Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
L'Évangile est une puissance de Dieu pour le Salut de quiconque croit (Romains 1 : 16)

Articles récents

Jésus nous a sauvés de la condamnation

24 Juin 2016 Publié dans #Salut

Devant le Grand Trône Blanc, toute bouche sera fermée. Les accusés (ceux qui auront refusé ou négligé le parfait Salut en Jésus) seront reconnus tous coupables sans exception, condamnés par la loi divine à la peine de mort (Romains 3. 19). « Tous ont péché et n'atteignent pas à la gloire de Dieu » (Romains 3. 23). C'est pourquoi la sentence terrible : « tu mourras certainement », déjà annoncée par Dieu avant la chute de l'être humain (Genèse 2. 17), va être confirmée : « le salaire du péché, c'est la mort » (Romains 6. 23). Pour l'incrédule, gentil ou juif, ce Jugement est définitif et le Grand Trône Blanc devant lequel tous les non-croyants (les ennemis de Dieu) comparaîtront un jour est une réalité effrayante (Apocalypse 20. 11…).

Mais voici Jésus l'Avocat qui intervient en faveur de tous ceux qui L'ont choisi par la foi. Jésus ne cherche pas à minimiser les fautes qu'ils ont commises, mais Il plaide au contraire en disant : La sentence est juste, mais elle a déjà été exécutée ; la dette est acquittée ; une mort, la mienne, a payé l'affreux salaire de leurs péchés. Oui, la Justice de Dieu est satisfaite pour tous ceux qui sont en Jésus-Christ ; car un crime (un péché) expié ne peut être porté en compte une seconde fois. Et comme le seul vrai Dieu Saint est Juste en condamnant le péché, Il est également Juste en justifiant le pécheur « qui a la foi en Jésus » (Romains 3. 26).

Car nous sommes devenus les enfants de Dieu, et notre Père n'admet pas que nous soyons asservis. Il a Lui-même payé tout ce que nous devions pour que nous soyons libres, ne dépendant plus que de Lui. Dieu nous a affranchis et adoptés dans Sa famille. Oui, voila ce que Dieu a fait pour les êtres humains, souillés et révoltés contre Lui, mais qui se sont repentis de tous leurs péchés et ont cru en Jésus le seul Sauveur ! Non seulement, Dieu leur a accordé pardon, justice, pleine délivrance, mais Il en a fait les membres de sa propre famille. Et ils sont scellés de son Esprit Saint, par lequel aussi les enfants de Dieu entretiennent une relation vivante et personnelle avec le Père. « Papa » (Abba en hébreu) est souvent le premier mot distinct qu'articule un petit enfant (Romains 8. 15, 16).
En plus de cette certitude que nous donne le Saint-Esprit, Il nous enseigne à faire mourir (c'est-à-dire à ne pas laisser s'accomplir) les actions de la chair
(Romains 8. 13). Et c'est en nous laissant conduire par Lui que nous nous ferons connaître comme enfants de Dieu (Romains 8. 14) en attendant d'être révélés comme tels à toute la création (Romains 8. 19).

Romains 5. 1 à 11. Acquitté, justifié, le croyant en Jésus laisse éclater sa joie (v. 1). La paix avec Dieu est désormais sa part inestimable. Il est réconcilié avec Dieu, le Souverain Juge, et cela par l'acte même qui aurait dû à tout jamais attirer Sa colère : « la mort de Son Fils » (v. 10), cloué sur la croix par les hommes ! En vérité, l'Amour de Dieu ne ressemble à aucun autre. C'est bien « son Amour à Lui », dont tous les motifs sont en Lui-même. Dieu a aimé de misérables êtres humains qui n'avaient rien d'aimable, avant même qu'ils fassent le moindre pas vers Lui, lorsqu'ils étaient encore sans force, impies (v. 6), pécheurs (v. 8) et ennemis (v. 10). Or c'est ce merveilleux Amour de Dieu qui est maintenant versé dans le cœur de quiconque croit en Jésus-Christ.
En face du monde qui se glorifie de ce qu'il a de passager, le croyant en Jésus, loin d'être honteux (v. 5), peut se prévaloir de son avenir et de son héritage extraordinaire : la gloire de Dieu (v. 2). Qui plus est, le croyant en Jésus est capable de trouver de la joie dans ses tribulations présentes. Car elles produisent des fruits précieux (v. 3, 4) qui rendent son espérance d'autant plus vive et plus fervente. Nous les enfants de Dieu avons le droit de nous glorifier dans les dons que Dieu nous a accordé ; mais avant tout, nous devons nous glorifier en Celui qui nous les dispense : Dieu Lui-même, devenu notre Sauveur par le Seigneur Jésus Christ, son Fils unique, à qui appartient toute la gloire.

