Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
L'Évangile est une puissance de Dieu pour le Salut de quiconque croit (Romains 1 : 16)

Articles récents

Sauvé uniquement par le don gratuit de Dieu‏

18 Avril 2015 Publié dans #Salut

La justice a été personnifiée sur certains tableaux par une femme tenant à la main une balance ancienne avec ses deux plateaux. C'est l'image que beaucoup de gens se font de la Justice divine, comme si, au jour du jugement, Dieu devait répartir les oeuvres de chacun : les bonnes d'un côté, les mauvaises de l'autre. Suivant celles qui pèseraient le plus lourd, le sort éternel de chacun serait décidé. Représentation trompeuse !
Quand il s'agit du Salut de l'âme, les œuvres humaines n'ont pas plus de poids qu'un souffle : les humains « placés dans la balance... montent ensemble plus légers que la vanité » (Psaume 62. 9). Il est dit à un roi d'Orient, qui se croyait très important : « Tu as été pesé à la balance, et tu as été trouvé manquant de poids » (Daniel 5. 27). Ces images montrent la condamnation certaine de tous ceux qui n'auront pas accepté le don gratuit du Salut en Jésus Christ et qui seront jugés d'après leurs œuvres.
Mais Dieu nous a donné le moyen de ne pas être jugé, ni être condamné. Jésus Christ a déclaré : « Celui qui entend ma parole et qui croit celui qui m'a envoyé (Dieu) a la vie éternelle et ne vient pas en jugement » (Jean 5. 24). Notre Salut est un don gratuit de Dieu. Le seul moyen de posséder le Salut, c'est de croire en Dieu et d'accepter par la foi son don gratuit de la Vie Éternelle en Jésus. Les bonnes œuvres faites pour la gloire de Dieu suivent le Salut et en sont la preuve. Nous sommes alors invités à faire « les bonnes œuvres que Dieu a préparées à l'avance » (Éphésiens 2 : 10) seulement après avoir reçu son don gratuit de la Vie Éternelle.
Avec Jésus, nous réaliserons de bonnes œuvres, non pas pour nous sauver, mais pour lui plaire parce qu'il nous a aimé et nous a déjà sauvé, parce que je crois à son don gratuit de la Vie Éternelle.

Écrire un commentaire

La vivante espérance du vrai chrétien‏

18 Avril 2015 Publié dans #Pardon des péchés, #Retour de Jésus

Un des traits qui doivent caractériser tout vrai chrétien, c'est qu'il a une espérance vivante (1 Pierre 1. 3), réservée pour lui dans les cieux (Colossiens 1. 5). L'espérance chrétienne n'est pas un simple espoir, comme nous en avons souvent, des désirs dont nous souhaitons simplement la réalisation. Non, elle est une ferme certitude, qui s'appuie sur les promesses de Dieu qui ne peut mentir.
Pour ce qui est du passé, le vrai croyant en Jésus sait que ses péchés sont pardonnés. Christ les a expiés sur la croix. Le présent est pour lui une étape vécue dans la faveur de Dieu avec qui il est en paix. Sa raison de vivre est une personne, Jésus Christ, son Sauveur, qui a promis d'être avec lui “tous les jours” (Matthieu 28. 20).
L'avenir, il peut l'envisager comme un but : c'est le Retour de Jésus qui viendra enlever de la terre tous ceux qu'il a rachetés, et les introduira dans la maison du Père. Avant de quitter les siens, le Seigneur Jésus les encourageait en leur disant : « Je reviendrai, et je vous prendrai auprès de moi ; afin que là où moi je suis, vous, vous soyez aussi » (Jean 14. 3). Bientôt le Seigneur Lui-même descendra du ciel pour accomplir cette promesse. En attendant ce moment, Jésus renouvelle les forces du vrai croyant pour qu'il affronte les épreuves de la vie sans être attristé comme ceux qui n'ont pas d'espérance (1 Thessaloniciens 4. 13).

