de chaque être humain. Les meilleurs soins, les cures de santé et la science la plus avancée, ne pourront jamais éliminer la mort physique.

La mort spirituelle :
Depuis la chute (le péché d'Adam et d'Ève), chaque être humain qui n'est pas né de nouveau est mort spirituellement (séparé de Dieu son Créateur). Cela veut dire que l'être entier de l'être humain est corrompu. Il est loin de Dieu, et son intelligence est enténébrée quant à la connaissance de Dieu : « Morts dans vos fautes et dans vos péchés; morts dans nos fautes » (Éphésiens 2. 1, 5) ; « Ils ont la pensée obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu à cause de l'ignorance qui est en eux et de l'endurcissement de leur coeur » (Éphésiens 4. 18).

La mort physique :
La mortalité du corps humain est la conséquence de la mort spirituelle de l'être humain depuis sa chute au jardin d'Eden : « Le salaire du péché, c'est la mort » (Romains 6. 23) ; « Il est réservé aux hommes de mourir une seule fois - après quoi vient le jugement » (Hébreux 9. 27). Le corps se décompose et retourne à la poussière : « Tu es poussière et tu retourneras à la poussière » (Genèse 3. 19).
C'est Dieu qui tient tout en main, même le jour de notre mort : « Tu leur retires le souffle; ils expirent et retournent dans leur poussière » (Psaumes 104. 29).
La Bible enseigne que la mort est un jugement de Dieu, une conséquence de la désobéissance d'Adam et Ève au jardin d'Eden. Nous avons tous péché et nous sommes tous « dignes de mort » (Romains 1. 32) et « le jugement d'une seule faute, aboutit à la condamnation » (Romains 5. 17). La mort est « le roi des terreurs », le terme ultime vers lequel nous marchons tous, selon Job 18.14. Elle est le signe de la défaite de notre humanité, et s'est constituée comme notre suprême ennemie (1 Corinthiens 15. 26). C'est pourquoi Jésus-Christ le Sauveur l'a attaquée de front, triomphant éternellement de ses liens par sa Résurrection et par la Vie impérissable qu'Il réserve à tous ceux qui Lui appartiennent. Oui « Celui qui croit en Jésus est passé de la mort à la vie » (Jean 5. 24)

Quand notre corps meurt et que notre âme s'en va :
L'être humain est un être tripartite : corps, âme et esprit (1 Thessaloniciens 5. 23). Un être humain va continuer son existence après la mort de son corps humain jusqu'à sa résurrection au Retour de Jésus, soit pour la vie éternelle au Ciel, soit pour la mort éternelle en Enfer :
- Le corps humain, dépouille mortelle, est appelé à retourner à la poussière. Genèse 3. 19 et Écclésiaste 12. 7 : « la poussière retourne à la terre ».
- L'âme (et l'esprit), séparée du corps, s'en va dans un lieu appelé « séjour des morts », qui est une sorte de salle d'attente pour la résurrection des corps. En
Luc 16. 19-31, le séjour des morts est caractérisé par une séparation infranchissable entre le lieu de tourments où se trouvent les perdus ; et le sein d'Abraham (lieu de pleine sécurité et de bonheur infini) où se trouvaient les croyants en Dieu ayant vécu avant la Venue, la mort et la résurection de Jésus-Christ. Mais depuis la résurrection de Jésus, tous ceux qui étaient dans le Sein d'Abraham et tous ceux qui, étant enfants de Dieu par la foi en Jésus, meurent en Christ, sont tous maintenant avec Jésus-Christ dans le Ciel, dans le Paradis. Oui ils sont dans leur patrie céleste comptemplant les merveilles de la Gloire de Dieu, louant Dieu, attendant la résurrection de leur corps qui aura lieu au Retour de Jésus-Christ. Oui, c'est certain que, après avoir quitté cette terre, les âmes des justes comme celles des injustes continuent d'exister éternellement et sont conscientes.
- L'esprit retourne à Dieu qui l'a donné (Écclésiaste 12. 7; Actes 6. 59).