Écrire un commentaire

La Nouvelle Naissance

23 Juin 2016 Publié dans #La Vie

"Ce qui est né de la chair est chair, et ce qui est né de l’Esprit est esprit." (Jean 3 : 6) Notre "première naissance" est une naissance de la chair, ou selon la chair. Il s’agit de la naissance de tout être humain sur cette terre. Il naît "DANS la chair" et "DE la chair." Il hérite, par sa naissance terrestre, du péché originel de ses premiers parents. Il est donc, par nature, un pécheur coupé de Dieu. Cette nature de péché, dont il a hérité par sa naissance charnelle, le poussera plus tard, en grandissant, à commettre toutes sortes de péchés. La conséquence du péché, c’est la mort. Cet être humain qui est né dans la chair naît donc dans la mort, et pour mourir.

Dieu, qui est la Vie et la Vie éternelle, veut sauver l'être humain qu’Il a créé. Ainsi, pour chaque être humain qui se repent de ses péchés et qui met toute sa confance en Jésus, Dieu le fait sortir de la mort éternelle qu'il méritait, le fait pénétrer dans Sa Vie, et fait pénétrer Sa Vie en lui. Dieu accompli tout celà à travers le Saint-Esprit qui vient marquer de son sceau quiconque croit et place sa confiance en Jésus. C'est celà la Nouvelle Naissance.

En quelque sorte, la mort éternelle, ce n’est pas l’absence de vie, mais c’est une vie sans Dieu, qui aboutit à la perdition éternelle, à une éternité sans Dieu en Enfer. Annoncer la Bonne Nouvelle du Salut en Jésus-Christ, c’est proclamer que Dieu a envoyé Jésus-Christ Son Fils Unique dans une chair semblable à la nôtre, mais sans péché, afin d’accomplir l’expiation de nos péchés. Jésus a pris dans son corps, sur le bois de la croix, tous les péchés de l’humanité, depuis le premier homme jusqu’au dernier, et Il a reçu la condamnation qui nous revenait à tous, c’est-à-dire la mort. Dans Sa mort, le Seigneur Jésus a emporté la mort qui pesait sur toute l’humanité. Il a "ôté le voile" qui recouvrait tous les êtres humains, et Il a anéanti la mort pour toujours. Maintenant pour tous ceux qui sont venus à Jésus par la foi, la Justice de Dieu a ainsi été satisfaite, et le Seigneur Jésus a accompli pour eux une nouvelle création spirituelle en leur donnant la Nouvelle Naissance, l’ancienne création étant abolie par Sa mort sur la croix et Sa résurrection. Le prophète Esaïe a magnifiquement annoncé ce grand Salut qui devait nous être donné en Jésus-Christ (Lire Esaïe 25 : 6-9). Ce grand Salut nous est donné par grâce. Il n’est accessible que par la foi en Jésus-Christ. Tous ceux qui croient et se confient en la Personne et en l’Oeuvre parfaite du Seigneur Jésus reçoivent le pardon de tous leurs péchés. Mais ils reçoivent un don encore plus précieux que le pardon de leurs péchés ! ILS RECOIVENT EN UN INSTANT LA NOUVELLE NAISSANCE !

Écrire un commentaire

Le joug du Seigneur Jésus-Christ

22 Juin 2016 Publié dans #Divers

Le joug est une lourde pièce de bois servant à atteler une paire d'animaux de trait, généralement des bœufs. Le joug est posé sur la tête des animaux et les oblige à avancer l’un à côté de l’autre, tirant ensemble une charge. Il est le symbole de la soumission et du service et, au sens figuré, être sous le joug de quelqu’un signifie être soumis à lui pour le servir.

Jésus a dit : « Prenez mon joug sur vous et apprenez de moi, car je suis débonnaire et humble de cœur ; et vous trouverez le repos de vos âmes. Car mon joug est facile à porter et mon fardeau est léger » (Matthieu 11. 29-30).
Il peut être surprenant que Jésus parle en même temps de “joug” et de “repos” car ces deux mots sont apparemment contradictoires. Mais le Seigneur Jésus parle de SON joug. N’est-Il pas, Lui Jésus, le serviteur parfait, celui qui est venu non pour être servi mais pour servir… (Marc 10. 45) ? N’est-Il pas l’exemple suprême de la soumission ? L’épître aux Hébreux nous dit que, quoique étant Fils, Il a appris l’obéissance (Hébreux 5. 8). En effet, Jésus le Fils de Dieu, étant le Créateur Souverain et le Trés-Haut, s'est fait homme ; il a dû apprendre l’obéissance ; « étant fait semblable aux hommes, il s’est abaissé lui-même, étant devenu obéissant jusqu’à la mort, et à la mort de la croix » (Philippiens 2. 7-8).
« Apprenez de moi » nous dit-Jésus : Il est le modèle suprême. Toutefois, pour prendre sur soi le joug du Seigneur Jésus facile à porter, il y a une condition indispensable : venir à Lui par la foi. Juste avant l’invitation à prendre son joug, Jésus dit : « Venez à moi, vous tous qui vous fatiguez et qui êtes chargés, et moi, je vous donnerai du repos » (Matthieu 11. 28).

