Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
L'Évangile est une puissance de Dieu pour le Salut de quiconque croit (Romains 1 : 16)

Articles avec #la venue de jesus tag

À la naissance et à la crucifixion de Jésus

14 Octobre 2017 Publié dans #La Venue de Jésus, #La croix

À la naissance de Jésus Christ, le Fils de Dieu, en pleine nuit le ciel s'illumine, et un ange du Seigneur annonce ce grand sujet de joie : « Aujourd'hui… vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur » (Luc 2. 11). À la crucifixion de Jésus, sur la croix du Calvaire, en plein midi, le ciel s'assombrit, et pendant trois heures, des ténèbres envahissent le pays (Matthieu 27. 45).
Le jour de la naissance de Jésus, une multitude d'anges louent Dieu : « Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, et sur la terre, paix » (Luc 2. 14). Mais, sur la croix, à la fin des trois heures de silence et d'obscurité profonde, Jésus s'écria d'une voix forte : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? » (Matthieu 27. 46)
Que s'est-il passé ? La joie de Bethléem a-t-elle disparu dans le déchaînement de la méchanceté humaine contre le Fils de Dieu ? Non, assurément pas. Il est écrit : « À cause de la joie qui était devant Lui, Jésus, qui est sans péché, a enduré la croix, ayant méprisé la honte » (Hébreux 12. 2). À Gethsémané, le Seigneur Jésus, en pleine communion avec son Père, a accepté de prendre à son compte nos péchés comme s'ils étaient siens (Psaume 40. 12). Quand Dieu Juste et Saint a fait tomber sur son Fils Jésus le châtiment que nos péchés méritaient, et que Jésus a été abandonné par Dieu sur la croix, le cri de Golgotha a traduit sa souffrance infinie. Mais il a été suivi d'un puissant cri de victoire : « Tout est accompli » (Jean 19. 30). Maintenant, Jésus-Christ est ressuscité. L'œuvre est faite : le Seigneur Jésus voit à l'avance la multitude d'hommes et de femmes rachetés et délivrés par son parfait sacrifice à la croix. C'est la joie de Jésus-Christ, le Bon Berger, qui porte sur son cœur sa brebis sauvée (Luc 15. 6).

Écrire un commentaire

Jésus Christ quitta le ciel pour la terre

8 Juin 2017 Publié dans #La Venue de Jésus, #Salut, #Paradis

La terre, le ciel : deux endroits si différents ! L'une est l'habitation des êtres humains, marquée par leurs luttes, leurs contradictions, leurs élans de fraternité bientôt suivis d'oppositions violentes. Dans l'autre, Dieu le Père et son Fils bien-aimé Jésus-Christ, adorés et servis par une multitude d'anges, jouissent d'un bonheur continuel dans une sphère où règne l'Amour infini. Et c'est cette demeure qu'un jour, Jésus le Fils de Dieu a laissée, en plein accord avec la volonté de son Père. Envoyé par Dieu, Jésus est venu sur une terre où il devait tant souffrir. Dès sa naissance, le monde a déclaré qu'il n'avait pas de place pour lui (Luc 2. 7), et le roi Hérode a voulu le faire mourir. Toute sa vie, Jésus est allé de lieu en lieu, en faisant du bien à tous (Actes 10. 38). Pourtant, Jésus a été méprisé, haï et enfin crucifié par les êtres humains.
Pourquoi Jésus, le Fils de Dieu, a-t-Il choisi un tel chemin ? Manquait-Il quelque chose à son propre bonheur ? Non, mais Jésus voulait introduire les êtres humains dans la plénitude de l'amour céleste. Il voulait amener dans sa présence des hommes et des femmes, coupables mais graciés, pécheurs mais justifiés, capables de comprendre et de partager l'essence même de son être : l'Amour.
Il vaut la peine de contempler cet abaissement volontaire du Fils de Dieu, ses souffrances et sa mort, en vue d'amener “de nombreux fils à la gloire” (Hébreux 2. 10). Nous nous inclinons et nous adorons Jésus-Christ quand nous savons qu'Il quitta le Ciel pour que nous puissions vivre dans sa Gloire éternelle.

