Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
L'Évangile est une puissance de Dieu pour le Salut de quiconque croit (Romains 1 : 16)

Paix, justification et accès à Dieu par le sang de Jésus

31 Mai 2017 Publié dans #Divers

La Parole de Dieu proclame, du début jusqu'à la fin, que rien sinon le sang de Christ ne peut répondre au besoin du pécheur. Tout ce qui touche à l'expiation dont l'être humain peut bénéficier, à la réconciliation dont il peut se prévaloir, à la réponse qu'il peut donner aux exigences du trône de jugement où sont maintenus les droits de Dieu – tout cela dépend du sang de Christ.

Dès que le péché est entré dans le monde, le sacrifice qui avait été préparé dans les plans éternels a été révélé. La première des promesses – le talon brisé de la descendance de la femme (Genèse 3. 15) – annonce la fin de la marche de Christ sur la terre, sa mort. C'était la seule chose communiquée à l'être humain en tant que pécheur. Adam sortit de l'endroit où il s'était caché et mit sa confiance dans la vertu de réconciliation du sacrifice d'un animal, image de l'Agneau de Dieu (Genèse 3. 21).

Quand le temps est venu pour que la rédemption soit manifestée, c'est le sang de Christ, l'Agneau de Dieu, et Lui seul, qui a été révélé pour notre Salut.

La paix avec Dieu par le sang de Jésus :
Il a déjà été plusieurs fois mentionné que le Seigneur Jésus a « fait la paix par le sang de sa croix » (Colossiens 1 : 20). Tous les êtres humains sont non seulement pécheurs par nature, mais, par leur comportement envers le Dieu Saint, ils sont de plus devenus coupables. En outre par leur haine contre toute évocation d'un Dieu auquel ils ont des comptes à rendre, ils sont devenus ses ennemis
(Romains 5 : 10). Cela ne veut cependant pas dire que Dieu était notre ennemi. Au contraire, Il nous a aimés, bien que nous ne l'ayons pas aimé, et Il a envoyé son Fils comme propitiation pour nos péchés (Romains 5 : 8 ; 1 Jean 4 : 10). Celui-ci a posé à la croix le fondement pour une paix parfaite. De même que l'inimitié ne procédait pas de Dieu, mais était la conséquence du péché des êtres humains, de même aussi le résultat de l’œuvre de Christ est non pas une paix de Dieu avec les hommes, mais « la paix avec Dieu » pour les êtres humains. Elle est maintenant annoncée par l’Évangile à tous ceux qui sont loin et à tous ceux qui sont près (Éphésiens 2 : 17). Et comment l'être humain reçoit-il la paix avec Dieu ? Par la foi en l’œuvre de la rédemption accomplie par Christ.

La justification par le sang de Jésus :
Celui qui croit, est justifié par Dieu, c'est-à-dire déclaré juste. Être justifié signifie : être libéré de toute culpabilité. Le fondement de notre justification est le sang de Christ, et elle nous est acquise par la foi ; elle a sa source dans la grâce de Dieu
(Romains 3 : 24 ; 5 : 19). Celui qui est justifié par Dieu à travers le sang précieux de Jésus sait qu'il a la paix avec Dieu (Romains 3 : 24-26 ; 5 : 1). Cette paix n'est pas un « sentiment » ou une « impression », mais elle est fondée sur le sang de la croix de Christ, c'est-à-dire sur le don de sa vie sous le jugement de Dieu. La paix n'a pas seulement mis fin à notre inimitié contre Dieu, mais nous avons été introduits dans une conformité intérieure profonde et permanente avec lui. Nous avons de cette manière accès à la faveur (ou : la grâce) dans laquelle nous sommes, et nous nous glorifions dans l'espérance de la gloire de Dieu.

