Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
L'Évangile est une puissance de Dieu pour le Salut de quiconque croit (Romains 1 : 16)

Articles récents

Recevoir l'appel à être enfants de Dieu

23 Octobre 2017 Publié dans #Salut

Le jour où nous avons abandonné notre vie entre les mains de Jésus-Christ, nous avons reçu l'appel à être enfants de Dieu. Comme le fils prodigue dans Luc 15 : 11-32, nous avons quitté le désert du péché pour revenir à notre Père, qui nous a embrassé à notre arrivée, et nous a souhaité les bienvenus dans Sa maison. Nos vêtements étaient tout usés et déchirés. Jésus a fallu nous laver de la mauvaise odeur de notre passé de péché. Jésus est venu à notre secours, Il nous a sauvé, et nous a revêtu de Sa justice. Il nous a donné un anneau d'autorité, que nous avons mis à notre doigt. Des chaussures neuves ornent nos pieds, et le Père a célébré notre retour en faisant préparer le veau gras.
Nous étions tellement heureux d'avoir reçu le pardon de Dieu et un tel accueil de Sa part. Le Père nous a accueilli et nous sommes appelés à être enfants du Dieu Vivant ! Voilà l'avenir magnifique que le Seigneur a prévu pour chacun de nous qui sommes ses enfants ! L'héritage qui nous attend et qui nous est offert dépasse toute imagination humaine. "Nous sommes des héritiers de Dieu et des cohéritiers de Christ" (Romains 8 : 17). C'est une espérance glorieuse !
Quand l'apôtre Jean parle de cet appel, il parle de ce sujet béni avec tout l'Amour du Seigneur Dieu : « Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu ! Et nous le sommes. Si le monde ne nous connaît pas, c'est qu'il ne l'a pas connu. Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été manifesté ; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu'il est. Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui-même est pur » (1 Jean 3 : 1-3).
Des moments peuvent arriver où nous pouvons manquer de foi quand nous réfléchissons à l'infinie grandeur de notre appel, et que nous nous demandons si nous parviendrons à cette perfection d'enfants de Dieu. Mais notre espérance divine nous pousse à sourire, et à dire : "Il en sera bien ainsi !". L'espérance précède la foi. L'espérance purifiera notre désir ardent de nous purifier comme Christ est pur. L'espérance nous délivre de tout désespoir et de toute crainte de l'échec.
Dès le moment où le Saint-Esprit a implanté la divine semence de Jésus-Christ en nous, ce processus a commencé ! Notre nouvelle naissance a marqué le début de notre nouvelle relation avec le seul vrai Dieu.
Satan s'opposera de toutes ses forces à tous les pas que nous pourrons faire pour répondre à notre appel divin. Il essayera d'employer les moyens les plus subtils pour gêner notre progression. C'est un adversaire jaloux. Rappelons-nous comment il s'est opposé de toutes ses forces au Seigneur Jésus dans le désert, comme tout au long du ministère du Seigneur. Toutefois, tenons ferme, et restons résolus ! Nous avons reçu l'appel du Seigneur ! Si Dieu est pour nous, qui peut s'opposer à nous ? (Romains 8 : 31)
C'est le Seigneur Jésus qui nous mènera à la perfection et tout ce qui nous concerne. Jésus a triomphé ! Nous triompherons aussi. Nous passerons l'épreuve en vainqueur, et nous deviendrons des enfants de Dieu mûrs et parfaits. Jésus-Christ nous présentera sans ride ni tache à Dieu Son Père (Éphésiens 5 : 27). Celui qui a commencé en vous cette bonne œuvre l'achèvera (Philippiens 1 : 6).
Quelle que soit l'opposition et quelle que soit l'ardeur de la fournaise que nous allons subir durant notre vie sur la terre, le Seigneur Jésus se tiendra toujours auprès de nous. Refusons d'être découragés quand notre chemin devient difficile. Ayons les yeux fixés sur le but ! Fixons notre cœur et nos pensées sur le plan magnifique de Dieu, et osons croire que ce que nous vivons actuellement a été prévu par Dieu pour nous permettre d'entrer justement dans Son plan ! Amen !

Écrire un commentaire

L'Amour de Jésus m'a rempli de joie

22 Octobre 2017 Publié dans #Amour de Dieu - de Jésus

1. J’ai connu Jésus, O jour merveilleux, jour à ne pas oublier

Je marchais sur un chemin ténébreux, c’est Jésus qui m’a sauvé

Oh quel amour, quelle grâce infinie, il m’a vu dans ma tristesse.

Mon Maître, mon Seigneur et mon Ami, il m’a rempli de son allégresse

 

Refrain

L’Amour de Jésus m’a rempli de joie, lorsque je l’ai rencontré à la croix

Il m’a tout pardonné, m’a lavé de mon péché

L’amour de Jésus m’a rempli de joie

 

2. Né de nouveau, j'ai reçu son Esprit, je suis un enfant de Dieu

Déjà je connais l’Éternelle Vie, mon chemin est lumineux

Je me suis repenti de mes péchés, j’ai reçu Jésus en moi

Je n’ai pas honte de le confesser, Oh quel privillège et quelle joie

 