Le chemin que le Seigneur Jésus a parcouru du Ciel jusqu'à la terre pour le Salut de nos âmes est merveilleux. Il ne l'a pas fait par contrainte, mais par Amour.
Nous qui croyons vraiment en Jésus et qui sommes les enfants de Dieu, nous ferons bientôt le chemin en sens inverse, emmenés loin d'une terre de souffrances souillée par le péché, vers la glorieuse et sainte demeure de Dieu dans le Ciel. Quel cortège que celui-là !
Jésus Christ, Lui, est descendu du Ciel et il a parfaitement accompli son œuvre qui nous sauve et qui, à travers le Saint-Esprit, nous rend saints à partager sa gloire. Mais ceux qui seront ressuscités dans des corps glorifiés et qui iront à la rencontre du Seigneur Jésus dans les nuées, seront des multitudes innombrables de rachetés, de tous les temps, de tous les pays. Dès lors, nous serons pour toujours avec notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. Oh, quel joie immense et infinie, quand nous arriverons au Ciel !

Une question se pose alors maintenant à chaque être humain : - est-ce que je ferai partie de ce cortège des bienheureux ? Cette question en soulève d'autres. - Est-ce que, personnellement, j'ai cru au parfait sacrifice de Jésus et à sa résurrection pour être lavé de tous mes péchés ? Le croire, c'est recevoir la robe de justice pour entrer dans la maison de Dieu le Père avec Jésus-Christ.
Jésus Lui-même nous demande d'être prêts, de l'attendre. Il va revenir. Un jour, l'accès au Ciel sera fermé (Matthieu 25. 10). Il sera alors trop tard, et celui qui n'aura pas cru et mis sa confiance en Jésus entendra sa condamnation de la bouche même de Jésus : “Je ne vous connais pas”… “Allez-vous-en loin de moi” (v. 12, 41).
Dieu ne veut cela pour personne. Aujourd'hui encore, la croix de Jésus-Christ nous rappelle qu'Il est mort pour nos péchés. Mais Jésus est aussi ressuscité et Il justifie celui qui croit en Lui par la foi.

Écrire un commentaire

Un merveilleux Cadeau

3 Juin 2017 Publié dans #La Venue de Jésus, #Salut

Nous éprouvons de la joie lorsque nous recevons un cadeau, un don gratuit de quelqu'un à qui nous sommes chers. Nous êtres humains, avons-nous chacun reçu le plus grand des cadeaux qui nous est offert encore aujourd'hui ? Nous nous demandons peut-être lequel, et de la part de qui. Et bien, le plus grand des cadeaux est celui que Dieu nous offre en son Fils Jésus-Christ. Oui, Dieu donne. Un jour, il y a un peu plus de 2000 ans, à Bethléem, un enfant naquit dans une étable et fut couché dans une crèche. Au même moment, un ange apparut à des bergers gardant leur troupeau dans la nuit et leur dit : "Voici, je vous annonce un grand sujet de joie qui sera pour tout le peuple : car aujourd'hui, dans la cité de David, vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur !" (Luc 2 : 10). Le prophète Esaïe en avait parlé plus de 700 ans auparavant : "Car un enfant nous est né, un Fils nous a été donné." (Esaïe 9 : 6).
Oui, cet enfant emmailloté et couché dans une crèche parce qu'il n'y avait pas de place pour lui dans l'hôtellerie, n'était autre que le Fils de Dieu qui nous a été donné. "Car Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle." (Jean 3 : 16).

Pouvait-il y avoir un plus grand Cadeau que celui-là, le don du Fils unique de Dieu ? Chaque être humain l'a t-il reçu ?... ou leur coeur serait-il comme cette hôtellerie où il n'y avait pas de place pour Lui ?
En nous offrant son Fils unique Jésus-Christ, Dieu nous a tout donné :
- le pardon des péchés et la vie éternelle,
- un parfait Sauveur, un Ami suprême,
- pour le coeur, une source de joie permanente,
- pour l'esprit, des certitudes,
- pour la conscience, une paix parfaite,
- pour l'avenir, une assurance pour l'au-delà, une espérance vivante.
Oui, Dieu nous offre un héritage céleste.