Chers lecteurs, si vous êtes encore écrasé par le pesant fardeau de vos péchés, ne l’ayant pas encore déposé au pied de la croix où Jésus s’en est chargé Lui-même, venez à Jésus dès maintenant ! Vous vous fatiguez peut-être à vouloir vous débarrasser vous-même de ce fardeau qui pèse sur votre conscience en faisant des œuvres ou en essayant de vous améliorer ou encore en assistant aux services religieux, etc... mais tout est vain si vous n’êtes pas venu au Seigneur Jésus par la véritable foi en Lui. Jésus seul peut donner le repos à l’âme tourmentée parce qu’Il a porté Lui-même, à la croix, le fardeau de nos péchés dont Il a subi le Jugement divin à notre place. « Certainement, lui, a porté nos souffrances, et s’est chargé de nos douleurs … il a porté le péché d'un grand nombre » (Esaïe 53. 4, 12)

Après avoir reçu le pardon divin et, par conséquent le repos de la conscience, le croyant en Jésus doit traverser ce monde où il rencontre bien des difficultés, des épreuves, des circonstances difficiles… Le Seigneur Jésus parle alors d’un autre repos, celui de l’âme, que l’on trouve en prenant son joug sur soi. Combien il est plus facile de traverser les épreuves lorsque nous savons que le Seigneur Jésus nous soutient, nous donne la force dont nous avons besoin et ne permettra pas que nous soyons éprouvés au-delà de ce nous pouvons supporter (1 Corinthiens 10. 13). Combien il est plus facile pour le croyant de savoir que tout ce qui lui arrive est permis du Seigneur et que "sa volonté est bonne et agréable et parfaite" (Romains 12. 2b), de savoir « que toutes choses travaillent ensemble pour le bien de ceux qui aiment Dieu » (Romains 8. 28).
Combien le joug est facile et le fardeau léger si nous restons près de Jésus, sous son joug, suivant ses traces
(1 Pierre 2. 21b), marchant comme Lui a marché (1 Jean 2. 6) tout en apprenant de Lui qui est débonnaire et humble de cœur !

Devant l’épreuve, la maladie et la mort qui, pour l'incrédule, est le roi des terreurs (Job 18. 14), comment réagit celui ou celle qui, n’ayant pas la foi en Jésus Christ, n’a pas d’espérance ? La Parole de Dieu nous exhorte à ne pas être affligés comme les autres qui n’ont pas d’espérance (1 Thessaloniciens 4. 13). Ceux qui ont mis leur pleine confiance en Jésus savent que la mort est pour eux l’entrée dans le repos en attendant la résurrection pour être introduits dans la gloire éternelle. Chaque croyant sous le joug du Seigneur peut dire : « Même quand je marcherais par la vallée de l’ombre de la mort, je ne craindrai aucun mal, car tu es avec moi ; ta houlette et ton bâton me rassurent » (Psaume 23. 4).

Écrire un commentaire

Savoir que Dieu nous aime

21 Juin 2016 Publié dans #Amour de Dieu - de Jésus

"Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous" (Romains 5. 8).

Nous êtres humains devons savoir que nous sommes chacun aimés par le seul vrai Dieu de l'Univers qui nous aime. Le savons-nous ? C’est important que nous le sachions ! Sachons que Dieu Lui-même, le Père de gloire, le Dieu Magnifique et Majestueux, le Tout-Puissant, le Créateur de l’être humain et de tout l’univers, nous a envoyé Jésus le parfait Sauveur qui « s’est dépouillé lui-même en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme, il s’est humilié lui-même jusqu’à subir une mort horrible et honteuse, la mort atroce de la croix » (Philippiens 2 : 7-8).
Oui, le Nom de Celui qui nous a sauvé est Jésus-Christ. Jésus-Christ est Dieu, Il est l’accomplissement de la prophétie du prophète Esaïe, Il est le Sauveur, l’Enfant de la prophétie : « Un Enfant nous est né, un Fils nous est donné, et la Domination reposera sur son épaule; on l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu Puissant, Père Éternel, Prince de la Paix » (Esaïe 9 : 5).