L'accès à Dieu par le sang de Jésus :
Par le sang de Christ, nous avons aussi reçu l'accès à Dieu et la liberté de nous approcher de lui. L'apôtre Paul écrit : « Mais maintenant, dans le Christ Jésus, vous qui étiez autrefois loin, vous avez été approchés par le sang de Christ » (Éphésiens 2 : 13). Comme croyants, nous ne sommes plus loin de Dieu, mais nous savons que le chemin jusqu'à Dieu nous est ouvert par le sang de Christ et que nous sommes rendus capables d'entrer dans sa présence.
Le sang précieux du Seigneur Jésus a frayé le chemin dans le sanctuaire céleste, parce qu'Il a donné pleine satisfaction par son sang aux saintes exigences de Dieu. La preuve en est, que, au moment même de sa mort sur la croix, le voile du temple à Jérusalem qui séparait le lieu très saint du lieu saint « se déchira en deux, depuis le haut jusqu'en bas » (Matthieu 27 : 51). Ceci exprimait symboliquement que l'accès à Dieu, jusqu'alors fermé, était désormais ouvert pour toujours (voir
Hébreux 9 : 8 ; 10 : 20) C'est pourquoi cette exhortation peut nous être adressée : « Ayant donc, frères, une pleine liberté pour entrer dans les lieux saints par le sang de Jésus, par le chemin nouveau et vivant qu'il a ouvert pour nous à travers le voile, c'est-à-dire sa chair, ayant aussi un grand sacrificateur établi sur la maison de Dieu, approchons-nous... » (Hébreux 10 : 19-22).
Non seulement l'accès dans le sanctuaire, c'est-à-dire dans la présence immédiate de Dieu, nous est maintenant ouvert, mais nous sommes rendus capables d'y entrer. Par la volonté de Dieu, « nous avons été sanctifiés, par l'offrande du corps de Jésus Christ faite une fois pour toutes » (Hébreux 10 : 10). Nous pouvons ainsi, comme ceux qui sont sanctifiés, « entrer » en pleine liberté en tant que sacrificateurs pour adorer Dieu, ou bien devant le trône de la grâce pour prier, « afin de recevoir miséricorde et de trouver grâce, pour avoir du secours au moment opportun »
(Hébreux 4. 16).
Un pécheur non réconcilié avec Dieu ne peut jamais avoir de liberté, de « hardiesse », comme nous enfants de Dieu le pouvons
(Éphésiens 3 : 12) pour s'approcher avec confiance devant Dieu comme Père, car Dieu a « les yeux trop purs pour voir le mal » (Habakuk 1 : 13). Mais en vertu de la propitiation pour le péché accomplie par le Seigneur Jésus, Dieu n'a plus rien contre nous ; il est « pour nous » (Romains 8 : 31). Et nous-mêmes, nous n'avons plus aucune inimitié contre Lui, mais nous sommes justifiés par la foi et nous avons la paix avec Lui. Cette paix, le Seigneur Jésus nous l'a donnée, et même, plus encore : « C'est lui qui est notre paix ». Et parce que Christ nous a annoncé cette paix, « nous avons, les uns et les autres, accès auprès du Père par un seul Esprit » (Éphésiens 2 : 18).
Ce libre accès auprès de Dieu comme notre Père pour l'adoration, les actions de grâces, la prière et l'intercession est l'un des privilèges spécifiques de notre foi chrétienne dans le temps actuel. Puissions-nous en faire abondamment et joyeusement usage !

Écrire un commentaire

La Grâce de Dieu qui apporte le Salut (2)

30 Mai 2017 Publié dans #Salut

Accusé devant un tribunal, reconnu coupable et justement condamné, un prévenu ne peut plus rien avancer pour sa justification. De même, chacun devra comparaître une fois devant le Dieu trois fois Saint, le Juge de tous, et, face à mille accusations, nul ne pourra avancer une excuse. Aucun pécheur ne peut se justifier lui-même devant Dieu, car tout parle contre lui. En revanche, celui qui trouve maintenant, par la foi, son refuge dans le Seigneur Jésus est parfaitement justifié par la grâce de Dieu (Romains 3 : 24), parce que Jésus-Christ a porté tous nos péchés en son corps sur la croix et que le châtiment de notre paix a été sur Lui.
Ainsi, il n’y a que deux possibilités qui sont : ou, en raison de ses péchés, l'être humain pécheur non-repentant et non-sauvé doit porter pendant l’éternité en Enfer le juste châtiment de Dieu, oubien, l'être humain pécheur est lavé de ses péchés et est justifié par sa foi en Jésus-Christ qui a subi à la croix le châtiment de tous nos péchés. Ainsi, il devient un enfant de Dieu et a déjà une place au Paradis. Oui, l'être humain est justifié quand Dieu le considère juste, parce qu’il croit et met sa confiance en Jésus, Celui qui a porté le châtiment de nos péchés que nous méritions. Jésus est Celui qui est le seul Chemin conduisant à Dieu et nous devons mettre notre confiance en Lui pour nous soyons éternellement sauvé. La Grâce de Dieu est donc aussi la preuve de Sa parfaite Justice.
Lorsque nous réfléchissons à tout cela et nous souvenons que notre terrible état est le résultat de nos péchés, la grandeur de la Grâce de Dieu nous apparaît avec toujours plus de clarté. Nous comprenons pourquoi le Saint-Esprit parle constamment de l’abondance, de la surabondance, des immenses richesses de la Grâce de Dieu en bonté
(Romains 5 : 15, 17, 20 ; 6 : 1 ; Éphésiens 1 : 7 ; 2 : 7). En considérant cette Grâce insondable de Dieu, nous pouvons bien nous écrier avec l’apôtre Paul dans la reconnaissance et l’adoration : « Grâces à Dieu pour son don inexprimable ! » (2 Corinthiens 9 : 15).
Mais ce n’est pas tout. La merveilleuse Grâce de Dieu en Jésus-Christ va bien au-delà de tous nos besoins et de toutes nos attentes. Nous n’avons pas seulement expérimenté la délivrance de notre état de péché et la justification devant Dieu, mais bien plus ! « Dieu nous a bénis en Jésus-Christ de toute bénédiction spirituelle dans les lieux célestes, Dieu nous a élus en Jésus-Christ avant la fondation du monde et nous a prédestinés pour nous adopter pour Lui, selon le bon plaisir de sa volonté divine, éternelle — et tout cela, à la louange de la gloire de sa grâce » ! (Éphésiens 1 : 3-6). La Grâce de Dieu se manifeste dans la plénitude infinie des bénédictions, dans la grandeur, l’élévation et la beauté de ses voies divines envers nous qui étions des créatures plongées dans la misère du péché ! La Gloire de la Grâce de Dieu brillera durant l’éternité et ce sera éternellement le motif de notre adoration. Amen !