3. Jusqu’au jour où je serai dans le ciel, sa Parole est mon appui

Le Seigneur Jésus est toujours fidèle, et le Salut est en Lui

Vous qui cherchez la Route de la vie, Jésus est la Vérité

Écoutez sa voix, Oh venez à Lui pour toujours vous serez libéré

John W. Peterson (pour la version originale anglaise

Écrire un commentaire

Être conscient de la présence de Dieu en nous

21 Octobre 2017 Publié dans #Divers

Afin de vivre convenablement et réellement la présence du Seigneur en nous, nous devons en être conscients. Mais comment pouvons la percevoir, le savoir de manière évidente ? Voici quatre éléments qui nous la confirment : - la Parole de Christ, - le témoignage intérieur du Saint-Esprit, - le fruit de l'esprit que nous portons, - la manifestation du Saint-Esprit

1) La Parole de Christ :
Jésus le dit et c'est là qu'intervient la foi : "Que votre cœur ne se trouble pas, croyez en Dieu et croyez en moi" (Jean 14. 1). Christ nous demande de le croire. Lorsque Jésus dit que Lui et son Père viendront faire leur demeure en nous, nous pouvons le croire, sa Parole est la vérité. Le chapitre 11 de l'épître aux Hébreux définit la nature de la foi et Paul écrit aux disciples de Rome qu'elle vient de ce qu'on entend de la Parole de Christ. "Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ" (Romains 10.17). La foi pour le pardon de nos péchés, la guérison de nos maladies, l'accomplissement de toutes les paroles et promesses de Dieu, nos certitudes quand à notre avenir éternel, ne doivent pas dépendre de nos raisonnements, sentiments, émotions, sensations physiques, mais elle sont fondées sur la Parole écrite de Dieu, la Bible. Il en va de même pour la certitude de la présence de Dieu en nous, le Seigneur Jésus à dit : "Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui" (Jean 14. 23). La Parole du Seigneur est incontestable. Elle est le fondement de notre foi. Lorsque Jésus affirme qu'il sera en nous, que son Père et lui feront leur demeure en nous, nous pouvons en être certains, c'est la vérité.

2) Le témoignage intérieur du Saint-Esprit :
L'apôtre Jean a écrit à ce sujet des paroles très importantes : "Nous connaissons que Dieu demeure en nous par l’Esprit qu’il nous a donné" (1 Jean 3. 24 ; 1 Jean 4. 13). L'apôtre Paul enseigne aussi la réalité du témoignage du Saint-Esprit à notre esprit : "L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu" (Romains 8. 16). L'Esprit de Dieu témoigne à notre esprit de sa présence, de son approbation ou de sa désapprobation, en agissant dans notre être intérieur : conscience, pensées, sentiments, émotions. Ce "témoignage intérieur" est une manifestation de sa relation personnelle avec nous. Cependant la perception du témoignage du Saint-Esprit en nous, dépend en grande partie de l'attention que nous lui portons et de notre sensibilité spirituelle. Jésus reprochait à certains de ses auditeurs d'avoir le cœur endurci, fermé, c'est à dire insensible : "Car le cœur de ce peuple est devenu insensible; Ils ont endurci leurs oreilles, et ils ont fermé leurs yeux..." (Matthieu 13. 15). Bien des choses peuvent nous empêcher d'entendre la voix de l'Esprit de Dieu. D'abord nos propres pensées, puis les soucis de la vie, l'amour du monde, le manque de temps, pris que nous sommes par de nombreuses activités, ou tout simplement le manque de foi, nous ne croyons pas que c'est Lui qui parle. Le prophète Esaïe disait : "Il éveille, chaque matin, il éveille mon oreille, Pour que j’écoute comme écoutent des disciples. Le Seigneur, l’Éternel, m’a ouvert l’oreille, et je n’ai point résisté, je ne me suis point retiré en arrière" (Esaïe 50. 4-5). Soyons attentifs, apprenons écouter et à discerner la voix de l'Esprit de Christ en nous.

3) Le fruit que l'Esprit Saint produit en nous :
Nous savons que Dieu demeure en nous, lorsque notre mentalité, nos sentiments, notre façon de parler et de nous comporter, changent ! De la même manière que Jésus change l'eau en vin, il transforme notre vie par sa présence en nous. Dieu agit comme un potier qui modèle un vase ; par son Esprit Saint qui vit en nous, Il imprime sa nature dans nos vies. En fait, le fruit de l'Esprit Saint, c'est la nature même de Christ qui se développe en nous, c'est la preuve de Sa présence. "Dieu est amour; et celui qui demeure dans l’amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui" (1 Jean 4. 16). "Personne n’a jamais vu Dieu; si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour est parfait en nous" (1 Jean 4. 12). "Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance" (Galates 5. 22). Le Saint-Esprit est l'agent unique qui nous rend conscients de la présence de Dieu en nous et qui produit efficacement le fruit de cette présence divine.

4) La manifestation du Saint-Esprit :
C'est par le Saint-Esprit que le Père et le Fils habitent en nous. Le Saint-Esprit est le communicateur des choses qui appartiennent au Père et au Fils. Les dons spirituels par lesquels le Saint-Esprit se manifeste, sont autant de signes évidents de la présence de Dieu, dans les assemblées des disciples de Christ et dans notre vie personnelle. "Or, à chacun la manifestation de l’Esprit est donnée pour l’utilité commune. En effet, à l’un est donnée par l’Esprit une parole de sagesse; à un autre, une parole de connaissance, selon le même Esprit; à un autre, la foi, par le même Esprit; à un autre, le don des guérisons, par le même Esprit; à un autre, le don d’opérer des miracles; à un autre, la prophétie; à un autre, le discernement des esprits; à un autre, la diversité des langues; à un autre, l’interprétation des langues. Un seul et même Esprit opère toutes ces choses, les distribuant à chacun en particulier comme il veut" (1 Corinthiens 12. 7-11). Un don de l'Esprit particulier témoigne avec évidence de sa présence, c'est lorsque nous parlons en d'autres langues : "Et ils furent tous remplis du Saint-Esprit, et se mirent à parler en d’autres langues, selon que l’Esprit leur donnait de s’exprimer" (Actes 2. 4). Ce n'est pas le plus important, mais c'est une manifestation que nous sommes invités à désirer et à pratiquer avec équilibre en particulier dans notre communion avec Dieu notre Père céleste et avec le Seigneur Jésus-Christ.