Écrire un commentaire

La signification du sang de Jésus-Christ (3)

17 Avril 2015 Publié dans #Salut

7) L'ENTRÉE PAR LE SANG
Il est dit de cette libre entrée par le sang de Jésus : « Ainsi donc, frères, puisque nous avons, au moyen du sang de Jésus, une libre entrée dans le sanctuaire » (Hébreux 10 : 19). Par la sanctification nous sommes habilités à entrer dans le sanctuaire céleste. Dans l'ancienne Alliance cela était permis uniquement au grand sacrificateur, et une seule fois l'an. Par la communion rétablie avec le Dieu Saint par le sang précieux de Jésus, les enfants de Dieu ont, non pas une fois par an mais en tout temps, "une entrée libre dans le sanctuaire". Oui, en tant que membres de l'Église de Jésus-Christ, nous sommes devenus le temple dans lequel l'Esprit Saint habite (1 Corinthiens 3 : 16 - 17).
Par Son sang, Jésus-Christ a acquis pour les Siens une rédemption éternelle ; Son sacrifice est donc valable pour toujours. Jésus représente maintenant les Siens devant le Père céleste : « ...il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint...avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle...afin de comparaître maintenant pour nous devant la face de Dieu »
(Hébreux 9 : 12 - 24).
Oui, par Son sang précieux, nous sommes placés dans la position de sacrificateurs : « A celui (Jésus-Christ) qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles ! Amen ! » (Apocalypse 1 : 5-6).
Il est écrit dans la première Épître de Pierre : « Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière, vous qui autrefois n'étiez pas un peuple, et qui maintenant êtes le peuple de Dieu, vous qui n'aviez pas obtenu miséricorde, et qui maintenant avez obtenu miséricorde » (1 Pierre 2 : 9-10).
Par le sang de Jésus-Christ, chaque enfant de Dieu a maintenant le droit d'entrer dans le sanctuaire à tout moment du jour et de la nuit - il en fait personnellement partie. Il est dit ceci dans la version "Parole vivante" : « Ainsi donc, mes frères, parce que Jésus a versé son sang, nous avons un libre accès au sanctuaire éternel » (Hébreux
10 : 19).

8) LA VICTOIRE PAR LE SANG
« Et j'entendis dans le ciel une voix forte qui disait : Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l'autorité de son Christ; car il a été précipité, l'accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit. Ils l'ont vaincu à cause du sang de l'Agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n'ont pas aimé leur vie jusqu'à craindre la mort ! » (Apocalypse 12 : 10-11).
Par le précieux sang de Jésus-Christ a été remportée la victoire sur la mort et sur Satan. Si nous sommes devenus la propriété de Jésus, nous pouvons être participants de Sa victoire et savons maintenant que la mort n'a plus de pouvoir sur nous. La vie éternelle nous est promise.

9) LA GLOIRE ÉTERNELLE PAR LE SANG
Dans l'entretien que Jean eut avec un des anciens au sujet de la foule innombrable se tenant devant le trône et devant l'Agneau, ceci a été dit : « Ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation; ils ont lavé leurs robes et ils les ont blanchies dans le sang de l'Agneau. C'est pour cela qu'ils sont devant le trône de Dieu, et le servent jour et nuit dans son temple. Celui qui est assis sur le trône dressera sa tente sur eux; ils n'auront plus faim, ils n'auront plus soif, et le soleil ne les frappera point, ni aucune chaleur. Car l'Agneau qui est au milieu du trône les paîtra et les conduira aux sources des eaux de la vie, et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux » (Apocalypse 7 : 14-17).
Sans le précieux sang de Jésus, pas de victoire, pas de vie éternelle et donc pas de gloire. Celui qui affirme : "Jésus n'a pas dû aller à la croix pour moi !" n'a rien compris de l'Évangile. Celui qui déclare que le message de la croix est repoussant et sans amour n'a aucune idée de la sainteté et de l'amour de Dieu. Celui qui n'adore pas Jésus-Christ crucifié et ressuscité, mais seulement le petit enfant de la crèche, n'a rien saisi de la gravité du péché et de ses conséquences.

NOUS INSISTONS AVEC CERTITUDE QUE : Sans le précieux sang de Jésus-Christ, il n'y a pas de pardon, pas de rédemption, pas de purification, pas de justification et pas de paix ! Sans le précieux sang de Jésus-Christ, il n'y a pas de sanctification, et sans celle-ci pas d'accès au seul Dieu trois fois Saint ! Sans le précieux sang de Jésus, pas de victoire et pas de gloire ! Oh, combien nous devrions rendre grâce à Dieu pour le sang de Jésus-Christ ! Dieu soit loué éternellement !

