Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
L'Évangile est une puissance de Dieu pour le Salut de quiconque croit (Romains 1 : 16)

Dieu nous offre la vie éternelle en Jésus-Christ

31 Mars 2016 Publié dans #La Vie, #Salut

Dieu est notre Créateur, c’est Lui qui nous a donné la vie, Il nous a créés : « L’Eternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant. » (Genèse 2 : 7). C’est Dieu qui détient le pouvoir de donner la vie.
Le problème est que le péché qui est entré dans le monde après la chute d'Adam et Eve nous prive de la plénitude de la vie que Dieu nous donne, car le péché nous prive de la gloire de Dieu, de la vie éternelle.
C’est pour cela que Dieu a envoyé son Fils Jésus, afin qu’il prenne nos péchés pour les expier une fois pour toutes en mourant sur la croix. Jésus est ensuite ressuscité, vivant éternellement. Aujourd’hui en recevant Jésus-Christ dans notre coeur et en mettant notre confiance en Lui, nous avons la vie éternelle. « Jésus lui dit : Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort » (Jean 11 : 25).
Seul Dieu, le Créateur de l'univers, a le pouvoir de donner la vie. Nos vies appartiennent à Dieu, car il est notre Créateur.
Dieu est Amour, Il nous aime d'un Amour parfait. Dieu nous a prouvé son Amour par le fait qu’Il a envoyé son unique Fils Jésus, mourir à la croix pour nous sauver de tous nos péchés.
Dieu veut nous offrir à chacun la Vie Éternelle par son Fils Jésus-Christ, car son désir depuis l’origine du monde c’est que nous vivions dans sa présence et que rien ne puisse jamais nous séparer de Lui. C’est pour cela que Jésus s’est donné en sacrifice à la croix, pour que nous ayons le pardon de nos péchés. Si nous acceptons Jésus dans notre vie comme notre Seigneur et Sauveur personnel, nous devenons enfants de Dieu, nos péchés sont pardonnés et plus rien ne nous sépare de Dieu, de sa présence dans notre vie et nous pourrons ainsi entrer dans sa Gloire au Paradis au moment de notre mort d'ici-bas ou au Retour de Jésus-Christ. Oui, « Jésus-Christ est la Vie Éternelle
» (1 Jean 5 : 21a).
Nous êtres humains, ne nous contentons pas de ce que ce monde peut nous donner, car tout ce que ce monde apporte est vain, et rien dans ce monde ne nous sauvera de nos péchés et de la mort éternelle, il y a que Jésus seul qui peut nous sauver, car Il est la résurrection et la vie, « Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. » (Jean 14 : 6).
Réalisons cela et mettons toute notre confiance en Jésus-Christ notre Seigneur, la vie que Jésus nous offre par notre foi en Lui, c’est la Vie Éternelle.

Écrire un commentaire

L'Amour de Dieu pour les êtres humains

30 Mars 2016 Publié dans #Amour de Dieu - de Jésus

L'Amour de Dieu pour les êtres humains s'est manifesté à la croix. « Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique...» (Jean 3 : 16). Dieu aime son Fils unique, le Seigneur Jésus et Dieu déclare publiquement, au Jourdain : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé en qui j’ai mis toute mon affection » (Matthieu 3 : 17)

L'Amour de Dieu, de Jésus, pour nous tous est un Amour qui surpasse notre intelligence et il nous est impossible d’en mesurer ni la largeur, ni la longueur, ni la profondeur, ni la hauteur. Car l'Amour de Dieu est infini.

« Christ a aimé l'Église (son Épouse) et s'est livré lui-même pour elle » (Éphésiens 5 : 25) « Il nous a aimés et s'est livré lui-même pour nous » (Éphésiens 5 : 2)

Jésus dit à ses disciples : « Comme le Père m'a aimé, moi aussi je vous ai aimés » (Jean 15 : 9). Puis, parlant de nous, il s’adresse à son Père : « Tu les a aimés comme tu m'as aimé … et tu m'as aimé avant la fondation du monde » (Jean 17 : 23-24)

Dieu nous aime d'un Amour parfait au point qu'Il nous a donné son Fils unique et bien-aimé Jésus-Christ. Jésus-Christ nous aime d'un Amour parfait, au point qu'il a accepté volontairement de venir dans ce monde pour nous sauver.