A) LES ÂMES DES NONS-CROYANTS EN JÉSUS-CHRIST :
Dans leur état intermédiaire, les âmes des non-croyants en Jésus (des perdus) entrent dans le « séjour des morts » (Ézéchiel 32. 21), et elles sont conscientes. Le « séjour des morts » est un lieu de ténèbres et de tourments qui fait souffrir leur âme constamment, consciemment, irrémédiablement et horriblement.

Dans leur état final :
Les âmes des non-croyants en Jésus restent dans le « séjour des morts » jusqu'au jour du Jugement dernier où aura lieu la résurrection des injustes. Ils seront jugés « selon leurs oeuvres » et jetés dans « l'étang de feu » qu'est l'Enfer éternel. Voir dans Apocalypse 20. 11-15.
Oui, lorsque Jésus reviendra pour juger et condamner tous ses ennemies, les non-croyants en Jésus ressusciteront, seront jugés devant le grand Trône blanc et jetés dans « l'étang de feu...où brûle le souffre » (Apocalypse 20. 15; 19. 20), dans l'Enfer. La Bible appelle ce lieu de tourment la « Géhenne » (Matthieu 5. 22), qui signifie « Vallée de Hinnom » qui, au sud de Jérusalem, était devenue l'endroit où l'on brûlait toutes sortes de déchets, si bien que le feu y était continuel.
L'Enfer est aussi l'endroit où « le ver ne meurt pas et où le feu ne s'éteint pas » (Ésaïe 33. 14 ; Marc 9. 48). Il implique une séparation éternelle d'avec Dieu. Dieu leur dira : « Retirez-vous de moi, maudits, allez dans le feu éternel préparé pour le diable et pour ses anges » (Matthieu 25. 41 ; 7. 3). Ce sort final des perdus (des ennemis de Dieu) en Enfer est éternel, aussi permanent que la félicité des enfants de Dieu au Paradis : « Ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle » (Matthieu 25. 46).
Cet état définitif est appelé « étang de feu - seconde mort » (Apocalypse 20. 14). « La mort et le séjour des morts furent jetés dans l'étang de feu » (Apocalypse 20. 14). Et ce sera la séparation définitive d'avec Dieu, le lieu de tourments sans fin, celui des remords, « des pleurs et des grincements de dents" (Matthieu 8. 12 ; 13. 42, 50 ; 22. 13 ; 24. 51 ; 25. 30). « Ils seront tourmentés jour et nuit aux siècles des siècles » (Apocalypse 14. 10 ; 20. 10). Les perdus seront donc bien conscients dans leur tourment éternel.

À SUIVRE...

Un exposé de l'Évangile

18 Février 2015 Publié dans #EVANGILE

Voici un exposé de l'Évangile, à la portée même des petits enfants qui peuvent le comprendre. Oui, voici en résumé le message de la Bonne Nouvelle de l’Évangile :
- Dieu a créé l’homme et la femme. Il les a créés à Son image.

- Dieu a ordonné à l’homme de dominer sur la terre et sur tout ce qu’elle contient.
- L’homme et la femme ont désobéi à Dieu. Le péché, c’est la désobéissance à la Parole de Dieu. Avec le péché, la maladie et la mort sont entrées dans l’humanité. L’ètre humain s’est alors retrouvé coupé de Dieu, dans un état de mort spirituelle.
- Dieu a décidé de racheter les êtres humains de la condamnation qui pesait sur lui, à cause de leur péché.
- Pour que le péché de l'homme soit racheté, il fallait que Quelqu’un accepte de payer le prix de ce rachat. Tous les êtres humains étant nés dans le péché, aucun être humain pécheur ne pouvait payer le prix du rachat de l’humanité.
- Le péché de l’humanité ne pouvait être racheté que par le sang versé par un Être qui devait être né pur, parfait et sans péché.
- Dieu est Saint. Jésus-Christ, le Fils de Dieu, S’est incarné dans une chair semblable à la nôtre, mais sans péché. Il a été conçu par le Saint-Esprit d’une manière entièrement miraculeuse. Il est l’image de Dieu, Dieu fait Homme.
- Jésus a vécu une vie exemplaire sur la terre. Il a été le seul à obéir parfaitement à tous les commandements de la Loi de Dieu. Il est aussi le modèle qui nous permet de voir de quelle manière peut vivre un enfant de Dieu entièrement conduit par l’Esprit.
- Jésus fut crucifié, Il a été enseveli dans la tombe, et Il est ressuscité le troisième jour
.