Écrire un commentaire

La Grâce de Dieu qui apporte le Salut (1)

29 Mai 2017 Publié dans #Salut

"En effet, la grâce de Dieu, source de salut pour tous les hommes, a été révélée" (Tite 2. 11).
"Dieu nous a sauvés et nous a adressé un saint appel. Et il ne l'a pas fait à cause de nos œuvres, mais à cause de son propre plan et de sa grâce, qui nous a été accordée en Jésus-Christ de toute éternité 10 et qui a maintenant été révélée par la venue de notre Sauveur Jésus-Christ. C'est lui qui a réduit la mort à l'impuissance et a mis en lumière la vie et l'immortalité par l’Évangile" (2 Timothée 1. 9-10).

Selon Tite 2 : 11 et 2 Timothée 1 : 9, 10, la Grâce de Dieu est apparue lors de la venue du Fils de Dieu comme homme dans ce monde ; toutefois, avant qu’elle puisse effectivement apporter le salut pour tous les hommes, il fallait, selon les conseils éternels de Dieu, que l’œuvre de l’expiation à la croix de Golgotha soit accomplie par Jésus. Car ce n’est pas la vie parfaite et sans péché du Seigneur Jésus qui constitue le fondement de notre salut, mais son œuvre expiatoire, sa mort à la croix de Golgotha et sa résurrection. La Grâce illimitée de Dieu pour tous les êtres humains a été proclamée lorsque Jésus a prononcé cette parole de triomphe : « Tout est accompli » (Jean 19 : 30) .
Maintenant « l’évangile de la grâce de Dieu » peut être annoncé dans le monde entier (Actes 20 : 24). C’est donc à juste titre que nous pouvons appeler « temps de la grâce » la période allant de Golgotha jusqu’au Retour du Seigneur Jésus pour enlever les siens. La Grâce de Dieu qui apporte le Salut en Christ est valable maintenant pour chacun sans distinction, car « Dieu veut que tous les êtres humains soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité » (1Timothée 2 : 4). Si aujourd’hui le Seigneur Jésus n’est pas encore revenu pour prendre les siens auprès de Lui dans la maison du Père, c’est parce qu’Il est patient envers nous, ne voulant pas qu’aucun périsse, mais que tous viennent à la repentance. Tel est le temps de la grâce !
En tant que pécheurs perdus, nous avions besoin de salut, et comme coupables, de la justification. Nous avons reçu l’un et l’autre par la Grâce de Dieu. En Éphésiens 2 : 8, nous lisons : « Vous êtes sauvés par la grâce, par la foi» et en Romains 3 : 24 : «... justifiés gratuitement par sa grâce ». La grâce qui apporte le salut se manifeste ici de deux manières et il vaut la peine de s’y arrêter un peu.
Aucun être humain ne peut se sauver par Lui-même. Mais combien de personnes s’imaginent pouvoir se sauver de leur état de perdition éternelle par elles-mêmes, par de bonnes œuvres ! Selon le Jugement divin, nous étions spirituellement morts pour Dieu à cause de notre état de péché
(Éphésiens 2 : 1). Un mort ne peut plus rien faire pour lui ou pour autrui, et encore moins se redonner la vie. Tous les efforts que nous déployons en vue de notre salut sont par conséquent non seulement inutiles et insensés, mais impossibles. Seule la Grâce de Dieu peut sauver des êtres perdus (Éphésiens 2 : 8). Cette Grâce incompréhensible est la preuve tangible de l’Amour parfait de Dieu.

À suivre...

Écrire un commentaire

La miséricorde de Dieu

27 Mai 2017 Publié dans #Amour de Dieu - de Jésus

"Je veux miséricorde et non pas sacrifice ; car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs" (Matthieu 9. 13).

“Je veux miséricorde et non pas sacrifice” : tel est le témoignage plein de grâce de Dieu pour l'être humain. Il désigne ainsi clairement le seul moyen par lequel Dieu peut rendre l'être humain heureux et le délivrer de la condamnation éternelle : c'est d'avoir compassion de lui dans sa misère et ses péchés en lui offrant un salut complet et éternel sans argent et sans prix. C'est la liberté pour celui qui le reçoit. L’Esprit de Dieu en rend témoignage. “Là où est l'Esprit du Seigneur, il y a la liberté” (2 Corinthiens 3. 17), et c’est ce qui seul donne confiance et procure un puissant réconfort. Tout cela vient de Dieu vers le pécheur. “Dieu met en évidence son amour à lui envers nous en ceci : lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous” (Romains 5. 8).