Dieu le Père aime le Fils qui est digne d’être aimé. Jésus-Christ est Celui qui, dans l'éternité passée, avant même la fondation du monde, était le Bien-Aimé du Père, « faisant ses délices tous les jours » (Proverbes 8 : 30). Jésus est Celui qui a quitté la Gloire du Ciel pour venir sur cette terre et accomplir la volonté de son Père dans une obéissance parfaite. Jésus est le seul que la terre ait porté ayant offert à Dieu une vie parfaite sans aucune tache. Jésus s’est offert volontairement en sacrifice parfait pour expier nos péchés. Et "à tous ceux qui L'ont reçu, à ceux qui croient en son nom, Jésus-Christ leur a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu (Jean 1 : 12). Oh oui, le Fils de Dieu est digne d’être aimé de Dieu le Père !

Mais nous, étions-nous dignes d’être aimés ? La Parole de Dieu nous dit explicitement que « nous étions autrefois insensés, désobéissants, … détestables, nous haïssant l'un l'autre » (Tite 3 : 3). Et Dieu a aimé des êtres détestables tels que nous du même Amour que celui dont Il a aimé son Fils unique et bien-aimé qui n'a jamais cessé d'être parfait car Il est Saint !

Dieu nous aime tels que nous sommes, non pas parce que nous sommes aimables, mais parce que c’est sa nature d’aimer. Oui « Dieu est amour » (1 Jean 4 : 8, 16) et « Il prouve son amour à lui envers nous en ceci : lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous… Étant ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils… » (Romains 5 : 8, 10)

Confondus devant cet Amour de Dieu si grand, si merveilleux, nous ne pouvons que nous prosterner dans l'adoration.

L’âme reste confondue devant cet amour béni, plus vaste que l’étendue, profond comme l’infini. Aussi notre cœur désire ton Retour, Seigneur Jésus, pour voir, pour sonder et pour t'exprimer durant l'éternité, les grandeurs merveilleuses de ton parfait amour.

Écrire un commentaire

Où passerons-nous l'éternité ?