Écrire un commentaire

S'ils connaissaient le don de Dieu !

21 Octobre 2017 Publié dans #Salut

Arrivés au point culminant d'une randonnée en montagne, des promeneurs débouchaient sur un sommet dégarni. Là, comme souvent, se dresse une croix en bois. Ils découvraient bientôt que ses moindres fentes sont incrustés de pièces de monnaie, placées là par des promeneurs.
Que voulaient-ils offrir, ces promeneurs, ou que cherchaient-ils à obtenir du Dieu des cieux ? Le pardon pour un péché commis ? Le bonheur dans leur vie ? Le salut de leur âme ?
C'est bien mal connaître le seul vrai Dieu, le Dieu de la Bible : Il a pris la condition la plus pauvre parmi les pauvres dans la personne de Jésus-Christ. Dieu est heureux de donner : c'est ainsi qu'Il exprime son parfait et infini Amour. Il ne pose pas de condition, et n'exige aucun paiement. Mais c'est aussi le Dieu auquel tout appartient, et qui n'a rien à faire de nos prétentions à acheter sa miséricorde. Alors, dans un monde où l'on ne peut rien se procurer sans argent, Jésus nous fait savoir qu'Il offre , Lui, gratuitement aux êtres humains, leur plus grand besoin : Le salut de leur âme. Oui, Dieu nous offre l'eau vive nécessaire à toute personne assoiffée dans son être intérieur (Jean 4 : 10). L'eau vive, c'est le symbole de la fraîcheur, du renouveau, d'une vie nouvelle ; cette vie nouvelle et éternelle commence dès ici-bas lorsqu'on reconnaît qu'on a besoin de Dieu, et qu'on se soumet à son autorité. Comme Jésus allait à la rencontre des personnes en difficulté, Dieu aujourd'hui vient à notre rencontre. Il ne nous juge pas, mais nous offre son pardon. Ce don de Dieu, le connaissez-vous personnellement ?

Écrire un commentaire

Jésus-Christ fut crucifié

20 Octobre 2017 Publié dans #Sacrifice de Jésus, #La croix

Christ crucifié est un des messages fondamentaux de la Bible, celui que nous retrouvons dans la bouche des prophètes de l'Ancien Testament, comme dans la prédication des apôtres et disciples de Christ dans le Nouveau Testament c'est : "Jésus-Christ et Jésus-Christ crucifié". "Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu. Nous prêchons un Christ mis en croix. Les Juifs crient au scandale. Les Grecs, à l’absurdité. Mais pour tous ceux que Dieu a appelés, qu’ils soient Juifs ou Grecs, ce Christ que nous prêchons manifeste la puissance et la sagesse de Dieu" (voir 1 Corinthiens 1. 17-25).
La réalité historique de la crucifixion de Jésus-Christ ne fait aucun doute, ce qui fait débat c'est "pourquoi" ? Les religieux d'Israël n'ont pas compris le sens de la mort du Christ sur la croix, ils attendaient un messie-roi et non un messie souffrant. Ils ont perçu sa crucifixion comme scandaleuse, la croix était alors un instrument de malédiction, selon qu'il est écrit dans la loi de Moïse : "Celui qui est pendu est un objet de malédiction auprès de Dieu" (Deutéronome 21. 23). "Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit : Maudit est quiconque est pendu au bois" (Galates 3. 13). Ils n'ont pas compris que Jésus venait effectivement accomplir la prophétie, comme le serviteur de l'Éternel, annoncé par le prophète : "Qui a cru à ce qui nous était annoncé ? Qui a reconnu le bras de l’Éternel ? Il s’est élevé devant lui comme une faible plante, Comme un rejeton qui sort d’une terre desséchée; Il n’avait ni beauté, ni éclat pour attirer nos regards, Et son aspect n’avait rien pour nous plaire. Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas" (Ésaïe 53. 1-3).
Scandale pour les uns, folie pour d'autres, incompréhension pour la plupart, la croix de Christ renferme pour ceux qui croient le pouvoir du salut de Dieu. "Nous prêchons Christ crucifié; scandale pour les Juifs et folie pour les païens, mais puissance de Dieu et sagesse de Dieu pour ceux qui sont appelés, tant Juifs que Grecs" (1 Corinthiens 2. 23-24). Ce qui peut nous étonner, c'est le choix de Dieu pour cette forme de supplice. Pourquoi la crucifixion ? Le Fils de l'Homme, Jésus, aurait pu subir la lapidation, châtiment courant pour le peuple juif. Il aurait pu être décapité ou subir une autre mort. Il a fallu qu'Il subisse l'ignominie, la souffrance terrible, physique et morale de la croix, que les romains utilisaient pour supplicier les malfaiteurs et ceux qu'ils considéraient comme opposés au régime. La crucifixion est le choix délibéré de Dieu pour le sacrifice de son Fils, car elle comporte plusieurs aspects concernant l'œuvre de notre salut et elle a été clairement annoncée par les prophètes et tout particulièrement par David, dans le Psaume 22 : "Et moi, je suis un ver et non un homme, L’opprobre des hommes et le méprisé du peuple. Tous ceux qui me voient se moquent de moi, Ils ouvrent la bouche, secouent la tête: Recommande-toi à l’Éternel ! L’Éternel le sauvera, Il le délivrera, puisqu’il l’aime! -Oui, tu m’as fait sortir du sein maternel, Tu m’as mis en sûreté sur les mamelles de ma mère; Dès le sein maternel j’ai été sous ta garde, Dès le ventre de ma mère tu as été mon Dieu. Ne t’éloigne pas de moi quand la détresse est proche, Quand personne ne vient à mon secours! De nombreux taureaux sont autour de moi, Des taureaux de Basan m’environnent. Ils ouvrent contre moi leur gueule, Semblables au lion qui déchire et rugit. Je suis comme de l’eau qui s’écoule, Et tous mes os se séparent; Mon cœur est comme de la cire, Il se fond dans mes entrailles. Ma force se dessèche comme l’argile, Et ma langue s’attache à mon palais; Tu me réduis à la poussière de la mort. Car des chiens m’environnent, Une bande de scélérats rôdent autour de moi, Ils ont percé mes mains et mes pieds. Je pourrais compter tous mes os. Eux, ils observent, ils me regardent; Ils se partagent mes vêtements, Ils tirent au sort ma tunique. Et toi, Éternel, ne t’éloigne pas! Toi qui es ma force, viens en hâte à mon secours !"
Il y a dans les paroles du psalmiste une prophétie bouleversante de ce qui s'est produit lors de la crucifixion de Jésus.