Écrire un commentaire

La signification du sang de Jésus-Christ (2)

16 Avril 2015 Publié dans #Salut

3) LA PURIFICATION PAR LE SANG :
Dans la première Épître de Jean, il est dit ceci aux croyants : « ...mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de Jésus son Fils nous purifie de tout péché » (1 Jean 1 : 7). Celui qui est lavé de sa culpabilité, qui est sauvé, racheté par le sang de Jésus peut se présenter purifié devant Dieu. Ce n'est qu'ainsi que la communion avec le Dieu de sainteté est possible !
Fondamentalement, le Dieu Saint ne peut avoir de communion avec l'être humain souillé par le péché. Une communion n'est possible qu'avec quelqu'un de sanctifié. Cela implique donc la purification des péchés, laquelle ne peut se faire que par le précieux sang de Jésus. Là où cette purification n'a pas eu lieu, il ne peut y avoir ni accès direct à Dieu ni communion avec Lui. Ce principe est déjà énoncé dans l'ancienne Alliance avec les lavages d'eau et le rituel des purifications, auxquels les sacrificateurs devaient se soumettre.

4) LA JUSTIFICATION PAR LE SANG
En l'épître de Paul aux Romains, il est dit aux chrétiens nés de nouveau : « A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère » (Romains 5 : 9).
Nous ne pouvons et ne pourrons jamais nous justifier personnellement devant le Dieu saint et juste. Toute personne majeure est responsable pour elle-même et ne peut présenter d'excuses valables pour aucun de ses péchés. Seul le précieux sang de Jésus peut nous justifier devant le Dieu tris fois Saint.

Il en fut déjà ainsi lors de la sortie d'Égypte du peuple d'Israël : les enfants d'Israël n'étaient justifiés que par le sang d'un agneau sacrifié dans chaque famille : « ...je verrai le sang, et je passerai par-dessus vous... » (Exode 12 : 13). Dieu n'était intéressé que par le sang, qui devait être bien présent. Là où c'était le cas, le jugement passait outre. Si le sang de l'agneau sacrifié n'avait pas été visible sur une maison, il n'y aurait eu aucune justification et dès lors pas de salut pour les habitants de cette maison, aucun moyen d'échapper au juste jugement de Dieu. Que ceux qui se trouvaient dans cette maison fussent des gens religieux ou pas, aimables et bien ou au contraire tyranniques et méchants, cela ne jouait pas le moindre rôle. Non, le seul et unique critère était : le sang de l'agneau était-il visible ou pas sur les poteaux et le linteau de la porte ?

5) LA PAIX PAR LE SANG
Nous lisons dans l'Épître aux Colossiens : « Car Dieu a voulu que toute plénitude habitât en lui; il a voulu par lui (Jésus-Christ) réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix » (Colossiens 1 : 19-20).
Quand deux personnes se réconcilient, elles font la paix entre elles. La justification, la purification, la rédemption et le pardon par le sang de Jésus mènent à la paix avec Dieu. Sans le précieux sang de Jésus-Christ notre Sauveur, il n'y a pas de paix entre Dieu et l'être humain : pas de paix dans le coeur, pas de paix sur la terre et pas de paix non plus avec le Ciel.

6) LA SANCTIFICATION PAR LE SANG
Au sujet des animaux sacrifiés dans l'ancienne Alliance et dont le sang devait être porté par le souverain sacrificateur dans le sanctuaire pour les péchés et dont le corps était brûlé hors du camp, il est dit : « C'est pour cela que Jésus aussi, afin de sanctifier le peuple par son propre sang, a souffert hors de la porte » (Hébreux 13 : 12).
Par le précieux sang de Jésus-Christ, les chrétiens nés de nouveau sont sanctifiés, mis à part pour Dieu et dès lors placés dans une position exceptionnelle. La véritable sanctification n'est possible que par la purification des péchés, laquelle ne peut se faire que par le seul sang précieux de Jésus-Christ. Celui qui, de cette manière, a obtenu la purification de ses fautes, n'est plus un enfant des ténèbres, c'est-à-dire de Satan, mais il est un enfant de lumière, c'est-à-dire un enfant de Dieu (voir 1 Jean 3 : 1-2). Sans être couvert par le précieux sang de Jésus, chaque être humain est un esclave de Satan, un enfant des ténèbres.