29 Mars 2016 Publié dans #Salut, #La mort, #Enfer

Certains nient les peines éternelles, ou prétendent qu’elles ne seraient pas éternelles, ce sont des ignorants de l’Écriture, ou des menteurs. Ils sont, en fait, les Instruments d’une ruse de Satan qui sait qu’il va dans l'étang de feu, et il cherche à aveugler les hommes pour les y entraîner à sa suite.
Que les tourments des incrédules soient éternels, il ne peut en être autrement. Créature faite à l’image de Dieu, chaque être humain a une existence éternelle. Dieu est la vie, la mort c’est la séparation d’avec Dieu. À cause du péché, l’être humain est séparé de Dieu, il est mort : « Le salaire du péché c’est la mort » (Romains 6. 23).
L’apôtre Paul, dans sa lettre aux Éphésiens, leur disait : « lorsque vous étiez morts dans vos fautes et dans vos péchés... » (Éphésiens 2. 1). Il s’adressait bien à des gens qui vivaient, mais ils vivaient jusqu’alors séparés de Dieu, ils étaient « morts spirituellement ». Puis ils avaient entendu la parole de la vérité concernant Jésus Christ, la bonne nouvelle de leur salut, le fait que « Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, ne leur imputant pas leurs fautes » parce que « celui qui n’a pas connu le péché, il l’a fait péché pour nous, afin que nous devinssions justice de Dieu en lui ». Ils avaient cru cette bonne nouvelle, ils se savaient donc réconciliés avec Dieu (lire
2 Corinthiens 5. 19-21). Rien ne les séparait plus de leur Dieu ; ils étaient passés de la mort à la vie.
C’est la part de tous ceux qui croient en Jésus Christ : « En vérité, en vérité, je vous dis que celui qui entend ma parole, et qui croit celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient pas en jugement ; mais il est passé de la mort à la vie » (Jean 5. 24). La vie éternelle n’est pas seulement une vie qui n’en finit plus, Jésus précise : « C’est ici la vie éternelle, qu’ils te connaissent seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ » (Jean 17. 3). C’est donc l’acceptation de la révélation de Dieu en Jésus Christ, et l’entrée dans la relation de Père à enfants qui en découle. Tous ceux qui ont reçu Jésus Christ, savoir ceux qui croient en son Nom, sont enfants de Dieu, « nés, non pas de sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu » (Jean 1. 13). Dès lors qu’ils ont cru, ils ont reçu la vie divine.
Mais ce salut offert par Dieu est à la portée de tout être humain quel qu’il soit. Dieu, en Christ, ayant réconcilié le monde avec lui-même, ne leur imputant pas leurs fautes, chaque homme est d’abord, dès sa naissance, destiné, pour ainsi dire, au « livre de vie ». S’il méprise cette réconciliation de Dieu, il se trouvera être de ceux dont les noms ne sont pas écrits dans le « livre de vie » (Apocalypse 3. 5 ; 13.
8 ; 20. 12).
Ainsi ceux qui ne veulent pas connaître Dieu, qui sont comme les Juifs auxquels le Seigneur disait : « vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie » (Jean 5. 40), ceux-là restent donc séparés de Dieu, c’est-à-dire morts. C’est la première mort.
La mort physique n’est qu’un passage pour l’être humain, le passage d’un état à un autre, de l’état terrestre avec un corps physique, à l’état spirituel avec un corps spirituel ; jamais l’Écriture ne donne l’idée de cessation d’existence.
Si, durant son existence sur la terre, dans son corps physique, un être humain, par la foi au Seigneur Jésus, a reçu de Dieu la vie éternelle, s’il est entré dans la famille de Dieu par la nouvelle naissance, cette vie, cette relation demeure quand il passe dans le domaine spirituel, et il en jouit dans sa plénitude, car elle se trouve purifiée de ce que l’état premier hérité d’Adam apportait de capacité de corruption, de désobéissance, de mal en tout genre, et donc le vrai croyant en Jésus va dans la maison de son Père Céleste, dans le Paradis.
Celui qui a refusé cette réconciliation de Dieu, celui qui a méprisé le sacrifice de Jésus Christ, le Fils de Dieu, celui qui a préféré les ténèbres morales à la lumière, qui a choisi de rester séparé de Dieu, celui-là, lorsqu’il passe dans le domaine spirituel, continue de rester séparé de Dieu. Le jugement vient lui rappeler ses œuvres, toutes ses œuvres, celles qu’il avait oubliées et celles qu’il aurait voulu oublier, et faire oublier ; il prend conscience pleinement qu’il y avait un moyen de salut, que Christ était mort pour expier ces œuvres-là, et qu’il a méprisé Christ, et qu’il est maintenant trop tard. Il avait eu du temps pour se repentir, et accepter d’entrer dans la sphère de félicité éternelle, maintenant il est trop tard. Il existera, éternellement séparé de Dieu, tourmenté par ses regrets, ses remords, sans aucun remède. C’est la seconde mort, « ils seront tourmentés aux siècles des siècles ».
Le feu éternel n’était pas destiné à l’être humain, mais il était préparé pour le diable et ses anges (Matthieu 25. 41). Si l'être humain choisit de suivre le diable plutôt que Dieu, dans la seconde mort il sera avec le diable et séparé de Dieu, c’est logique.
On ne saurait donc trop souligner l’importance extrême de la position que prend l’être humain durant son passage sur la terre, car l’entrée dans l’au-delà fixe définitivement son état éternel.
Notre avenir éternel dépend de la position que nous avons prise dès maintenant ; car demain, serez-vous encore sur la terre ou déjà dans l’au-delà ? « C’EST MAINTENANT LE JOUR DU SALUT » (2 Corinthiens 6. 2).