L'état de l'être humain devant Dieu est celui d'un pécheur : “Tous ont péché” (Romains 3. 23). L'être humain est esclave du péché, transgresseur des lois de Dieu, assujetti à la servitude par la crainte de la mort dont Satan a le pouvoir. Il ne connaît rien de la sainte présence de Dieu et il tremble quand il entend dire que le Seigneur Jésus va revenir du Ciel. Nous sommes tous tels par nature. Nous étions perdus ; et Dieu, plein de pitié, nous a vus ; son cœur compatissant s'est tourné vers nous. Dieu savait que le seul moyen de racheter l'être humain et de l'amener dans la liberté et la bénédiction était d'envoyer son propre Fils “en ressemblance de chair de péché” (Romains 8. 3), afin qu'Il fasse l'expiation par sa mort sur la croix. Et dans sa miséricorde infinie, Dieu a accepté de nous faire ce “don inexprimable” (2 Corinthiens 9. 15). Il a donné son unique Fils bien-aimé, “afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle” (Jean 3. 16). Ainsi Christ est descendu dans les douleurs et dans la mort de la croix pour élever l'être humain pécheur à la hauteur de la gloire éternelle.

Dieu, dans son Amour, nous a donné son Fils Jésus, Et par Jésus, la paix fut faite. La Justice de Dieu fut satisfaite, ses droits sur nous ne s'exigeront plus.

Écrire un commentaire

Nous ne sommes pas par hasard !

27 Mai 2017 Publié dans #EVANGILE

Nous ne sommes pas par hasard !Si nous respirons à cette minute précise, c’est parce que Dieu l’a voulu ainsi !
Les plans divins dépassent même les erreurs humaines ! Dieu n’agit jamais par hasard. “Bien avant la fondation du monde, Il avait prévu notre existence à chacun et avait fait de nous tous l’objet de Son amour...” (Ephésiens. 1.4)
 
Dieu nous a créé afin de pouvoir nous aimer ! Cette vérité devrait sous-tendre toute notre vie. Dieu pensait à nous quand Il créait le monde. En fait, nous sommes la raison d’être de Sa création ! “Il a décidé de nous créer par la Parole de Vérité, afin que nous devenions en quelque sorte la plus importante de ses créatures.” (Jacques 1. 18).
 
La prochaine fois que nous nous sentirons déprimés ou rejetés par les autres, rappelons-nous que nous sommes l’objet de l'Amour merveilleux de Dieu et que nous constituons l’une des plus importantes de ses créatures ! Dieu nous a créés pour une raison bien précise. Notre vie a un sens profond et unique. Mais nous ne découvrirons le sens de notre vie qu’en mettant Jésus-Christ en son centre, qu’en faisant de Jésus “le point de référence” de notre destinée. Nous ne sommes que ce que nous sommes qu’en fonction de Son plan. Nous faisons d’ailleurs partie d’un plan très complexe. Nous sommes un modèle unique et parfait, des êtres humains très spéciaux à Ses yeux. Aussi comportons-nous chaque jour en fonction de cette certitude !
 
Notre naissance n'est pas une erreur ou un contretemps, et notre vie n'est pas un coup de chance. Que nos parents nous aient désiré ou pas, Dieu nous a formés. Bien avant d'être conçu, nous étions déjà dans sa pensée. Le fait que nous respirons en ce moment même n'est ni une fatalité, ni un hasard, ni une coïncidence. Dieu a voulu nous créer. Il avait prévu tout notre être en prenant soin du plus petit détail et de chacune de nos caractéristiques. Il a permis notre naissance. Il connaît la durée de notre vie.

“Il a fait d'un seul sang tous les peuples de l'humanité pour habiter sur toute la face de la terre” (Actes 17. 26). Et Dieu a arrangé l'environnement de cette planète pour que nous puissions y vivre. Sa Parole déclare : “J'ai fait la terre, et j'ai créé l'homme sur elle” (Ésaïe 45. 12). Pour Dieu, dans toute sa création, c'est l'être humain qui a la plus grande importance.