À suivre...

Écrire un commentaire

La signification du sang de Jésus-Christ (1)

15 Avril 2015 Publié dans #Salut

« Sachant que ce n'est pas par des choses périssables, par de l'argent ou de l'or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous avez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d'un agneau sans défaut et sans tache » (1 Pierre : 1 : 18-19).

Chaque enfant de Dieu né de nouveau, a effectivement été racheté à un prix très cher, à savoir par le "précieux sang de Christ". Ni l'or ni l'argent, même pas toutes les richesses de l'univers, ne suffiraient pour nous délivrer de l'esclavage de Satan, de l'emprise du péché originel et des péchés commis, et pour nous mettre en communion avec le Père céleste. Le prix élevé du précieux sang de Christ était absolument nécessaire pour expier nos péchés ! Nous pouvons y voir deux choses :

LA GRAVITE DU PECHE :
La dette du péché ne peut être payée que par "le sang précieux de Christ", pour qu'il y ait ensuite la justification du pécheur. La Sainteté de Dieu est ainsi mise clairement devant nos yeux : Lui, le Dieu Saint et Tout-Puissant, ne peut avoir aucune communion avec le pécheur. La sainteté et la pureté de Dieu d'une part, le péché et l'impureté de l'être humain d'autre part s'excluent réciproquement comme le feu et l'eau.

L'AMOUR INFINIMENT GRAND DE DIEU :
Quand nous pensons à ce que le Dieu trinitaire était disposé à sacrifier pour pouvoir nous justifier et nous sauver en vue de notre réconciliation, nous en restons muets de stupéfaction. Ce Dieu Saint, Éternel et Tout-Puissant qui a créé le ciel et la terre, qui a en main la vie et la mort, sans qui rien de ce qui est vivant ne peut exister, qui commande des myriades d'anges et qui pourrait remplir l'univers entier d'or et d'argent - ce Dieu immortel est devenu homme en son Fils Jésus-Christ afin de verser Son sang et de mourir sur la croix de Golgotha dans d'indescriptibles souffrances pour Son corps, Son âme et Son Esprit. C'est pourquoi ce sacrifice unique du Fils de Dieu est d'une valeur éternelle et d'une totale efficacité. Pour nous racheter, Dieu a payé un prix infiniment élevé. Cela nous montre quelle importance nous avons à Ses yeux. Son amour envers nous s'est manifesté dans le sacrifice de son Fils unique dont le sang a coulé sur la croix.
Cet amour insondable de l'Éternel Dieu, la Bible le décrit ainsi : « Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous » (Romains 5. 8).

Nous considérerons maintenant quelques éléments qui mettent en lumière la signification du sang de Jésus :

1) LE PARDON PAR LE SANG
L'auteur de l'Épître aux Hébreux, sous l'inspiration de l'Esprit Saint, nous dit ceci : « ...presque tout, d'après la loi, est purifié avec du sang, et sans effusion de sang il n'y a pas de pardon » (Hébreux 9. 22). Déjà le premier sacrifice fait immédiatement après la chute dans le péché montre clairement que sans effusion de sang il n'y a pas de pardon. Un principe qui garde sa pleine valeur jusqu'à Golgotha - le parfait sacrifice de Jésus, l'Agneau de Dieu - et au-delà. Sans le précieux sang de Jésus-Christ, il n'y a pas de pardon !

2) LA REDEMPTION PAR LE SANG
L'apôtre Paul écrit : « En lui nous avons la rédemption par son sang, la rémission des péchés, selon la richesse de sa grâce » (Éphésiens 1. 7). La rédemption est naturellement liée au pardon. Ici aussi, ce principe est d'application : sans le précieux sang de Jésus, il n'y a pas de pardon !

À suivre...

Écrire un commentaire

La croix du Seigneur Jésus Christ

14 Avril 2015 Publié dans #La croix

La croix dressée sur le mont Golgotha, où Jésus a été crucifié, est le lieu où s'est réglé le problème du bien et du mal, le centre de toute l'histoire morale du monde. Devant la croix, chacun est mis à l'épreuve. C'est le seul événement du monde qui interroge toute personne, sans échappatoire possible. Repassons brièvement la scène :

Pilate, le gouverneur romain, occupe le siège de l'autorité civile. Mais sur le siège où devrait se trouver la justice, il condamne injustement celui qu'il a reconnu “juste” (Matthieu 27. 24), et dont il a dit : « Je ne trouve aucun crime en cet homme » (Luc 23. 4). Et il ne fait rien pour empêcher ses soldats de brutaliser Jésus (Matthieu 27. 27-31).