Écrire un commentaire

La résurrection de Jésus-Christ notre Sauveur

28 Mars 2016 Publié dans #Résurrection

La résurrection de Jésus-Christ est pourtant le thème principal du témoignage des apôtres. S’il est écrit que Jésus notre Seigneur et Sauveur « a été livré pour nos fautes », il est aussitôt ajouté : « et a été ressuscité pour notre justification » (Romains 4 : 25). Il est aussi écrit : « C’est Christ qui est mort, bien plus, qui est aussi ressuscité… » (Romains 8 : 34). Et l’apôtre Paul témoigne de ce qu’il a reçu en écrivant : « Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures, il a été enseveli, et il est ressuscité le troisième jour selon les Écritures » (1 Corinthiens 15 : 3-4)

La résurrection de Jésus-Christ notre Sauveur prouve que Dieu est pleinement satisfait de l’œuvre de son Fils. Dieu a ressuscité Celui qui a tout accompli pour que nos péchés soient ôtés et L’a élevé dans la Gloire. Oui « Dieu a souverainement élevé son Fils Jésus-Christ, et lui a donné le Nom qui est au-dessus de tout nom » (Philippiens 2 : 9a). La puissance de la mort est brisée et le diable est vaincu pour toujours.

En Jean 20 : 19, nous voyons Jésus-Christ ressuscité venir et se tenir au milieu de ses disciples. Le puissant Sauveur ressuscité revient du combat indescriptible du Calvaire, ayant les marques de ses récentes blessures ; Il a expié nos péchés, vaincu tous ses ennemis, réduit au silence toute voix accusatrice, et maintenant Il dit : « LA PAIX SOIT AVEC VOUS ! »

La présence de Jésus ressuscité, donc vivant, dissout tous les doutes, bannit toute crainte, rassure chaque cœur et remplit chaque conscience de la paix divine. Chers lecteurs, considérons ces deux paroles précieuses – l'une des lèvres d'un mourant, et l'autre de celles d'un Sauveur ressuscité – : « Tout est accompli » et « La paix soit avec vous » et serrons-les dans notre cœur. Qu’ils soient l'assurance et le refuge de notre âme sauvée pour toujours !

Écrire un commentaire

Notre destinée est gravée dans les mains de Jésus

27 Mars 2016 Publié dans #Salut, #Paradis

"Voici, je t’ai gravé sur mes mains." (Ésaïe 49 : 16)"

La réponse concernant notre destinée se trouve directement inscrite dans les mains percées de Jésus-Christ. Ces mains percées nous affirment qu'Il nous aime et qu'Il veut nous sauver pour nous faire entrer dans une glorieuse destinée !

Lorsque nous devenons disciples de Jésus-Christ, nous recevons ce merveilleux Cadeau de Dieu qu'est "la Vie Éternelle". Plus besoin de nous inquiéter au sujet de l'éternité car notre nom est désormais inscrit dans le "Livre de Vie" (Philippiens 4 : 3)
Jésus s'est offert en sacrifice pour nous sauver ! Ressuscité, Jésus est vivant pour toujours et désire faire sa demeure en nous. Il est remonté vers son Père afin de nous préparer une place au Ciel. Il y a donc un futur, un avenir dans l'au-delà, après la mort ! Et cet avenir est glorieux pour tous ceux qui sont enfants de Dieu, sauvés par le Seigneur Jésus-Christ !
Ne doutons pas des promesses de Dieu qui touchent à notre destinée !

Seigneur, tu t'es humilié à la croix pour nous afin que nous soyons sauvés. Quelle grâce ! Nous t'abandonnons notre vie ! Fais de nous ce que tu veux. Nous croyons que notre destinée est gravée dans tes mains. Amen.