D'autres prophètes ont aussi annoncé la manière dont le Messie de Dieu devait mourir en expiant les péchés des êtres humains. "Alors je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem Un esprit de grâce et de supplication, Et ils tourneront les regards vers moi, celui qu’ils ont percé. Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique, Ils pleureront amèrement sur lui comme on pleure sur un premier-né" (Zacharie 12. 10). "Des laboureurs ont labouré mon dos, Ils y ont tracé de longs sillons" (Psaumes 129. 3). Lorsque nous considérons les souffrances de Christ : moqueries, humiliations, coups, flagellation, couronne d'épines, foule haineuse et déchaînée, abandon de ses disciples et finalement la honte de la crucifixion, supplice habituellement réservé aux pires malfaiteurs, nous comprenons les paroles des prophètes qui parlent d'ignominie, d'humiliation, d'abaissement, d'un visage défiguré, de malédiction. La croix, avec tout ce qui a précédé la crucifixion, a été l'instrument de supplice qui pouvait le mieux convenir à un tel sacrifice pour le salut des pécheurs. Un sacrifice par lequel les péchés les plus horribles trouvent leur expiation. En quoi la croix de Christ est-elle une puissance de Dieu ? Si nous voulons comprendre le sens profond de la croix, il nous faut réaliser la gravité du péché dans ses conséquences. De même si nous voulons comprendre la gravité du péché, il nous faut considérer l'intensité douloureuse des souffrances et de la mort de Jésus.

La nécessité du parfait sacrifice de Jésus pour que nous soyons sauvés des conséquences tragiques de nos péchés :

La crucifixion de Jésus nous révèle les conséquences tragiques du péché et la nécessité d'une œuvre exceptionnelle pour les réparer. Évidemment, cela ne peut apparaître qu'à quelqu'un qui croit, quelqu'un dont le cœur va être touché par la prédication du Christ crucifié. A une époque où sont banalisés les péchés les plus graves, ne parlons pas des autres, nous devons acquérir la notion de la gravité de tout péché. Le salaire, ce que mérite le péché, c'est la mort, non seulement la mort physique, avec son cortège de souffrances, de maladies, d'infirmités, mais surtout la mort spirituelle, mais la perdition éternelle, appelé dans l'Apocalypse "la seconde mort" : "L’étang de feu, c’est la seconde mort" (Apocalypse 20. 14). "Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort" (Apocalypse 21. 8).
"Déjà, étant pécheurs par nature, nous sommes spirituellement morts par nos offenses et par nos péchés" (Éphésiens 2. 1). "Vous étiez en ce temps-là sans Christ, privés du droit de cité en Israël, étrangers aux alliances de la promesse, sans espérance et sans Dieu dans le monde. Vous étiez éloignés…" (Éphésiens 2. 12). La sentence est sans appel : "Le salaire du péché, c’est la mort" (Romains 6. 23). Et elle s'applique à tous sans exception : "Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu" (Romains 3. 23). "Car nous avons déjà prouvé que tous, Juifs et Grecs, sont sous l’empire du péché, selon qu’il est écrit: Il n’y a point de juste, Pas même un seul" (Romains 3. 9-10). De plus il est aussi écrit, et c'est le constat divin, que le prix du rachat de notre vie est trop cher pour que nous puissions l'acquitter : "Mais aucun homme n’a les moyens de racheter à Dieu la vie d’un autre homme ou de lui verser le prix de sa propre vie. Le prix de leur vie est trop cher à payer, il faut y renoncer une fois pour toutes" (Psaume 49. 7-8). Seul un sacrifice d'une valeur exceptionnelle a pu payer le prix de notre rachat. Ce sacrifice exceptionnel, c'est la vie même du Fils de Dieu, l'Agneau de Dieu, sans péché, sans défaut, sans tache. "Ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache" (1 Pierre 1. 18, 19). Oui, il est bien clair qu'aucun autre sacrifice, aucune autre offrande, que seul le sacrifice et l'offrande de la propre vie de Jésus-Christ sur la croix, ne pouvait suffire au rachat de nos âmes.