Dieu avait un plan en créant chacun de nous. Le motif pour lequel il nous a créés, c'est son Amour. Et “Dieu met en évidence son amour à lui envers nous en ceci : lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous” (Romains 5. 8). Sachons ainsi personnellement que Dieu nous aime, malgré nos défauts, nos fautes et nos péchés. Il les pardonne par l'œuvre de Jésus à la croix, si nous les reconnaissons devant Lui. Personne n'est exclu, car Dieu veut que tous les hommes soient sauvés (1 Timothée 2. 4)Et son but – le savez-vous ? – c'est de faire de nous ses enfants, aimés par Lui, et heureux avec Lui dès maintenant et pour l'éternité.
Écrire un commentaire

Le puissant Amour de Jésus sur la croix‏

26 Mai 2017 Publié dans #Amour de Dieu - de Jésus, #La croix

Au pied de la croix de Jésus, l'être humain est vu au naturel, jouant son rôle abominable, et cela dans les conditions sociales les plus variées : Juif ou étranger, barbare ou civilisé, pauvre ou riche, laïque ou religieux.
Pilate, le magistrat romain qui occupe le siège de l'autorité civile, responsable d'exercer la justice, condamne Jésus-Christ, Celui qu'il a reconnu “juste” (Luc 23. 4). Les hommes de loi et les prêtres du peuple juif (le clergé de l'époque) cherchent des témoignages mensongers contre Jésus, et la foule qui les entoure, d'accord avec eux, élève la voix contre Jésus-Christ, Celui qui ne leur a fait que du bien. Les simples passants l'injurient. Les disciples, qui avaient été si près de Lui, abandonnent lâchement Jésus leur Maître à l'heure du danger.
Au milieu de cette indignité humaine, écoutons Jésus prier : “Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font” (Luc 23. 34). Dans son “Amour éternel” (Jérémie 31. 3), Jésus invoque pour ses ennemis la circonstance atténuante de l'ignorance. Et pourtant, chacun n'a-t-il pas agi en connaissance de cause ? Oh, quelle noblesse et quelle dignité de la part de notre Sauveur !
Pendant trois heures, abandonné par Dieu son Père, suspendu à la croix dans d'indescriptibles souffrances, Jésus accepte, Lui, le Saint et le Pur, d'être identifié au péché pour nous, et de subir de la part de Dieu le châtiment que nous méritions, vous et moi.
C'est de cette manière que le Seigneur Jésus-Christ a manifesté son puissant Amour pour nous à la croix. C'est là que Jésus est mort à la place de chaque être humain, et trois jours après, Jésus ressuscita, prêt à sauver parfaitement quiconque qui croit et qui met sa confiance en Lui.

Nous êtres humains, Voulons-nous chacun accepter cet Amour merveilleux de Dieu, de Jésus Christ.

Nous savons que Jésus est mort cloué sur une croix, et c’est l’évènement le plus significatif de l’histoire humaine. Si la croix en dit beaucoup sur Dieu, elle confirme principalement son grand Amour pour l’humanité. La croix est la démonstration la plus éclatante et publique à la fois de la Justice et de l’Amour de Dieu. Son désir est de restaurer sa relation avec l’humanité qui a été brisée et détruite par la désobéissance et la rébellion humaines.
La vie et la mort de Jésus-Christ incarnent cet amour sacrificiel qui a culminé au sacrifice de Dieu sur la croix. En mourant à la croix pour toute l’humanité, Dieu a montré son grand Amour pour l’être humain. L’Amour divin qui se donne dans la personne de Jésus à la croix permet la restauration de la relation entre Dieu et l’humanité.
Or, Dieu en nous connaissant même mieux que nos proches, a décidé de nous aimer. Malgré notre rébellion, Dieu nous aime. En nous offrant son Fils Jésus-Christ pour qu'Il meure à la croix et qu'Il ressuscite, Dieu nous a tellement aimé alors que nous étions ses ennemis : "Mais voici comment Dieu prouve son amour envers nous : alors que nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous". (Romains 5. 8). Quand nous n’étions pas aimables, ni dignes de recevoir tant d’attention, Jésus nous a pourtant aimés au point de mourir pour nous. Jésus a pris notre obscurité pour nous donner sa lumière.
L’amour de Dieu n’a pas toléré ce qui nous séparait de Dieu : notre péché. Le jugement qu’entraînait le péché, Christ s’en est chargé. Dieu a ainsi montré la grandeur et la profondeur de son amour. À la croix, nous faisons face à la vulnérabilité divine : L’Amour de Dieu, révélé à la croix, est don de soi et jugement du péché en même temps. Dieu nous a aimés quand nous n’étions pas aimables. Un si grand Amour ne peut que provoquer une chose en nous : la transformation de notre être à la ressemblance de Jésus, Fils de Dieu.

Écrire un commentaire

L'ascension du Seigneur Jésus-Christ

25 Mai 2017 Publié dans #Divers

Après sa résurrection, le Seigneur Jésus apparaît à ses disciples à plusieurs reprises avant de monter vers son Père au ciel dans la gloire qu'il avait avant son incarnation. Là Il est reçu selon les honneurs qui lui sont dûs à cause des choses qu'il a souffertes (Hébreux 5 : 8).
« Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ, lequel, existant en forme de Dieu, n'a point regardé comme une proie à arracher d'être égal avec Dieu, mais s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et ayant paru comme un simple homme, il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix. C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père » (Philippiens 2 : 5-10).
Au Ciel, le Seigneur Jésus est souverainement élevé, au-dessus de tous, sauf de Dieu le Père (Philippiens 2 : 10,
1 Corinthiens 15 : 27-28). Jésus est à la droite de Dieu, c'est la position la plus puissante dans tout l'univers après celle de Dieu le Père, et tout ce que le Père fait, le Fils le fait pareillement (Jean 5 : 19).