Écrire un commentaire

Un prisonnier plein de joie

26 Mars 2016 Publié dans #Divers

Prisonnier pour la cause de l'Évangile qu'il prêchait partout (Philippiens 1. 12-14), l'apôtre Paul écrivait aux chrétiens de la ville de Philippes pour les encourager et les stimuler. Les sujets de tristesse ne lui manquaient pas. Pourtant il se déclare comblé. Pourquoi ? Parce qu'il avait Jésus Christ avec lui. Au premier chapitre de l'épître aux Philippiens, l'apôtre Paul parle de Jésus comme étant sa raison de vivre : “Christ est ma vie” (1. 23). Au deuxième chapitre, Christ est pour lui le modèle : “Ayez donc en vous les sentiments qui étaient aussi dans le Christ Jésus...” (2. 5) Au troisième chapitre, il est son but : “Je cours droit au but pour le prix de l'appel céleste de Dieu dans le Christ Jésus” (3. 14). Enfin au quatrième chapitre, Christ est sa joie (4. 10) : “Je puis tout par celui qui me fortifie” (4. 13), peut-il déclarer.
– L'apôtre Paul est tellement heureux. Cette épître parle sans cesse de sa joie, même s'il souffre pour Christ : “J'en suis joyeux”, dit-il (2. 17). Elle nous parle aussi de sa paix. Par la prière, “la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera nos coeurs et nos pensées en Jésus-Christ" (4. 7)
– L'apôtre Paul est tellement satisfait, qu'il soit dans le dénuement ou dans l'abondance (4. 10-12). Il se considère comme étant r
iche en Dieu, ayant à sa disposition les glorieuses richesses de Dieu.
– L'apôtre Paul est tellement puissant grâce à Jésus. “Je puis tout par celui qui me fortifie” (4. 13).
Tels sont les trésors de sa foi en Jésus Christ que l'apôtre Paul partage avec nous.

Écrire un commentaire

La foi est un don de Dieu

26 Mars 2016 Publié dans #Divers

On se trompe en croyant que l’on vient à la foi de la même manière qu'on trouve la solution à un problème complexe. La foi n’est ni une philosophie ni une science ; mais c'est une une lumière intérieure, un don de Dieu. Deux choses sont nécessaires pour avoir la foi en Dieu : la grâce de Dieu, et la bonne volonté de l’être humain qui accueille librement cette grâce.

Un des plus beaux actes de foi de l’Évangile est le cri de Simon Pierre : "« Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ». Jésus lui dit : « Ce n’est pas la chair ni le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux »" (Matthieu 16 : 16-17). Simon Pierre ne vient pas de recevoir une révélation subite ! Mais les enseignements de Jésus-Christ l’ont conduit à la foi. Il lui a fallu cette lumière surnaturelle accordée par le Père pour lui révéler que Jésus est le Messie, le propre Fils de Dieu.

Pour avoir la foi, il ne suffit pas d’attendre ce don de Dieu, il doit y avoir en nous le désir de connaître la vérité, connaître Dieu, vivre pleinement dans la lumière ; savoir le pourquoi de la venue de Jésus, laisser jaillir en nous cette lumière de Dieu qui éclaire l’âme et fait éclater ce cri de foi : « Voilà ce que je cherchais ! Maintenant, j’en suis sûr, j’ai trouvé la vérité ». La Bible est la Parole vivante de Dieu qui nous révèle Jésus-Christ, le Seigneur et le Sauveur. C'est le seul chemin qui peut nous amener à une foi véritable. Paul dit : « La foi vient de ce qu’on entend et ce qu’on entend vient de la Parole de Christ » (Romains 10 : 17).

Dieu veut que tous soient sauvés. La plus belle histoire du monde, c’est l’histoire du cheminement de la lumière de Dieu penché sur chaque âme humaine, la sollicitant, l’invitant, l’éclairant tout en respectant sa liberté. « Personne, dit Jésus, ne peut venir à moi si le Père qui m’a envoyé ne l’attire » (Jean 6 : 44)
 