Les prêtres juifs cherchent de faux témoignages, et la foule qui les entoure est d'un même sentiment avec eux, élevant la voix contre Celui qui ne leur avait fait que du bien.

Ceux qui passent sur la route injurient Jésus, donnant libre cours à leur haine sans motif. Et les disciples, qui avaient été si près de lui et si privilégiés, abandonnent leur Seigneur à l'heure du danger, alors qu'il avait demandé à quelques-uns de veiller avec lui.

Enfin Judas, un des douze disciples, après avoir trahi son maître, est acculé au désespoir et au suicide en voyant les conséquences de son acte.

Mais la Grandeur de Jésus et son Amour brillent dans ces moments terribles. Sur la croix, Jésus prie : « Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font » (Luc 23. 34).

Alors que les puissances du mal se liguent contre Jésus dans la scène de la croix, quelle élévation morale brille dans le Crucifié ! Quelle miséricorde envers ses ennemis, quelle dignité sous leurs injures ! Quelle sollicitude envers le brigand repentant ! Quel soin quand il parle une dernière fois à Marie, sa mère ! Quel dévouement à la volonté de son Dieu !

Par-dessus tout, là, Jésus accomplit pleinement la mission que Dieu lui a donnée. Il va ôter le péché en l'expiant, et entrer dans la mort pour l'annuler. Jésus est le Vainqueur, lui seul, parce qu'il a été seul au combat.

Dieu intervient et les ténèbres couvrent la terre en plein midi. Il accepte, là, le sacrifice de l'Agneau qui avait dit : « Voici, je viens pour faire ta volonté » (Hébreux 10. 9). Dieu, ayant agréé cette victime, exerce maintenant le jugement envers elle. Si Jésus est fait péché pour nous, il doit en subir un châtiment complet, sans aucune atténuation. Dieu se doit d'agir envers notre Remplaçant selon toute la rigueur de sa justice.

Alors, quand le sacrifice est accompli, quand Jésus a donné sa vie, le voile du temple se déchire depuis le haut jusqu'en bas, image de l'accès désormais possible dans le paradis, où un brigand est accueilli le jour même. Dieu proclame ainsi la pleine satisfaction qu'il trouve dans l'œuvre que Jésus vient d'achever, avant d'en donner la preuve éclatante en ressuscitant Jésus d'entre les morts.

Et nous, lecteur, avons-nous accepté pour nous-même le sacrifice du Christ ? Pouvons-nous dire : « Véritablement celui-ci était Fils de Dieu » (Matthieu 27. 54) ?