Dans son Amour pour les êtres humains, Jésus-Christ, le Fils de Dieu, quitta le Ciel pour venir dans ce monde où Il a été "méprisé et abandonné des hommes, homme de douleur et habitué à la souffrance, semblable à celui dont on détourne le visage, nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas. Cependant, ce sont nos souffrances qu’Il a portées, c’est de nos douleurs qu’Il s’est chargé; et nous (les êtres humains) l’avons considéré comme puni, frappée de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, et c’est par ces meurtrissures que nous sommes guéris" (Esaïe 53 : 3-5). "Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique [lui-même ayant pris forme humaine] afin que quiconque croit en lui (en Jésus) ne périsse point mais qu’il ait la Vie Éternelle. Dieu effet, n’a pas envoyé son Fils Jésus dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par Lui" - par Jésus, le Sauveur (Jean 3 : 16-17).

Donc nous voyons que Dieu nous aime, Jésus-Christ nous aime. En croyant en Jésus et en Son Amour, en nous repentant de nos péchés, en nous confiant entièrement en Jésus, voici toute la richesse infinie qui nous attend et plus encore :
- Nous verrons la Gloire de Dieu. 
- Nous verrons Jésus dans toute sa splendeur et dans toute sa Gloire.
- Nous entrerons dans Son Royaume de Gloire.
- Nous verrons et nous jouirons de la Magnificence et de la Majesté de sa Personne.
- Nous jouirons éternellement de son Amour, de sa Bonté et de ses Bienfaits.
- Nous recevons déjà l’adoption, nous devenons enfants de Dieu par adoption : l’Esprit Saint de Dieu vient habiter en nous, l’Esprit par lequel nous avons l’adoption et devenons enfants de Dieu, et nous serons alors héritiers de Dieu, héritiers de ses promesses, de ses richesses, et de tout ce qui Lui appartient (Romains 8 : 15-17).

Écrire un commentaire

Trois étapes de la vie chrétienne

20 Juin 2016 Publié dans #Divers

"Car la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été manifestée. Elle nous enseigne à renoncer à l'impiété et aux convoitises mondaines, et à vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété, en attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ (Tite 2. 11-13).

La grâce de Dieu est la source de notre salut (Tite 2. 11). Mais on oublie souvent que c’est aussi là grâce qui est à l’œuvre dans notre sanctification. Non seulement la grâce de Dieu se manifeste à notre conversion, mais elle se manifeste tous les jours de notre vie, c’est elle qui nous transforme. Dans ce passage, Paul articule 3 mouvements de la vie chrétienne (voir aussi 1 Thessalonicens 1. 9-10).

1) Renoncer à l’impiété et aux convoitises mondaines (12a)
S’attacher à Dieu, c’est se détacher du monde. Se tourner vers Dieu, c’est se détourner des idoles de notre vie. Peut-être certaines sont moins évidentes que d’autres. On aurait tort de penser que « renoncer à l’impiété » est un acte unique dans notre vie. C’est plutôt une dynamique que l’on devrait cultiver. Mais parfois, nous faisons vite de retourner à ce qui nous a asservi autrefois, en oubliant le prix que Christ a payé pour nous en délivrer.
Dans la perspective de l’éternité, devenir chrétien, c’est perdre peu pour gagner beaucoup. Mais c’est une illusion – peut-être en vogue aujourd’hui – qu’on peut devenir chrétien sans renoncer à quoi que ce soit. On ne peut pas devenir disciple de Christ sans renoncer aux choses contraires à sa volonté. On ne peut pas aimer Dieu et le monde en même temps
(Matthieu 6. 24).
Dans la perspective de l’éternité, devenir chrétien, c’est perdre peu pour gagner infiniment beaucoup.

2) Vivre dans le siècle présent selon la sagesse, la justice et la piété (12b)
Notons d’abord que nous sommes appelés à vivre dans le siècle présent, même s’il est mauvais. Nous ne sommes pas appelés à nous séparer du monde, mais à nous séparer de ses mauvaises oeuvres. Nous devons être des lumières dans le monde
(Matthieu 5. 13-16 ; Philippiens 2. 15). C’est utile de le rappeler, surtout quand le monde dans lequel on vit devient de plus en plus mauvais. Notre manière de vivre dans le monde doit contraster vivement avec les valeurs du monde. Pour faire la différence, il faut être différent. Notre piété doit contraster avec l’impiété à laquelle nous renonçons.
On retrouve le contraste entre les choses que nous devons abandonner, le côté négatif et les choses à cultiver, le côté positif. Être chrétien, ce n’est pas seulement arrêter de faire le mal mais c’est arrêter de faire le mal ET AUSSI faire le bien que Dieu veut que nous fassions
(Éphésiens 4. 25-30 ; Galates 5. 16-24).