Écrire un commentaire

Jésus s'est laissé crucifié pour nous sauver

25 Mars 2016 Publié dans #La croix, #Sacrifice de Jésus

Les chefs religieux juifs ont arrêté le Seigneur Jésus et l’ont conduit à la maison du Souverain Sacrificateur pendant la nuit. Ils l’ont jugé sur la base de faux témoignages et l’ont condamné, puis ils l’ont emmené chez Pilate, le gouverneur du pays, pour pouvoir le crucifier. Les soldats ont flagellé Jésus avec violence et ont tressé une couronne d’épines qu’ils ont mise sur sa tête. Puis ils se sont moqués de Lui, ils l’ont frappé au visage et ont craché sur Lui, etc...
C’est ainsi que les enfants d’Adam ont renié Jésus le Juste, le Seigneur de Gloire venu du ciel. Ceux qui ont persécuté Jésus de cette manière ne comprenaient pas les paroles des prophètes. Néanmoins, en condamnant Jésus et en Le maltraitant, ils ont accompli les paroles des prophètes, car les prophètes avaient écrit que le Messie devait souffrir ainsi entre les mains des pécheurs.
À l’époque où Jésus vivait sur la terre, le gouvernement romain exécutait quelquefois des criminels en les clouant sur une croix. Ce type de mort était réservé aux pires criminels. En français, une telle mort s’appelle la ‘crucifixion’. C’était une mort extrêmement douloureuse et très honteuse. Peut-être que certains d’entre nous se demandent : pourquoi Dieu a-t-il ordonné que le Messie, qui était "l’objet de toute son affection" (Marc 1. 11), meure d’une mort si honteuse ? En voici la raison : Jésus devait mourir d’une mort si douloureuse parce que le péché est une si grande plaie, un si grand virus, le péché est abominable aux yeux de Dieu qui est Saint.

Le péché est le problème principal du monde, et pour que Dieu puisse pardonner nos péchés sans compromettre sa parfaite Justice, il fallait qu’Il juge nos péchés avec un Jugement juste et définitive. Dieu, qui est Saint et Juge Juste, ne peut pas pardonner les péchés n’importe comment. Il doit punir chaque péché. Le salaire du péché, c’est la mort et le feu éternel de l’Enfer. Et cette peine doit être expiée en entier. Mais la Bonne Nouvelle, c’est que Dieu nous a envoyé le seul Sauveur Saint et Puissant pour qu’Il porte en entier le châtiment que nous avons mérité à cause de nos péchés. Jésus-Christ est ce parfait et unique Sauveur venu nous sauver du juste Jugement de Dieu en supportant à notre place la punition que nous méritions.
Oui, chers amis, le Seigneur Jésus a donné volontairement sa vie sur la croix pour nous sauver de la Colère de Dieu qui aurait dû tomber sur nous à cause de nos péchés. Pendant ces heures terribles d'expiation qui ont commencé à midi et ont continué tout le début de l’après-midi, tout le pays a été plongé dans l’obscurité parce que Dieu chargea Jésus, le Saint Rédempteur, de la punition des péchés de tous les êtres humains de tous les temps pour qu'Il les expie, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas !
Chers amis, ce que nous avons vu aujourd’hui est vraiment étonnant ! Nous avons vu que nos ancêtres ont méprisé le Saint Messie et L’ont tué en le clouant sur une croix. Mais il faut se rappeler que la mort du Messie était en parfait accord avec le plan merveilleux que Dieu avait avant même l’existence du monde.
Savons-nous ce que le Seigneur Jésus a dit sur la croix juste avant sa mort ? Il a dit : « Tout est accompli ! » Oui la bonne nouvelle de Dieu, c’est que « Tout est accompli ! ». Croyons simplement et soyons sauvés ! Jésus-Christ a payé la dette provoquée par notre péché par son propre sang ! Le sang de Jésus peut purifier et transformer le pire des pécheurs ! C’est pourquoi Jésus a pu dire au criminel repentant qui mourait sur l’autre croix : « En vérité, je te le dis, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis » (Luc 23. 43).

Chers amis lecteurs, l’œuvre qui peut nous sauver du châtiment du péché est accomplie. Totalement achevée ! Dieu est satisfait avec le sacrifice de Jésus. Nous n’avons plus besoin d’offrir des moutons en sacrifice comme le faisaient nos ancêtres qui vivaient avant le temps du Messie. Jésus-Christ est le sacrifice parfait et final auquel Dieu a pourvu ! Il ne nous reste rien à faire si ce n’est de croire et de placer notre confiance en ce que Dieu a dit concernant le Messie et son sacrifice. « Tout est accompli ! » Jésus a accompli tout ce que les prophètes avaient annoncé concernant les souffrances et la mort du juste Rédempteur !
Croyons-nous chacun que Jésus est le Messie et qu’Il est celui qui a accompli l’œuvre de salut que tous les prophètes de Dieu ont annoncé ? Comprenons-nous maintenant la cause de la mort du Saint Rédempteur sur la croix ? Vous et moi en sommes la cause ! C’est à cause de nos péchés que Jésus est mort sur la croix, étant l'Agneau de Dieu sans défaut offert en sacrifice. À cause de nos péchés, nous méritions le châtiment éternel en l’Enfer. Mais il n’est plus nécessaire que nous périssions, car Dieu, à cause de son grand amour pour nous, a envoyé le Saint, celui qu’il appelle son Fils bien-aimé, afin qu’il porte à notre place la punition méritée à cause de nos péchés.
C’est ce que les Saintes Écritures déclarent : « A peine mourrait-on pour un juste ; quelqu’un peut-être aurait le courage de mourir pour un homme qui est bon. Mais en ceci, Dieu prouve son amour envers nous : lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous » (Romains 5. 7-8). « Celui qui n’a pas connu le péché, il l’a fait (devenir) péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu » (2 Corinthiens 5. 21).
Gloire à Dieu, « tout est accompli ! ». Jésus, le Rédempteur sans péché a accepté d’être lui-même sacrifié à notre place « afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3. 16)