Le fait que Jésus soit monté au Ciel nous indique aussi qu'Il reviendra de la même manière (Actes 1 : 9-11) pour nous prendre avec lui, personnellement, (Jean 14 : 3) corporellement et visiblement (Matthieu 24. 30 ; Apocalypse 1. 7) sur et avec les nuées (Apocalypse 1. 7 ; Daniel 7. 13) soudainement (1 Thessaloniciens 5. 2-3) glorieusement et avec ses anges (Matthieu 16. 27 ; 24. 30).

- Jésus a vécu une vie sans péché (1 Pierre 1 : 22), élevé à la perfection, Il peut sauver ceux qui Lui obéissent (Hébreux 5 : 9)
- Au Ciel, Jésus est notre Avocat auprès du Père, il plaide en notre faveur quand nous péchons (1 Jean 2 : 1, Hébreux 7 : 25), il est toujours prêt à nous accueillir au trône de la grâce (Hébreux 4. 14-16).
- Au Ciel, Jésus a reçu de Dieu tous les pouvoirs, Il va donc nous assister puissamment dans l'évangélisation
(Matthieu 28 : 18-20)
- Au Ciel, Jésus est notre intercesseur, Il prie pour qu'on soit préservés du mal et gardés unis (Jean 17 : 15, Jean 17 : 21-24, Romains 8 : 34)
- Au Ciel, Jésus est pour nous comme précurseur, ce qui veut dire que nous irons le rejoindre (voir Hébreux 6 : 20).
- Au Ciel, Jésus est notre souverain sacrificateur, notre grand-prêtre, Il est aussi l'Agneau immolé
(Apocalypse 5 : 6), qui est entré avec son propre sang dans le temple céleste pour la purification de notre conscience, pour notre rédemption (Hébreux 9 : 11-14).
- Au Ciel, Jésus est en train de nous préparer une place
(Jean 14 : 3).
- Au Ciel, Jésus dans sa gloire nous envoie le Saint-Esprit avec ses dons et ses bénédictions
(Jean 7 : 39, Jean 14 : 16, 15 : 26)
- Au ciel, Jésus est notre justice (Jean 16 : 10, Romains 3 : 22, 1 Corinthiens 1 : 30)
- Au Ciel, Jésus nous a déjà fait asseoir sur son trône avec Lui (Éphésiens 2 : 4-7)

Écrire un commentaire

La croix de Jésus-Christ dans notre vie

24 Mai 2017 Publié dans #La croix

Je suis crucifié avec Christ, et ce n’est plus moi qui vit, c’est Christ qui vit en moi, ma vie présente dans la chair, je la vis dans la foi au Fils de qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi (Galates 2 : 20)

Pour nos péchés, Jésus a été crucifié sur la croix au Calvaire, à Golgotha. Le sacrifice de Jésus-Christ à la croix de Golgotha est le plus beau cadeau que Dieu nous a offert. Vous en rendez-vous compte ! Dieu notre Père Céleste nous a offert son Fils unique en sacrifice afin que nous puissions avoir la vie éternelle (Jean 3 : 16), et tout cela par grâce car Dieu nous aime d'un parfait amour. Oui, Dieu nous a offert son Fils Jésus car Il veut que nous soyons tous sauvés et que nous vivions avec Lui pour l'éternité. Il fallait qu’une personne sainte, sans péché, paye pour tous les péchés des êtres humains, et Jésus-Christ est Celui que Dieu a choisi, et Il a obéit à son Père.
« En effet, comme par la désobéissance d’un seul homme, beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par  l’obéissance d’un seul, beaucoup seront rendus justes. Or la loi est intervenue pour que la faute soit amplifiée, mais là où le péché s’est amplifié, la grâce a surabondé. De la sorte, comme le péché a régné avec la mort, ainsi la grâce règne par la justice, pour la vie éternelle par Jésus-Christ notre Seigneur » (Romains 5 : 19-21).
Beaucoup de ceux qui se disent chrétiens savent que Jésus-Christ est mort pour nos péchés, parce qu'on leur a enseigné cela dans les églises, mais combien s’approprient pour eux-mêmes ce parfait sacrifice de Jésus, pour leur propre vie ? Combien ont reçu la révélation de la croix et en connaissent vraiment la signification ?
Dieu veut que nous venions à Lui chaque jour pour une révélation fraîche de l'importance de la croix de Jésus. Cela est merveilleux, plus nous allons vers Lui, plus Dieu nous bénit de sa révélation par le Saint-Esprit. Nous devons chaque jour demander dans notre culte personnel, avec Jésus, qu’il nous révèle un peu plus de la valeur de son sacrifice par le Saint-Esprit. Cela est important. La révélation nous apportera l’amour et le feu pour toucher les personnes qui ne connaissent pas Jésus, Amen.