- Sur la croix, Jésus S’est chargé de nos péchés et de nos iniquités, mais aussi de nos maladies et de nos infirmités. Son sang nous purifie de tout péché, et Ses meurtrissures nous guérissent de toute maladie.
- Tous ceux qui se sont repentis de leurs péchés, tous qui croient et qui mettent leur confiance en Jésus-Christ, reçoivent un plein pardon de leurs péchés et la vie éternelle. Dieu les fait passer par une nouvelle naissance spirituelle, qui fait d’eux des enfants de Dieu, de nouvelles créatures en Jésus-Christ. Toutes les choses anciennes sont passées, et toutes choses sont devenues nouvelles

- Dieu veut que tous les êtres humains soient sauvés, guéris et remplis de Son Esprit. .
- Le baptême d'eau est un symbole extérieur du baptême spirituel intérieur du Saint-Esprit dans notre vie. Ceux qui se convertissent à Jésus-Christ doivent passer par le baptême d’eau par immersion. Celui-ci représente notre mort et notre résurrection en Christ. Notre chair a été crucifiée avec Christ, nous sommes morts en Christ, nous sommes ensevelis avec Lui par le baptême, et nous sommes ressuscités en Lui et avec Lui.
- L’Église de Jésus-Christ n’est pas un bâtiment ni une dénomination. Elle est le Corps vivant de tous ceux qui sont nés de nouveau en Jésus-Christ, qui est la Tête de Son Église.
-
La Bible, qui est la Parole de Dieu, est le message de Dieu adressé à tous les êtres humains. La Bible est avant tout la révélation du seul vrai Dieu de l'Univers. Elle communique aussi la révélation du problème fondamental de l'être humain de tous les âges, de toutes les cultures et sous tous les cieux ; elle dépeint sa situation dans son éloignement de Dieu, à la suite de la chute originelle d'Adam qui a entraîné l'humanité entière dans le péché, la misère et la souffrance.

- Dieu veut que nous soyons des témoins remplis de Son Saint-Esprit. Il donne Son Esprit à ceux qui Le Lui demandent et qui Lui obéissent.
- Dieu veut que nous soyons forts en Lui, et que nous accomplissions les mêmes œuvres que Jésus.
- Dieu veut que nous marchions par l’Esprit Saint et non par la chair. Dès notre conversion, Dieu nous transforme à l’image de Jésus-Christ. Ceux qu’Il a connus d’avance, Il les a prédestinés à être semblables à l’image de Son Fils.
- Dieu veut que nous L’aimions par-dessus tout, et que nous aimions notre prochain comme nous-mêmes. L’amour est l’accomplissement de toute la Loi de Dieu. Seul Jésus-Christ peut nous remplir de l’Amour de Dieu.
- Jésus a promis de venir chercher ceux qui Lui appartiennent, qui L’aiment et qui sont prêts pour Son retour pour qu'ils soient éternellement avec Lui dans Sa gloire. Sans la sanctification, nul ne verra le Seigneur.

- L'Évangile fait connaître à quiconque aura refusé ou négligé de croire à la Bonne Nouvelle du Salut en Jésus-Christ, qu'il aura à comparaître devant le grand trône blanc pour y être jugé et condamné éternellement en Enfer.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>