Écrire un commentaire

Dieu nous a offert le seul Sauveur du monde

13 Avril 2015 Publié dans #Salut

Pour s'être révolté contre Dieu et avoir refusé de se soumettre à Son autorité, les êtres humains sont perdus dans leurs péchés. Il leur est impossible de revenir par leurs propres moyens à Dieu leur Créateur.
Par sa révolte envers Dieu et par son péché, l'être humain a lui-même creusé un infranchissable fossé entre Dieu et lui, fossé impossible à combler. Mais Dieu, dans Son amour infini envers l'être humain, sa créature pécheresse, a conçu un merveilleux plan de salut qui nous émerveille et dépasse notre entendement : C'est Dieu Lui-même qui a comblé ce fossé, de manière à rétablir le lien, c'est-à-dire la communion avec Sa créature. Pour réaliser ce plan d'amour, Dieu a donné Son Fils unique, Jésus-Christ, son bien le plus cher et le plus précieux. Dieu l'a envoyé sur la terre non seulement pour se révéler à l'être humain par Lui, mais pour Lui confier une tâche que Lui seul pouvait accomplir : racheter l'âme perdue de chaque être humain qui croit en Lui. Jésus-Christ a payée de sa vie en mourant sur la croix de Golgotha à notre place, où Il a expié tous nos péchés. Jésus, le Fils bien-aimé du Père, est venu ici-bas comme le plus pauvre et le plus humble de tous les hommes.
Le prophète Esaïe nous présente Jésus-Christ comme « l'homme de douleur blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités, châtié pour nous donner la paix et meurtri pour notre guérison morale » (Ésaie 53. 3-5). Oui, notre iniquité est tombée sur Jésus et Il a été brisé par la souffrance, après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché.
Jésus est venu sur la terre en sachant exactement ce qui l'attendait ; dans son parfait Amour pour l'humanité perdue, Jésus a donné librement sa vie en sacrifice pour le péché des hommes. Il n'a eu qu'un seul but et qu'une seule pensée : Faire la volonté de son Père (Hébreux 10, 7) et donner la vie éternelle au pécheur (Jean 6, 47).
Ce n'est donc que par le sacrifice à la croix du Calvaire - où Jésus-Christ a moralement et physiquement plus souffert qu'aucun autre homme de tous les temps - que Dieu accueille Sa créature auprès de Lui après la mort. Les portes du ciel sont ainsi grandes ouvertes à tous ceux qui se repentent de leurs péchés et acceptent Jésus-Christ comme Sauveur et Seigneur personnel. Le salut ainsi offert s'acquiert par un simple acte de foi (Actes 16, 31). Celui (ou celle) qui l'a ainsi reçu ne peut alors qu'aimer Dieu de tout son coeur, l'adorer, le servir et lui obéir ici-bas en attendant de pouvoir le faire dans la perfection céleste, non plus pour un temps limité, mais pour toute l'éternité (Apoc. 22, 3b-4).
Mon plus cher désir est que chaque être humain se tourne sans plus tarder vers Celui qui nous donne non seulement l'assurance du salut et de la vie éternelle, mais qui nous aide, comme Lui seul peut le faire, dans la dure épreuve par laquelle nous pouvons passer.

Écrire un commentaire

Accueilli par Dieu

11 Avril 2015 Publié dans #Divers

« Tant qu'un être humain estime qu'il peut se sauver par lui-même, tant que, si peu que ce soit, il se confie en lui-même, il ne peut pas trouver le Chemin vers Dieu. Celui qui ne renonce pas à ses propres capacités, qui ne s'humilie pas du fond de son cœur devant Dieu, mais choisit ses propres moyens, s'illusionne et se trompe lui-même. Alors qu'au contraire, celui qui sait que tout notre Salut est dans la main de Dieu, renoncera à ses propres forces humaines pour tout recevoir de Dieu » (Martin Luther).
Peut-être craignez-vous de ne pas être accueilli au ciel par Dieu, comme Luther lorsqu'il était jeune ? Peut-être, au fond de vous-même, la peur est là et vous dites : au dernier jour, Dieu, le Juge de tous les êtres humains, ne va-t-il pas me rejeter à cause de mes péchés ? Alors, ne tardez pas, venez à Dieu, à Jésus maintenant, tel que vous êtes. Abandonnez-vous à sa Miséricorde et à sa Grâce. Dieu ne rejette pas celui qui vient à Lui par la foi au Seigneur Jésus. En plus, Dieu le déclare juste et lui donne une Vie Nouvelle. Dieu l'adopte comme son enfant bien-aimé.
Le seul Chemin pour trouver Dieu, c'est de croire au Seigneur Jésus Christ. Il n'y a rien à faire, il suffit de faire confiance à Dieu. Ne nous appuyons ni sur nos œuvres, ni sur nos sentiments, ni sur notre moralité pour être en paix avec Dieu. Les bonnes œuvres (c'est-à-dire celles qui plaisent à Dieu) que nous accomplissons après que nous sommes sauvés par Jésus, seront alors le fruit de l'action de son Saint Esprit, le signe de notre foi, notre réponse à l'Amour de Dieu.