3) Attendre la bienheureuse espérance et la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur Jésus-Christ (13)
Vivre dans le siècle présent fait mal. La maladie, l’injustice, la misère et le péché en général rend notre vie pénible. C’est normal, nous sommes dans un monde qui souffre des effets du péché. Jésus n’a pas promis la belle vie à ceux qui le suivraient, au contraire ! Une chose qu’on retrouve dans le Nouveau Testament, c’est le lien entre souffrances et eschatologie. C'est-à-dire qu'au milieu des épreuves, la Gloire à venir est une délivrance qui nous permet de tenir bon. Dans une perspective éternelle, notre vie sur terre est passager
(Romains 8. 18 ; 2 Corinthiens 4. 17-18). Dans les temps difficiles, savoir que tout cela est passager (mais qui peuvent durer toute la vie) nous aide à supporter sachant que tout ça finira bientôt.
Cette attente de la gloire à venir nous soulage mais nous donne aussi un nouveau regard sur notre conduite. Notre attente n’est pas passive, elle est active. Attendre le Retour de Jésus, c’est aussi être diligent, dans notre manière d’administrer notre vie
(Matthieu 24. 42-51). Enfin, attendre c’est se rendre compte de l’urgence et l’imminence de la fin des temps et par conséquent de la teneur de notre mission. Attendre, c’est annoncer le Retour de Jésus-Christ le Roi des rois et le Seigneur des Seigneurs.

Écrire un commentaire

Deux aspects de la croix de Jésus-Christ

18 Juin 2016 Publié dans #La croix

Christ a fait la paix par le sang de sa croix. (Colossiens 1. 20)

Loin de moi la pensée de me glorifier d'autre chose que de la croix de notre Seigneur Jésus Christ, par qui le monde est crucifié pour moi, comme je le suis pour le monde. (Galates 6. 14)

Le fondement de notre paix avec Dieu

Sur la croix, Jésus-Christ a donné sa vie pour nous tous, il a porté le châtiment que méritent nos péchés. Ainsi la croix est le fondement de notre paix avec Dieu. Nous y voyons Dieu comme Celui qui “a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique” (Jean 3. 16a). À la croix, Dieu s'est révélé à la fois comme Celui qui nous aime, et Celui qui est Juste. Il condamne le péché et justifie le pécheur qui se repent (Romains 3. 26). À la croix, la Grâce de Dieu nous touche, nous relève et nous sauve parfaitement. Elle nous réconcilie avec Dieu, fait de nous ses enfants et nous place dans sa présence. Elle nous remplit de paix, de reconnaissance et de louange.

Le fondement de notre témoignage journalier

Si la croix nous lie à Dieu, elle nous sépare aussi moralement du monde. “Je suis crucifié avec Christ; et je ne vis plus, moi, mais Christ vit en moi” (Galates 2. 20). Nous sommes donc, comme Jésus-Christ, rejetés par le monde. Ces deux choses vont ensemble : si la croix est venue se placer entre nous et nos péchés, elle se place aussi entre nous et le monde. Dans le premier cas, elle nous met en paix avec Dieu ; dans le second, elle nous met en opposition avec le monde, où nous devons pourtant vivre et faire le bien, imiter Christ dans notre vie et témoigner de Lui dans ce monde.

Retenons ces deux aspects de la croix : À la croix, Dieu nous invite à entrer dans “le royaume du Fils de son amour” (Colossiens 1. 13), mais aussi à sortir moralement de ce monde dont Satan est le chef.

Écrire un commentaire

Le pardon se reçoit pendant notre vie sur la terre

18 Juin 2016 Publié dans #Pardon des péchés

Là où le péché abondait, la grâce a surabondé. (Romains 5. 20)

Maintenant… la justice de Dieu est manifestée…, la justice de Dieu par la foi en Jésus Christ envers tous, et sur tous ceux qui croient. (Romains 3. 21, 22)

On raconte qu'un prince parcourait les rues de sa ville, en Inde, lorsqu'il aperçut un attroupement. On lui amena alors un homme surpris en flagrant délit de vol afin qu'il le punisse. Le prince répondit simplement : “En ce moment, je ne suis pas au tribunal, c'est pourquoi je fais grâce à cet homme”. Puis il conseilla au voleur de changer de conduite. Cet homme, heureux d'être laissé en liberté, avait une belle occasion de devenir honnête, mais il préféra continuer à voler et finit même par tuer. Arrêté et emprisonné, il fut à nouveau conduit devant le prince qui était le juge, mais au tribunal cette fois-ci. Il avait espéré avoir encore le pardon, mais il fut condamné à la pendaison. Peut-être comprit-il, malheureusement trop tard, qu'il avait abusé de la grâce dont le prince lui avait déjà bénéficié.