Rendons-nous compte que le Seigneur Jésus-Christ, Fils de Dieu, est descendu de son Ciel de gloire, là où Il était avec Dieu son Père, pour venir dans ce monde et être maltraité, flagellé, humilié, et mourir sur une croix à notre place. Mais tout cela, Jésus l’a fait par obéissance à Dieu le Père, car c’est par grâce que Dieu nous a sauvés. Dieu nous aime et veut nous voir vivre libérés de la loi du péché de la mort.

Écrire un commentaire

Les enfants de Dieu sont beaux à Ses yeux

23 Mai 2017 Publié dans #Salut

Nous les enfants de Dieu, nous sommes beaux aux yeux de Dieu, parce que :

Nous recevons le don de la justice : Nous sommes revêtus des mêmes habits magnifiques de la Justice que Jésus possède. Nous qui étions autrefois des pécheurs sommes devenus beaux aux yeux de Dieu. Notre beauté est produite par l’œuvre de Jésus et non pas par ce que nous pouvons accomplir : « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle création. Les choses anciennes sont passées, voici toutes choses sont devenues nouvelles. Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le service de la réconciliation.  Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, sans tenir compte aux hommes de leurs fautes, et il a mis en nous la parole de la réconciliation…Celui qui n’a pas connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu » (2 Corinthiens 5 : 17-21).

Nous avons un esprit de bonne volonté : À la nouvelle naissance, le Saint-Esprit vient vivre en nous et nous marque de son sceau. Le Saint-Esprit met un « Oui » dans notre esprit pour Dieu. Nous acceptons de changer notre comportement avant que le changement ne s’effectue concrètement. Le « Oui » de notre esprit à Dieu lui est agréable. Chaque mouvement de notre cœur envers Dieu est le résultat de l’œuvre du Saint-Esprit dans nos vies, c’est Lui qui produit en nous un esprit bien disposé. David a prié pour que Dieu le soutienne par un esprit de bonne volonté : « Rends-moi la joie de ton salut et qu’un esprit de bonne volonté me soutienne ! » (Psaumes 51 : 12, 14). L’esprit est bien disposé mais la chair est faible (Matthieu 26 : 41).

La nature de la personnalité de Dieu est en nous : Notre beauté est étroitement liée à la nature des émotions de Dieu. Les affections et la passion du cœur de Dieu déterminent ce qu’Il ressent envers nous. La beauté se trouve dans les yeux de Dieu notre Créateur qui nous regarde. C’est grâce au coeur de Dieu que nous sommes beaux à Ses yeux.

La façon dont Dieu voit les gens provient de ce qui se trouve dans Son cœur. C’est Dieu qui détermine « qui » et « ce qui » est beau. Dieu voit les choses très différemment de nous êtres humains : « Ne prends pas garde à son apparence et à sa grande taille... Dieu ne considère pas ce que l’homme considère ; l’homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l’Eternel regarde au cœur » (1 Samuel 16 : 7-8). « Que le méchant abandonne sa voie et l’homme de rien ses mauvaises pensées, qu’il retourne à l’Eternel qui aura compassion de lui… qui pardonne abondamment. Car mes pensées ne sont pas vos pensées et vos voies ne sont pas mes voies, oracle de l’Eternel. Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre… et mes pensées au-dessus de vos pensées » (Esaïe. 55 : 7-9).

Nous avons une destinée éternelle en tant qu’Épouse de Christ : En tant qu'Épouse du Christ, nous attendons le jour où nous célébrerons la joie de notre engagement envers Jésus-Christ pour l'éternité. Jésus-Christ attend le jour où Il viendra nous chercher, nous qui formons l'Église, l'Epouse de Christ, pour que nous soyons éternellement avec Lui dans Sa Gloire. Cela constitue une partie importante de ce que nous représentons aux yeux de Dieu. En tant qu'Épouse du Christ, « Réjouissons-nous et soyons dans l'allégresse, et donnons-lui gloire ; car les noces de l'agneau sont venues, et son épouse s'est préparée, et il lui a été donné de se revêtir d'un fin lin, éclatant, pur. Car le fin lin, ce sont les oeuvres justes des saints » (Apocalypse 19 : 7-8).