Écrire un commentaire

Le pardon de nos péchés et la paix avec Dieu

24 Mars 2016 Publié dans #Pardon des péchés

Le sacrifice unique de Jésus-Christ accompli une fois pour toutes procure d'immenses bienfaits aux enfants de Dieu, à tous ceux qui ont mis leur confiance en Jésus. Tout d’abord, nous recevons le pardon de nos péchés et la paix avec Dieu. “Le châtiment qui nous procure la paix est tombé sur Lui "le Fils de Dieu" et nous sommes guéris par ses blessures (Ésaie 53. 5). Jésus-Christ a enduré tout cela pour le pardon de nos péchés. Nous avons gravement péché contre Dieu et nous méritions de mourir et d’être éternellement séparés de Dieu. Cependant, Dieu dans son Amour. nous a donné son Fils Jésus-Christ, qui est mort pour nous sur la croix, à notre place. “En ceci, Dieu prouve son amour envers nous : lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous… Lorsque nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils.” (Romains 5 : 8). “Heureux celui dont la transgression est enlevée, dont le péché est pardonné. Heureux l’homme à qui l’Éternel ne tient plus compte de sa faute et dans l’esprit duquel il n’y a point de fraude.” (Psaumes 32 : 1-2) Quel bonheur de trouver le parfait pardon de Dieu en son Fils Jésus-Christ !

Puisque Jésus a entièrement apaisé la colère de Dieu qui était dirigée contre nous, “nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ” (Romains 5 : 1). Il existe une différence importante entre "la paix de Dieu" et "la paix avec Dieu". Nous ne ressentons pas toujours la paix de Dieu dans nos coeurs. Celle-ci peut varier de jour en jour. Il peut même nous arriver de la perdre pour un temps si nous tombons dans le péché. Mais la paix avec Dieu, quant à elle, ne change jamais. Une fois que nous sommes justifiés par la foi en Jésus, la paix avec Dieu est acquise pour toujours. Nous avons la paix avec Dieu de manière définitive, car nous ne sommes plus les ennemis de Dieu et nous avons une relation vivante avec Lui (étant devenus enfants de Dieu). La colère de Dieu n’est plus dirigée contre nous. Nous sommes cependant appelés à grandir dans la paix de Dieu qui surpasse toute intelligence et qui gardera nos coeurs et nos pensées en Jésus-Christ (Philippiens 4 : 7).

Écrire un commentaire

L'échange divin (2)

23 Mars 2016 Publié dans #Salut

7- Jésus prit notre rejet et Dieu nous accepte dans sa famille :
"Et vers la neuvième heure, Jésus s'écria d'une voie forte : Éli, Éli lama sabachtani ? C'est-à-dire : mon Dieu, mon Dieu pourquoi m'as-tu abandonné ? (Matthieu 27 : 46).
Auparavant, jamais Jésus n'avait appelé son Père « DIEU ». D’habitude, Il l'appelait toujours son Père, mais Jésus s’est senti abandonné par Lui.
Qu’est ce que la honte ? : La honte, c’est un sentiment d’inutilité, d’indignité. Grâce à l'esprit d'adoption, maintenant nous avons le privilège de pouvoir appeler Dieu : « Père » « Abba ». "Et vous n'avez pas reçu un esprit de servitude pour être encore dans la crainte, mais vous avez reçu un esprit d'adoption, par lequel nous crions : « Abba ! Père !" (Romains 8. 15)