Écrire un commentaire

Le meilleur des mondes

11 Avril 2015 Publié dans #Paradis

Voici, la demeure de Dieu est avec les êtres humains, et il habitera avec eux ; ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux, leur Dieu. Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus : il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni peine, car les premières choses sont passées. Apocalypse 21. 3-4

Nous ne pouvons pas nous faire une image du monde que Dieu prépare, du Paradis, car il s'agit d'un domaine entièrement nouveau : «Voici, je fais toutes choses nouvelles» (Apocalypse 21. 5).
Pour résumer en cinq mots l'histoire du monde, on ne pourrait guère mieux le faire que par ceux du verset ci-dessus : «larmes... mort... deuil... cris... peines».
Voilà, à cause du péché, ce qui caractérise la terre actuelle depuis le premier paradis au jardin d'Éden. Et à la fin de la terre actuelle, Dieu ouvrira un nouveau chemin sur un autre paradis, dans la nouvelle création, où la Justice habitera puisque le péché et ses tristes conséquences auront été abolis (2 Pierre 3. 13).
Dans ce nouveau monde, dans le Paradis, tout ce qui caractérise la terre actuelle aura alors disparu. Les vrais croyants en Jésus auront connu la peine sur la terre, mais alors au Paradis, ils sauront parfaitement ce que c'est que la vraie joie ; ils auront connu la mort et ses conséquences sur la terre, alors au Paradis, ils connaîtront ce qu'est une vraie vie qui ne finira pas ; ils connaîtront le bonheur parfait et éternel au lieu de la douleur.
Dans cette nouvelle création, les vrais croyants rachetés par Jésus Christ seront dans une joie parfaite et éternelle. Ayant souffert sur la terre des malheurs que le péché a introduits dans la première création, les vrais croyants en Jésus sauront apprécier de manière parfaite la Grâce de Dieu et ce qu'il a préparé pour eux au Paradis. Le meilleur des mondes est celui de la présence de Dieu.

Écrire un commentaire

(2) Pour ceux qui ne sont pas encore prêts pour la mort

10 Avril 2015 Publié dans #Salut

« Car le salaire du péché, c'est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c'est la Vie Éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur » (Romains 6 : 23). C'est seulement par le Seigneur et Sauveur Jésus-Christ qu'un être humain peut recevoir la vie éternelle. C'est un don gratuit de Dieu, qui est offert à tous ceux qui voudront bien se repentir de leurs péchés, mettre toute leur confiance en Jésus et obéir à Sa Parole.
« Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. nul ne vient au Père que par moi » (Jean 14 : 6). « Jésus lui dit : Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il  serait mort; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? » (Jean 11 : 25-26). « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m'a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie » (Jean 5 : 24)
Jésus a dit d'une façon claire comment Il nous donne la vie éternelle : « C'est l'esprit qui vivifie...» ... c´est-à-dire que c'est l´Esprit qui donne la vie. (Jean 6 : 63). « Celui qui croit en moi, des fleuves d'eau vive couleront de son sein, comme dit l'Écriture. Il dit cela de l'Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui...» (Jean 7 : 38-39). « Si quelqu'un n'a pas l'Esprit de Christ, il ne lui appartient pas » (Romains 8 : 9)
De plus, la Bible nous montre clairement ce qu'il faut faire afin de recevoir le don de l'Esprit : « Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit » (Actes 2 : 38)
Ayant Sa Parole à notre portée, Dieu nous commande Maintenant de nous repentir et de nous tourner vers Lui - obéissons à Sa Parole. « ... Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le jour du salut » (2 Corinthiens 6 : 2). « Celui qui me rejette et qui ne reçoit pas mes paroles a son juge; la parole que j'ai annoncée, c'est elle qui le jugera au dernier jour » (Jean 12 : 48)
Nous êtres humains, n'oublions jamais qu'un jour nous nous trouverons devant le trône de Dieu et que nous aurons à Lui rendre compte de toutes nos actions. Chaque instant de notre vie sera jugé et pesé devant chacun de nous. Qu'aucun être humain ne soit insensé en refusant l'offre du pafait Salut de Dieu : aujourd'hui pourrait être son dernier jour. Examinons-nous bien, considérons notre position devant Dieu !
Il n'y a rien de plus insensé pour un être humain que de croire qu'il peut attendre encore un peu plus longtemps avant de se repentir, de mettre sa confiance en Jésus, et de recevoir le don du Saint-Esprit. Jésus a parlé d'un homme riche qui crut qu'il pourrait profiter de son bien pendant plusieurs années : il se trompait. Car « Dieu lui dit : Insensé ! Cette nuit même ton âme te sera redemandée; et ce que tu as préparé, pour qui cela sera-t-il ? Il en est ainsi de celui qui amasse des trésors pour lui-même, et qui n'est pas riche pour Dieu » (Luc 12 : 20-21)

Écrire un commentaire
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>