Écrire un commentaire

Accourons vers notre parfait Sauveur Jésus-Christ

22 Mai 2017 Publié dans #Salut

Le prophète Ésaïe dit : " Mais vos iniquités ont fait séparation entre vous et votre Dieu; et vos péchés ont fait qu'Il a caché de vous sa face, pour ne pas écouter" (Esaie 59 : 2). Quelle parole que celle-là ! Qu'est-ce que cela signifie ? Cela veut dire que Dieu est séparé, privé de sa créature, à cause du péché. Le mal est venu constituer une barrière, un obstacle, entre Dieu le Créateur, et l'être humain sa créature. Aussi longtemps que cette barrière subsiste, Dieu ne saurait trouver de repos et l'être humain trouver de bonheur. C'est pourquoi le Dieu bienheureux a trouvé le moyen de venir jusqu'à nous pour que, réconciliés avec Lui, rien désormais ne nous sépare plus de Lui. Qui a suggéré à Dieu de venir jusqu'à nous dans la personne de son Fils unique et bien-aimé ? Personne. C'était sa pensée, et Il l'a accomplie. Écoutez ce que dit l'Écriture : " Et nous, nous avons vu et nous témoignons que le Père a envoyé le Fils pour être le Sauveur du monde" (1 Jean 4. 14).

Après quatre mille ans de péché, de folie, d'impiété de la part de l'être humain, c'est-à-dire quand l'accomplissement du temps est venu, Dieu a envoyé son Fils unique. Le Seigneur Jésus est mort sur la croix; pour porter nos péchés le Sauveur s'est présenté. Ses mains ont été percées. Ses pieds ont été percés. La lance du soldat romain a percé son côté. Sa tête auguste fut couronnée d'épines. À la croix, toutes les nations avaient été représentées en Jésus qui porta tous les péchés du monde. Et au moment où la méchanceté de l'être humain atteignait son point culminant en faisant subir un horrible supplice au Seigneur Jésus ; au moment où la haine de l'être humain débordait, l'Amour de Dieu le Père brillait de tout son éclat en nous donnant son Fils. Le Père a donné le Fils; le Fils est mort pour des pécheurs. Oh quel bonheur pour une âme autrefois éloignée de Dieu et perdue, mais maintenant réconciliée avec Dieu ?

"Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, C'est de nos douleurs qu'il s'est chargé; Et nous l'avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris" (Ésaïe 53 : 4-5). C'est par la mort de Christ que nous sommes maintenant réconciliés avec Dieu. Dieu nous voulait pour Lui.
Nous avons tous entendu parler de la parabole du fils prodigue. Un jour il pensa quitter son père, la maison où il avait vécu entouré de soins vigilants et assidus. Il partit pour le pays éloigné, le pays où la plupart des hommes passent la plus grande partie de leur vie Là-bas loin, bien loin du foyer paternel, le fils dissipa tout son bien en vivant dans la débauche. C'est une histoire bien connue; elle se répète chaque jour. Mais il y eut un moment où le malheureux prodigue rentrant en lui-même, décida de revenir, en arrière et de rejoindre le lieu que, dans sa folie il n'aurait jamais dû quitter. Il laisse le pays lointain; il abandonne ses compagnons d'infortune, il déserte ce maître dur qui nous parle du chef de ce monde, c'est-à-dire de Satan. Le prodigue s'en va de ce pays de la faim. Car, chers amis lecteurs, les gousses de Satan ne peuvent pas rassasier l'âme; les plaisirs de ce monde laissent le cœur vide et l'esprit sans repos.

Cher(e)s lecteurs/trices, vous êtes-vous séparés de ces choses ? Oh ! Que chaque être humain revienne dès aujourd'hui au seul vrai Dieu qui pardonne. Savez-vous qu'il est grand temps pour chaque être humain de venir vers le seul Dieu Sauveur pour être éternellement sauvé ? Ou bien vous vous séparez de vos péchés et vous ne connaîtrez plus le douloureux esclavage du péché, ou bien vous gardez vos péchés jusqu'à la mort et, laissez-moi vous le dire, vous n'en serez jamais séparés. Vous passerez l'éternité en Enfer sous le poids de vos péchés. Quelle compagnie ! Dès aujourd'hui, choisissez plutôt d'être compagnons de Christ dans la gloire.

Permettez, cher(e)s lecteurs/trices, que j'attire votre attention sur les conséquences funestes et fatales des êtres humains qui refusent inconsidérément le parfait Salut en Jésus. Ils subiront l'éternité loin de Dieu dans l'étang de feu où sont les pleurs et les grincements de dents. En Enfer se trouvent le ver rongeur du remords. C'est la nuit, une nuit sans lune et sans étoiles, sans un rayon d'espérance, sans une clarté d'espoir. C'est la souffrance dans la nuit épaisse et sur laquelle jamais aucune aurore ne se lèvera. Qui voudrait ces terreurs, ces noirceurs, ces laideurs ? Peut-être il y a une pensée à laquelle vous ne vous êtes peut-être pas jusqu'ici arrêté. Je vous la dirai et vous y songerez. C'est celle-ci : L'éternité ne finit jamais. Avez-vous compris ce mot : " Éternité" ? L'éternité c'est le présent éternel. Le passé est déjà passé,l'avenir passera aussi. L'éternité régnera. L'éternité c'est : l'éternel présent !

Écrire un commentaire
1 2 3 4 > >>