La Bible déclare que nous sommes tous injustes et pécheurs devant le Dieu Saint (Romains 3. 10, 23). Mais Dieu est aussi Amour (1 Jean 4. 8) et il nous révèle sa grâce merveilleuse accordée par Jésus, mort pour nos fautes et pour nos péchés (1 Corinthiens 15. 3). Ne méprisons pas sa bonté. Dieu nous assure que "celui qui entend sa parole et qui croit en Jésus-Christ le Sauveur, a la vie éternelle. Il ne viendra pas en jugement, mais il passe de la mort à la vie" (Jean 5. 24). Jésus Christ est le seul Sauveur du monde, et c'est pendant notre vie sur la terre que l'on peut recevoir le pardon de tous nos péchés. Si un être humain meurt sans avoir reçu le pardon de ses péchés par la foi en Jésus-Christ, après la mort, ce sera trop tard. Bientôt, le Seigneur Jésus-Christ reviendra pour prendre avec Lui tous ceux qui l'on accepté et reçu comme seul Seigneur et Sauveur de leur vie ; et Il les fera entrer au Paradis. Par contre, au Retour de Jésus à la fin des temps, Jésus sera le Juge de tous ceux qui auront refusé ou négligé son parfait pardon et le Salut qu'Il offre gratuitement. “Méprises-tu les richesses de sa bonté, de sa patience et de sa longue attente, ignorant que la bonté de Dieu te pousse à la repentance?” (Romains 2. 4)

Écrire un commentaire

Être prêts pour l'éternité

17 Juin 2016 Publié dans #Choix

Une invitation EXCEPTIONNELLE
Jésus se sert de la parabole en
Matthieu 22. 1-4 pour nous présenter l’invitation que Dieu offre à tous les êtres humains. Dans son Amour immense, Dieu offre à quiconque croit en Jésus Christ, le pardon de ses péchés, la vie éternelle et une place dans le ciel.

Une décision capitale
Dieu nous laisse libres de notre choix. Nous pouvons accepter ou refuser ce qu’il nous offre. Mais nous aurons tous à Lui rendre compte car à notre mort (que notre corps retourne à la terre, qu’il soit brulé ou qu’il ait disparu), notre âme retourne à Dieu.
Notre avenir éternel est donc lié au choix que nous allons faire pendant notre vie sur la terre.

Se préparer dès aujourd’hui
Tout au long de la Bible, Dieu nous interpelle avec beaucoup d’insistance afin que nous soyons prêts à Le rencontrer. Pourquoi ? La Parole de Dieu nous l’explique ainsi : « Dieu donc, ayant passé par-dessus les temps de l’ignorance, ordonne maintenant aux hommes que tous, en tous lieux, ils se repentent ; parce qu’il a établi un jour où il doit juger en justice la terre habitée, par un Homme qu’il a désigné (Jésus Christ), ayant donné une preuve certaine à tous, l’ayant ressuscité d’entre les morts » (Actes 17. 30-31)
La parfaite Justice de Dieu qui exige la condamnation des « coupables » nous paraît parfois contradictoire avec son Amour et sa Grâce infinis. Mais la Bible nous montre que ces caractères de Dieu peuvent cohabiter car sur la croix, Jésus Christ a enduré à notre place le Jugement que méritaient tous nos péchés.
C’est pourquoi Dieu nous dit : « Tous ceux qui croient sont justifiés gratuitement par sa grâce, par la rédemption qui est dans le Christ Jésus » (Romains 3. 24).
Notre responsabilité est totalement engagée car : « Celui qui croit en lui n’est pas jugé, mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu… la colère de Dieu demeure sur lui » (Jean 3. 18, 36).
Devant des conséquences aussi dramatiques, que PERSONNE ne néglige de se préparer pour rencontrer le seul vrai Dieu de l'Univers qui est trois fois Saint !

Comment être prêt ? Comment être lavés de tous nos péchés et être déclarés justes devant Dieu ?
Nous êtres humains, nous nous
trompons totalement si nous imaginons que nos bonnes actions pourront compenser nos fautes et qu’ainsi Dieu sera « satisfait » à tel point que nous serons épargnés du Jugement. Car « Toutes nos justices [sont] comme un vêtement souillé » (Ésaïe 64. 6).
Mais Dieu nous offre l’unique moyen d’être « lavés » de nos péchés et de pouvoir ainsi être admis dans sa présence : CHACUN doit se repentir, lui confesser personnellement ses fautes, placer toute sa confiance en Jésus seul et en son parfait sacrifice à la croix, et croire qu’il est purifié par Jésus Christ, le Fils de Dieu, mort et ressuscité. « Le sang de Jésus Christ son Fils nous purifie de tout péché » (1 Jean 1. 7).
Certains trouvent trop facile cette façon d’être « lavé » de sa culpabilité et d’être déclaré juste et digne de se tenir dans la présence de Dieu.
Avouons qu’à cause de notre fierté et de notre orgueil, il nous est difficile – parfois même impensable – de reconnaître notre propre culpabilité. Acceptons de voir les choses comme Dieu les voit, reconnaissons que nous sommes coupables et pécheurs, et croyons en Jésus Christ. « Celui qui entend ma parole et qui croit… a la vie éternelle et ne vient pas en jugement ; mais il est passé de la mort à la vie » (Jean 5. 24).