8- Jésus prit notre malédiction et nous offre sa bénédiction :
"Christ nous a racheté de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous, car il est écrit : maudit est quiconque est pendu au bois. Afin que la bénédiction d'Abraham ait pour les païens son accomplissement en Jésus-Christ, et que nous recevions par la foi l'Esprit qui avait été promis" (Galates 3. 13-14).
Les grandes lignes de la bénédiction sont contenues dans
Deutéronome 28. 2-14 qui nous donne la victoire, l’abondance, la fécondité et la faveur de Dieu. La faveur de Dieu représente l’intérêt que Dieu porte pour les choses les plus petites de nos vies. La bénédiction de Dieu dans nos vies résulte de ses promesses et de l’obéissance à sa parole.
Les grandes lignes des malédictions son contenues dans
Deutéronome 28. 15-68. Toutes résultent de la désobéissance à la parole de Dieu.
Sur la croix, Jésus a pris toutes ces malédictions sur lui afin de nous offrir sa bénédiction.

9- Jésus a repris la clé du séjour des morts :
"Je suis le premier et le dernier, et le vivant. J’étais mort ; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clés de la mort et du séjour des morts" (Apocalypse 1. 18).

10- Jésus abandonna sa position céleste pour que nous devenions fils et fille adoptifs :
"Existant en forme de Dieu, n’a point regardé son égalité avec Dieu comme une proie à arracher, mais il s’est dépouillé lui–même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et il a paru comme un vrai homme, il s’est humilié lui–même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, même jusqu’à la mort de la croix" (Philippiens 2. 6-8).

Sachons que Jésus est le seul Nom qui nous sauve :
"Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés" (Actes 4. 1). "Car (Jésus-Christ) il s’est donné lui-même, en rançon pour tous" (1 Timothée 2. 6a).
Afin que chacun d’entre nous retrouvions la vraie liberté, accordée à ceux et celles qui acceptent l’œuvre de Jésus accomplie sur la croix. Car Jésus nous laisse libre de le suivre, de l’aimer et de le servir en annonçant la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu.
Le mot « Rédemption » était utilisé sur le marché des esclaves - l'idée de base signifie : être relâché par le paiement d’une rançon. "Quelqu’un a payé le prix de votre rachat…" (1 Corinthiens 7. 23) (TOB)
Dieu nous a "acheté" sur le marché spirituel et éternel, car nous étions à vendre sur le marché de l’esclavage, du péché. Alors posons-nous la question : combien valons-nous, chacun d’entre-nous, pour Jésus ?
Nous ne valons pas ce que nous pensons. Nous valons le prix le plus élevé qu'un acheteur est prêt à payer. Dieu a estimé chacune de nos vies au plus haut prix, et ce prix a été payé à la Croix. Dieu a regardé dans l’éternité et a dit : "Je prends celui-ci ou celle-là, même si le prix est très « élevé ».
Notre valeur est établie une fois pour toute et nul ne pourra jamais la changer. Dieu est allé jusqu’à l'offre ultime et a payé le prix le plus élevé : la valeur de la vie de son Fils Jésus offerte en sacrifice. "Vous savez que ce n’est pas par des choses périssables, par de l’argent ou de l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous aviez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache" (1 Pierre 1. 18-19).
La relation avec Dieu est rétablie : La racine du péché et le résultat du péché nous entraînent dans une relation brisée avec Dieu. L’œuvre de la croix restaure cette relation et nous offre le privilège de devenir enfant de Dieu. "Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même en n’imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la réconciliation" (2 Corinthiens 5. 19).

En conclusion, nous pouvons dire : "Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voies, et l’éternel a fait tomber sur lui l’iniquité de nous tous" (Esaie 53. 6). "Il (Jésus) est mort pour nous et pour moi. Et maintenant la justice de Dieu par la foi en Jésus-Christ est pour tous ceux qui croient. Il n’y a point de distinction" (Galates 2. 20).

Écrire un commentaire
1 2 3 4 > >>