Écrire un commentaire

Jésus-Christ est la Vie (2)

19 Octobre 2017 Publié dans #La Vie

Soyons reconnaissants envers Dieu de ce que, lorsque les temps ont été accomplis, Il nous a donné son propre Fils unique Jésus-Christ qui est notre Seigneur, notre Sauveur et notre unique Médiateur entre nous et Lui. Après la description de cette vie épouvantable en Éphésiens 2 : 1-3, Paul décrit une vie spirituelle nouvelle : « Mais Dieu est riche en miséricorde et, à cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par nos fautes, il nous a rendus à la vie avec le Christ, c’est par grâce que vous êtes sauvés » (Éphésiens 2 : 4-5).
Quelle bonne nouvelle ! Quelles paroles merveilleuses ! Jésus-Christ, qui est le seul Médiateur entre les êtres humains et Dieu, nous a été donné pour nous donner la Vie Éternelle. Sans Jésus le Médiateur, aucun être humain ne peut diriger son souffle vers Dieu, même pas une seule fois. Les êtres humains peuvent inspirer et expirer l’air de ce monde toute la journée, mais tant qu'ils ne vivent pas en ayant Jésus-Christ dans leur vie et pour Jésus-Christ, ils demeurent morts spirituellement. Mais qui que nous soyons, Jésus nous aime parfaitement et Il est venu pour donner la vie spirituelle à tous ceux qui mettent véritablement leur confiance en Lui seul pour être sauvés.

La Vie Éternelle : À cette vie spirituelle s’ajoute la promesse de la vie éternelle. Dans Jean 1 : 5, nous voyons le grand combat qui fait rage entre Jésus, Celui qui donne la vie, et les forces des ténèbres, la mort. Nous voyons également le résultat de ce combat. L’obscurité ne pouvait pas vaincre Celui qui est la Lumière du monde. Jean décrit comment ces forces de l’obscurité ont conduit Jésus jusqu’à son procès, comment elles l’ont crucifié et comment elles l’ont mené au tombeau. Jésus était mort volontairement sur la croix par Amour pour nous, mais la mort ne pouvait pas Le retenir. Jésus, le Grand Créateur de la vie physique et le Donateur de la vie spirituelle, ne pouvait pas être retenu par la mort. Jésus a vaincu à jamais le péché, la mort et l’Enfer. L’obscurité a été conquise. La haine a été vaincue. Aucune des forces qui, si souvent, rendent nos vies misérables n’est en contrôle de notre vie. C'est Dieu le Tout Puissant qui est au contrôle. Il est sur le Trône. Jésus son Fils est Victorieux. Si notre vie est en Jésus, nous avons alors également la promesse de cette vie victorieuse. L'apôtre Paul dit en Romains 10 : 9 : « Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, tu seras sauvé ».
À travers Jésus-Christ, notre Sauveur et notre Médiateur, nous recevons non seulement la vie physique et spirituelle, mais également une vie d’une telle qualité que jamais nous ne pourrons la perdre. C’est la Vie Éternelle.

La vie abondante : À travers Jésus-Christ, nous avons la vie physique, la vie spirituelle et la vie éternelle. Qu’est-ce qu’une personne pourrait bien vouloir de plus ? Et pourtant, il y a plus encore ! Jésus a dit : « Moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles l’aient en abondance » (Jean 10 : 10). Plusieurs chrétiens affirment avoir la vie physique, spirituelle et éternelle, et semblent satisfaits de s’en tenir à cela. Ce qui fait que leur vie est misérable et ils sont toujours là à se plaindre. Mais la vie que Jésus veut pleinement nous donner ne ressemble certainement pas à ce genre de vie. Notre vie doit être une bénédiction pour les autres, elle doit refléter notre joie en Jésus-Christ. Remplie de l’Esprit Saint de Dieu, notre vie doit être une vie abondante, une vie qui déborde tout autour de nous. La vie chrétienne va bien au-delà de la reconnaissance de notre péché et de notre misère. C’est une vie basée sur la connaissance du fait que le sacrifice parfait a été offert pour nous à la croix par Jésus-Christ et que, à travers Lui, nous ne sommes plus morts, mais nous avons été ramenés à la Vie Éternelle, et cette Vie doit déborder en nous.
Sachant que nous avons la paix avec le seul vrai Dieu, la paix infini qui nous est donnée grâce à l’œuvre parfaite de son Fils Jésus, nous débordons de la joie qui découle de la vie abondante que Jésus-Christ a acquise pour nous.

Écrire un commentaire

Jésus-Christ est la Vie (1)

18 Octobre 2017 Publié dans #La Vie

Jésus-Christ est la vie, “En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes.” (Jean 1 : 4).
Lorsque l'apôtre Jean écrit au sujet de la vie, c’est souvent en faisant un lien avec Jésus-Christ et la vie qu’Il offre. Le mot “vie” est utilisé plus de trente-cinq fois dans les vingt-et-un chapitres de l’Évangile de Jean. Si l’on ajoute à cela le verbe de même famille “vivre”, on obtient plus de cinquante références à Jésus comme étant la vie du monde. Que signifient toutes ces références ? Que signifie le fait que Jésus soit la source de la vie ou qu’il soit “la vie” pour vous et pour moi ?