Quand faut-il être prêt ?
La Bible insiste : C’EST AUJOURD’HUI !
Nous ne maîtrisons absolument pas le moment de notre mort. Hélas, si une personne qui ne croit pas en Jésus Christ venait à mourir à l’instant, elle aurait à endurer immédiatement les tourments éternels, loin de Dieu. C’est une situation irréversible car dans l’au-delà, il n’y a pas de « deuxième chance ».
Pour illustrer cette situation, la Bible donne cet exemple : « Dès que le maître… aura fermé la porte, quand vous vous tiendrez dehors… Là seront les pleurs et les grincements de dents. » (Luc 13. 25-28).
C’est pourquoi il est IMPORTANT d’être prêt MAINTENANT car à tout instant ça peut être ÉTERNELLEMENT TROP TARD !

Être prêt, c’est la situation de tous ceux qui ont cru en Jésus Christ. Ils ont placé toute leur confiance en Jésus et ils ont la certitude que leurs péchés sont effacés. S’ils meurent, leur âme rejoindra immédiatement Jésus Christ dans le Paradis, attendant la résurrection de leur corps qui aura lieu au Retour de Jésus. Dès maintenant, ils savourent au plus profond de leur cœur, la paix, la grâce et l’amour de Dieu qui les a sauvés de leurs péchés.
« Ce que je vis maintenant dans mon corps, je le vis dans la foi, la foi au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi » (Galates 2. 20).
Ne désirez-vous pas être chacun prêt dès aujourd'hui ?

Écrire un commentaire

Le Seigneur Jésus-Christ est Vivant

16 Juin 2016 Publié dans #Résurrection

(L'ange leur dit :) Ne soyez pas épouvantées; vous cherchez Jésus le Nazarénien, le crucifié: il est ressuscité, il n'est pas ici; voici le lieu où on l'avait mis. (Marc 16. 6)

Chacun, sans doute, sait ce qu'est un crucifix : un objet représentant le Christ cloué sur une croix. Dans plusieurs pays, on en trouve un peu partout : dans les maisons privées, les hôpitaux, les lieux publics. Tous rappellent qu'il y a près de 2000 ans, Jésus Christ a été crucifié et qu'il est mort sur une croix.

Mais le message de l'Évangile, s'il passe par la croix, ne s'arrête pas là. L'apôtre Paul résume ainsi ce qu'il a prêché : “Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures; il a été enseveli, et il a été ressuscité le troisième jour, selon les Écritures” (1 Corinthiens 15. 3, 4). Les disciples du Seigneur, qui sont devenus ses témoins, n'ont pas seulement annoncé un Christ mort, ils ont aussi témoigné de sa résurrection: “Vous avez mis à mort le Prince de la vie, lui que Dieu a ressuscité d'entre les morts” (Actes 3. 15).

Ainsi, Dieu adresse aujourd'hui ce message à tous : Christ est mort sur la croix pour expier tous nos péchés. Puis Dieu l'a ressuscité, démontrant ainsi qu'il est entièrement satisfait de l'œuvre parfaite accomplie à la croix.

Le tombeau vide nous assure que ceux qui appartiennent au Christ, s'ils sont morts en quittant cette terre, reviendront à la vie, comme Lui l'a fait. En ce moment, ils vivent dans la gloire au Ciel. Un jour, le Seigneur Jésus reviendra les chercher : il ressuscitera ceux qui sont morts et changera le corps de ceux qui seront encore vivants, pour que tous ensemble soient au ciel avec Lui dans la maison du Père, avec leur corps glorifié.

Écrire un commentaire

Jésus-Christ mourut sur la croix

15 Juin 2016 Publié dans #Sacrifice de Jésus

A) L'IMPORTANCE DE LA MORT DE JÉSUS-CHRIST
La mort de Jésus-Christ est mentionnée plus de 175 fois dans le Nouveau Testament. L’Ancien Testament contient aussi de très nombreuses références prophétiques de cette mort. « Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, lui aussi, d’une manière semblable y a participé, afin d’écraser par sa mort celui qui détenait le pouvoir de la mort, c'est-à-dire le diable...» (Hébreux 2 : 14). La mort de Jésus-Christ n’était pas fortuite. C’était le but suprême de sa vie. Il est devenu homme afin de pouvoir mourir en tant qu’homme et pour les êtres humains
(Matthieu 20 : 28).

B) LE BUT DE SA MORT SUR LA CROIX
Ésaïe 53 : 5 ; Ésaïe 53 : 8-12 ; 1 Pierre 3 : 18 ; Romains 4 : 25 ; 1 Corinthiens 15 : 3 ; 1 Pierre 2 : 24.
Jésus-Christ mourut sur la croix pour effacer le péché du monde. Ce sont les péchés des êtres humains qui a rendu cette mort nécessaire. Jésus-Christ s’est substitué a nous : Lui le Juste qui méritait de vivre, mourut à la place des êtres humains injustes et pécheurs qui méritaient de mourir. Jésus-Christ a donné sa vie en rançon. Par sa mort le prix a été payé pour racheter les êtres humains de la mort
(Ésaïe 53 : 10). Jésus-Christ s’est offert en ablation. À travers sa mort, le pardon a été accordé aux pécheurs (Hébreux 9 : 22 ; 9 : 29 ; 1 Jean 4 : 10 ; Romains 3 : 25). Jésus-Christ a été destiné par Dieu pour être la victime expiatoire par son sang. Par l’effusion de son sang précieux, pour nous pécheurs, nous obtenons le rachat, le rédemption. Le pécheur doit donc subir les conséquences de son péché, mais Jésus-Christ s’est substitué à nous en mourant sur la croix. Pour quiconque place toute sa confiance en Jésus, Il le rachète de la malédiction de la loi, en portant Lui-même cette malédiction (Galates 3 : 10-13). Jésus-Christ est devenu par sa mort notre sacrifice pascal.
Le sang de Jésus versé nous a épargné le châtiment divin réservé à tout pécheur non-repentant. Jésus-Christ est mort pour racheter ceux qui étaient sous la loi, afin que nous puissions être adoptés comme enfants de Dieu. La mort de Jésus-Christ est la base sur laquelle les êtres humains peuvent être délivrés des exigences de la loi et ainsi devenir enfants de Dieu par la foi
(Colossiens 2 : 14-15 ; Galates 4 : 4-5). Nous étions esclaves de ce siècle présent par le péché et la loi, mais par la mort de Jésus-Christ nous avons été libérés pour devenir les citoyens des cieux (Philippiens 3 : 20). Jésus-Christ est mort pour nous emmener à Dieu. Sa mort a effacé l’infranchissable gouffre qui séparait le seul vrai Dieu trois fois Saint de l’être humain pécheur (Matthieu 27 : 50-51 ; Hébreux 10 : 19-20 ; Hébreux 9 : 1- 10).

C) POUR QUI CHRIST FÛT-IL MORT ?
a. Jésus-Christ mourut pour chacun de nous qui croyons en Lui.
b. Jésus-Christ mourut pour l’Église qui est son Épouse
(Ephésiens 5 : 25-27).
c. Jésus-Christ mourut pour chaque croyant individuellement ; non simplement pour l’Église en tant que Corps, mais pour chaque individu de ce corps. Tout croyant en Jésus peut dire : « il m’a aimé et s’est donné Lui-même pour moi ». (Galates 2 :20).
d. Jésus-Christ mourut pour le monde entier
(Jean 1 : 29). La dette du péché de tous les êtres humains a été acquittée par Jésus sur la croix. Chaque être humain au monde peut être pardonné, tout ce qui leur reste à faire c’est d’accepter par la foi en Jésus ce pardon et d’en prendre possession. Par la mort de Jésus Christ, la séparation entre les juifs et « gentils » n’existe plus. C’est la loi qui sépare le juif du gentil. Mais Jésus a aboli cette loi en sa chair et maintenant en Jésus-Christ, "il n’y a ni juif ni grec (...) mais tous sont un en Jésus-Christ" (Galates 3 : 28). Son sang est le lien qui réunit toutes les nations en une seule (Colossiens 1 : 20-22 ; Ephésiens 1 : 7).

Par le sang de Jésus, les croyants en Jésus ont déjà la rédemption, le pardon de leurs offenses. C’est quelque chose que le sang de Jésus leur a acquis et qu'ils se l'ont approprier par la foi (1 Jean 1 : 7 ; Romains 5 : 9).
Par le sang ou dans le sang de Jésus-Christ, les enfants de Dieu sont justifiés
(2 Corinthiens 5 : 21 ; Romains 8 : 33-34). Ils ne sont plus condamnés car Jésus-Christ a payé le prix; (Romains 8 : 1-3 ; 1 Corinthiens 6 : 20).
Nous appartenons désormais à Dieu : ni le diable, ni le monde ni nous mêmes n’ont plus le droit sur nous
(1 Pierre 2 : 9). Son sang nous a sanctifiés (Hébreux 10 : 14). La mort du Christ et Sa résurrection a été la fin du pouvoir de Satan sur les enfants de Dieu. Il ne peut plus se servir de la puissance de la mort sur ceux qui se sont mis au bénéfice de la mort du Christ (Colossiens 2 : 14-15 ; Hébreux 2 : 14).

Écrire un commentaire
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 > >>