La vie physique : La première réponse à cette question nous ramène à la Genèse. C’est la deuxième personne de la Trinité qui avait pour rôle de donner la vie à tous les êtres vivants dans ce monde. C’est la Parole de Dieu qui a créé. Jean dit : “En lui était la vie.” En d’autres mots, Jean déclare qu’en premier lieu, toute notre vie physique vient de Dieu à travers Jésus-Christ.
Déjà, en Genèse 1 : 26, la Bible fait allusion à cette vérité lorsque Dieu dit : “Faisons l’homme à notre image.” Quelques versets plus loin, nous lisons : “L’Éternel Dieu forma l’homme de la poussière du sol; il insuffla dans ses narines un souffle vital, et l’homme devint un être vivant.” (Genèse 2 : 7). Quand Dieu a formé l’homme au commencement de la création, il ne s’est pas servi d’or ou d’argent. Il n’a pas regardé l’homme évoluer tout au long des siècles. Dieu s’est servi de la poussière. De la simple poussière, commune et bien ordinaire, de la poussière que l’on trouve partout, tous les jours.
En Genèse 2 : 7, il est dit que nous sommes de la poussière ayant reçu le souffle de Dieu en nous. C’est ce souffle de Dieu qui nous donne la vie. C’est ce souffle de Dieu qui nous garde en vie. Qu’est-ce que le souffle de Dieu ? C’est ce qui sort de sa bouche : la Parole. Et cette Parole, c’est Jésus-Christ. Jésus nous procure donc la vie, la vie physique. Nous sommes ses créatures, nous avons été faits par Lui.

La vie spirituelle : Lorsque Jean écrit au sujet du rôle de Jésus-Christ lors de la création, il Le décrit comme Celui qui est à l’origine de la vie physique afin que nous puissions comprendre que Jésus est aussi Celui qui nous complète en nous donnant la vie spirituelle. Le fait que nous, êtres humains, soyons faits de poussière ne constitue que le commencement de son travail. À mesure que son Évangile progresse, Jean écrit de plus en plus de choses à propos de notre vie spirituelle et de notre besoin de Jésus-Christ comme Médiateur dans nos vies. Tout comme Jésus commence par être la source de notre vie physique, de même Jésus est finalement la source de notre vie spirituelle. Tout comme un être humain sans le souffle de Dieu demeure inanimé, de même la vie humaine sans Jésus-Christ demeure inanimée.
En Éphésiens 2 : 1-3, Paul explique à quoi ressemble la vie sans Jésus-Christ. C’est une vie des plus horribles : morts par nos offenses et par nos péchés ; marchant selon le cours de ce monde ; nous conduisant selon les convoitises de notre nature pécheresse ; étant des enfants de colère. Quelle vie épouvantable et horrible ! C’est une vie remplie de péché. C’est l’horrible condition dans laquelle nous êtres humains, nous nous trouvons si nous sommes sans Jésus-Christ le Sauveur et le Médiateur. Par nature, nous ne pouvons rien faire pour nous améliorer spirituellement. Sans Jésus, nous sommes morts spirituellement ! Nous avons désespérément besoin de Quelqu’un qui puisse nous donner la vie, de quelqu’un qui insuffle à nouveau la vie en nous, non pas physiquement, mais spirituellement ! Ce Quelqu'un est uniquement le Seigneur Jésus Christ, le Sauveur du monde.

À suivre...

Écrire un commentaire

Le bonheur d'être pardonné

17 Octobre 2017 Publié dans #Salut, #Pardon des péchés

Bienheureux... ! Bienheureux... ! (Psaumes 32 : 1-2) Ainsi s'est exclamé le roi David après avoir reconnu son péché devant Dieu et reçu son pardon. Mille ans plus tard, l'apôtre Paul cite ces paroles pour faire partager ce bonheur à tous ceux que Dieu a pardonnés en Jésus-Christ (Romains 4 : 7-8). Près de deux mille ans ont passé encore et ce message est toujours d'actualité. Le vrai croyant en Jésus-Christ sait que ce bonheur n'est pas passagère, ni éphémère, c'est un sujet de joie quotidien que rien ne peut détruire, ni aujourd'hui, ni demain. C'est un trésor dont la mort même ne peut pas le priver. Au contraire, si la mort arrive, elle introduit le vrai croyant dans la présence du Seigneur Jésus-Christ qui a tout accompli pour nous donner gratuitement le pardon de nos péchés.
Pourrions-nous vivre dans la paix véritable sans connaître un tel bonheur ? Que celui qui ne connait pas encore ce bonheur d'être pardonné par le seul vrai Dieu viennent avec confiance au Seigneur Jésus-Christ pour recevoir le pardon de ses péchés.
Être pardonné par Dieu implique que nous soyons conscients de nos péchés, que nous demandions pardon à Dieu, que nous acceptions le parfait sacrifice de Jésus pour nous, que nous nous détournons de nos péchés, et enfin que nous vivions notre vie d'une manière qui plait à Dieu et plus aimante envers notre entourage.

Dans les trois premiers chapitres de l'épître aux Romains, l'apôtre Paul prouve d'abord qu'il n'y a pas un seul juste et que tout le monde est coupable devant Dieu, vous et moi y compris. Puis il démontre que l’œuvre parfaite de Jésus-Christ, le Rédempteur, accomplie à la croix, répond à la culpabilité de quiconque s'approche de Dieu en Lui faisant confiance. A cause de Jésus-Christ, à cause de son sang versé sur la croix, Dieu qui est toujours parfaitement Juste, justifie des injustes : Dieu tient pour justes ceux qui, par la foi, s’approprient le sacrifice de Jésus-Christ pour le pardon de leurs péchés.
Qu'aucun être humain ne tarde à venir vers le seul vrai Dieu qui nous aime tous et qui veut nous pardonner en son Fils Jésus : Dieu accueille tout être humain qui reconnait ses péchés et qui met sa confiance en Jésus-Christ. Oui Dieu lui présente Jésus-Christ comme son seul Seigneur et Sauveur, son Grand Libérateur.

Écrire un commentaire

Jésus-Christ est Roi

16 Octobre 2017 Publié dans #Divers

Considérons en quoi consiste la Royauté du Seigneur Jésus-Christ, afin de nous efforcer d'être conscients qu'Il règne vraiment, qu'Il est Celui qui gouverne au dessus de tout pouvoir, toute autorité, tout prince, toute créature, dans les cieux, sur la terre, en tous lieux (Philippiens 2. 9).
Dans le livre de l'Apocalypse, l'apôtre Jean décrit les choses qui lui ont été révélées par différentes visions. Dès qu'il fut ravi en esprit dans le ciel, il a constaté que tous les êtres et les événements dépendaient du pouvoir souverain de Dieu. Il a écrit : "Aussitôt je fus ravi en esprit. Et voici, il y avait un trône dans le ciel, et sur ce trône quelqu’un était assis" (Apocalypse 4. 2).
Il y a un Trône dans le ciel, c'est un Trône très élevé, au dessus de tout
(Ésaïe 6. 1) et ce Trône n'est pas inoccupé… L'Éternel est assis sur son trône et il domine sur toutes choses. "Dieu, l’Éternel règne, il est revêtu de majesté, L’Éternel est revêtu, il est ceint de force. Aussi le monde est ferme, il ne chancelle pas" (Psaumes 93. 1). "L’Éternel était sur son Trône lors du déluge; L’Éternel sur son trône règne éternellement" (Psaumes 29. 10). Dieu règne, cela veut dire que quelques soient les événements, rien n'échappe à son pouvoir, même s'Il n'intervient pas toujours immédiatement. L'apôtre Jean a vu aussi, sur ce même Trône, le Seigneur Jésus-Christ (Apocalypse 5. 6). Dieu Son Père l'a fait asseoir avec Lui sur son trône, Il est pleinement associé à son Règne. Même si nous ne voyons pas encore que toutes choses Lui sont soumises, Jésus règne. Dieu Lui a donné la domination sur toutes ses œuvres, Il a tout mis sous ses pieds. "Tu as mis toutes choses sous ses pieds" (Psaumes 8. 6). "En effet, en lui soumettant toutes choses, Dieu n’a rien laissé qui ne lui fût soumis. Cependant, nous ne voyons pas encore maintenant que toutes choses lui soient soumises" (Hébreux 2. 8).

Dans son humanité, Jésus s'est présenté à Jérusalem, comme le roi que Dieu envoyait à son peuple, dans un esprit de service, rempli de douceur et plein d'humilité (Matthieu 21. 5). Mais ils n'ont pas voulu que l'Oint de Dieu règne sur eux. "Les rois de la terre se sont soulevés, et les princes se sont ligués contre le Seigneur et contre son Oint" (Actes 4. 26). Ils l'ont crucifié en le pendant au bois, mais Dieu l'a ressuscité et Il l'a fait asseoir avec Lui sur son trône : "Celui qui a été abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Jésus, nous le voyons couronné de gloire et d’honneur à cause de la mort qu’il a soufferte, afin que, par la grâce de Dieu, il souffrît la mort pour tous" (Hébreux 2. 9).
Si les incrédules ont rejeté Christ, ceux qui croient en Lui acceptent qu'Il règne sur eux, que tout dans leur vie Lui soit soumis. Aujourd'hui, par son Esprit, Jésus désire entrer dans notre vie afin de régner sur notre être entier : - l'esprit : nos pensées, nos projets, nos décisions, notre volonté ; - l'âme : nos sentiments, nos désirs, nos émotions, notre être affectif ; - le corps : nos comportements, notre aspect visible, la façon dont nous utilisons les membres de notre corps, dont nous le vêtons…

Enfin, Jésus paraîtra comme "Le Roi des rois qui vient régner sur le monde avec un sceptre de fer, c'est à dire avec une autorité incontestable, imposant sa justice à un monde qui a perdu tout repaire. Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s’appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice. Ses yeux étaient comme une flamme de feu; sur sa tête étaient plusieurs diadèmes; il avait un nom écrit, que personne ne connaît, si ce n’est lui-même et il était revêtu d’un vêtement teint de sang. Son nom est la Parole de Dieu. Les armées qui sont dans le ciel le suivaient sur des chevaux blancs, revêtues d’un fin lin, blanc, pur. De sa bouche sortait une épée aiguë, pour frapper les nations; il les paîtra avec une verge de fer; et il foulera la cuve du vin de l’ardente colère du Dieu tout-puissant. Il avait sur son vêtement et sur sa cuisse un nom écrit: Roi des rois et Seigneur des seigneurs (Apocalypse 19. 11-16).

A la lumière des Écritures, nous considérons donc les trois étapes du Règne de Christ : - pendant son humanité, par les évangiles, - aujourd'hui, dans l’Église sur la terre et dans notre vie personnelle, par son Esprit, - éternellement dans le monde à venir, sur cette terre pendant 1000 ans et dans la nouvelle création. Ces trois phases du règne de Jésus-Christ doivent inspirer à notre cœur : la foi, l'amour, le respect et l'espérance.
- La foi : Lorsque nous lisons sa Parole, nous constatons l'autorité du Fils de Dieu, venu en chair, pour révéler le Royaume de Dieu, l'autorité de sa Parole et le pouvoir miraculeux de ses actes. Sachant que Jésus est toujours le même, nous pouvons à la lecture des Évangiles retenir que son pouvoir et l'autorité de son règne sont toujours d'actualité.
- L'amour : La révélation de la personne du Seigneur Jésus-Christ, sa justice, sa bonté, sa compassion, sa miséricorde, sa douceur, etc… suscite en nous des sentiments d'admiration, d'amour et d'attachement.
- Le respect : Traduisons cette expression par le sens biblique qui lui est donné dans les Écritures : "la crainte de Dieu" qui implique une entière soumission au Roi divin et la recherche de ce qui Lui est agréable dans notre manière de vivre.
- L'honneur : Ils disaient d’une voix forte : L’agneau qui a été immolé est digne de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l’honneur, la gloire, et la louange
(Apocalypse 5. 12).
- L'espérance : Nous attendons le Royaume de Dieu, c'est à dire le jour ou Dieu va établir son règne sur la terre, par celui qu'il a désigné, le Seigneur Jésus-Christ, selon sa promesse Dès aujourd'hui nous avons conscience de l'élévation glorieuse de notre Sauveur et Seigneur et nous en sommes tellement heureux. Nous nous réjouissons de sa gloire et de son pouvoir ! Dieu l’a élevé par sa droite comme Prince et Sauveur
(Actes 5. 31), Il est Prince - Le prince des rois de la terre ! (Apocalypse 1. 5), le prince de la vie (Actes 3. 15), le prince de la paix (Ésaïe 9. 6), - Le Prince de notre salut (Hébreux 2. 10), Il est prince et roi dans notre cœur. Nous chantons : Seigneur Jésus, roi puissant, règne en moi, règne dans ton Église, sans partage ! Nous le voyons couronné de gloire et d'honneur. Nous l'adorons, nous attendons son Retour et son Règne. Ceux qui ne croient pas au Seigneur et Sauveur Jésus et ne l'aiment pas seront éternellement maudit en Enfer ! Maranatha - Notre Seigneur, viens ! (1 Corinthiens 16. 22) (Bible en Français Courant). Que ton règne vienne ! Amen ! Viens, Seigneur Jésus ! (Apocalypse 22. 20)

Écrire un commentaire

Tu es aimé(e) quoique tu penses

14 Octobre 2017 Publié dans #Amour de Dieu - de Jésus

Je n'ai pas demandé à naître, alors pourquoi dois-je vivre ? dis-tu peut-être. Tu t'interroges parce que tu es malheureux. Ta vie te paraît insupportable. Les causes en sont sûrement nombreuses : manque d'amour, incompréhension, abandon, deuil, maladie, échecs successifs, peur de l'avenir, peur de la mort ? Tu ne peux t'accepter comme tu es. Tourmenté, asphyxié, tu te sens seul... En somme, tu ne t'aimes pas et tu crois que personne ne peut t'aimer. Parfois même, tu te dis que tu voudrais mourir plutôt que vivre.

Au cœur de ta détresse, il y a un message d'espérance : Tu es aimé(e) ! Veux-tu accepter de te laisser aimer – tel que tu es, maintenant – par quelqu'un qui a donné sa vie pour toi ? Son nom ? C'est Jésus-Christ.
« Jésus est mort ! » me diras-tu. Oui, Jésus a été mort sur la croix, mais Il est maintenant ressuscité et Il vit à jamais. Aujourd'hui, maintenant, tu peux Lui parler. Jésus t'écoutera. Ce n'est pas difficile : tourne-toi vers Lui dans le fond de ton cœur, dis-Lui ta détresse, ton dégoût, tout ce que tu expérimentes. Appelle-Le au secours... Ce sera ta prière. Crois-Le sincèrement ; ta prière atteindra son cœur, car Jésus-Christ te comprend parfaitement. Comme toi, Jésus a aussi connu une angoisse terrible, à la veille de sa mort. Jésus est tout proche de toi, Il veut et Il peut te consoler. Lis et médites Sa Parole (la Bible), lis et médites les évangiles ; tu apprendras à connaître Jésus-Christ personnellement, et Il te conduira à Dieu, le Père de tous ceux qui croient et qui mettent leur confiance en Jésus.

Dans les moments de grande angoisse, ne reste pas seul. Appelle au secours, parle à un ami, une connaissance en qui tu as confiance, où un frère t’écoutera et priera avec toi ou à un autre organisme qui respectera aussi ton anonymat.

Quand on découvre qu’on est aimé de Dieu, on peut se réconcilier avec soi-même, s’accepter avec ses faiblesses et son passé… En mettant ta vie entre les mais de Dieu, tu comprendras peu à peu que ta vie a un sens si tu la consacres aux autres, si toi aussi, tu essaies d’aider, de remettre debout ceux qui souffrent autour de toi. Alors tu verras que ta vie n’est pas une goutte d’eau dans l’océan ou un numéro sorti au hasard.

Écrire un commentaire
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>