Ces dons nous font-ils envie ? Chaque être humain peut les posséder dès aujourd'hui, maintenant. A quel prix ? Gratuitement puisque, nous le répétons, ce sont des dons. Encore il faut les accepter en croyant au seul vrai Dieu sur parole et en son Fils Jésus-Christ. Que penserions-nous d'une personne que nous aimons et qui nous refuserait notre cadeau que nous avons acquis chèrement ? Il n'y a pas d'offense plus grave que de refuser un don, surtout quand il s'agit du don suprême du Fils de Dieu ! Aussi, nous supplions chaque être humain qui ne l'a pas encore fait, d'accepter le don de Dieu aujourd'hui même. Demain, il pourrait être trop tard !

Écrire un commentaire

Le Christ quitta le Ciel jusqu'à souffrir dans ce monde

20 Janvier 2017 Publié dans #La Venue de Jésus, #Sacrifice de Jésus

Avant le commencement du monde et depuis l'éternité, Jésus-Christ (le Messie) vivait avec Dieu son Père dans les cieux (un endroit bien plus glorieux que vous et moi puissions imaginer), adorés et servis par une multitude d'anges, jouissant d'un bonheur continuel dans une sphère où règne l'Amour infini. Et c'est cette demeure qu'un jour, Jésus le Fils de Dieu a laissée, en plein accord avec la volonté de son Père. Envoyé par Dieu son Père, Jésus-Christ le Messie est venu volontairement sur cette terre où Il devait tant souffrir. Oui, parce que vous et moi avons péché et avons besoin d’un Sauveur parfait et Saint, Jésus quitta les cieux et Il vint sur terre, se faisant homme, sous la forme d'un bébé emmailloté et couché dans une mangeoire.
N'oublions jamais que Jésus-Christ vint sur la terre pour prendre sur Lui toutes nos souffrances à cause de nos péchés et pour nous sauver parfaitement de la condamnation que nous méritions.
La façon dont Jésus est venu dans ce monde et dont Il y a vécu en tant qu’homme parfait et Saint nous révèle tellement de choses à propos du caractère véritable de Dieu et de Son amour grandiose pour nous tous.
En cette nuit, à Bethléhem, notre Dieu-Sauveur était humblement couché dans une mangeoire par Marie sa mère. En tant que petit garçon, Il a joué et étudié dans le foyer modeste de Joseph, un charpentier. Une fois devenu adulte, Jésus a vécu en nous donnant un exemple parfait. Endurant toutes sortes de tentations terrestres sans toutefois commettre de péché, Jésus s’est ensuite humilié au point de se laisser clouer sur une croix afin que vous et moi puissions avoir la Vie Éternelle par sa mort sur la croix et par sa résurrection.
Dans Philippiens 2 : 8-9, il est écrit : « Il (Jésus) s’est humilié : Il a obéi jusqu’à la mort, et il est mort sur une croix ! C’est pourquoi Dieu l’a souverainement élevé et Il Lui a donné le nom qui est au-dessus de tous noms ».
Vous et moi qui croyons en Jésus connaissons maintenant Jésus comme le Roi des Rois, le Seigneur des Seigneurs, le grand « Je Suis », etc... Sa grandeur surpasse tout entendement.
Jésus est : L’ALPHA ET L’OMÉGA (Apocalypse 1 : 8), LE CHEMIN, LA VÉRITÉ ET LA VIE (Jean 14 : 6) et LE BON BERGER (Jean 10 : 11).
C'est en ayant une relation vivante et personnelle avec Jésus-Christ que nous Le connaissons intimement comme étant tout cela. Le fait d’avoir une relation personnelle et intime avec Jésus est véritablement le plus grand de tous les cadeaux de Dieu notre Créateur Tout-Puissant.

Différentes souffrances de Jésus-Christ durant sa Venue sur la terre :

"Il est méprisé et délaissé des hommes, homme de douleurs, et sachant ce que c’est que la langueur… Il plut à l’Éternel de le meurtrir; il l’a soumis à la souffrance" (Ésaïe 53. 3, 10).

Il est nécessaire de distinguer entre les souffrances que Christ a endurées de la part des hommes et ses souffrances endurées sous la main de Dieu. Jésus a souffert de la part de Dieu pour le péché du monde et à notre place. Jésus a souffert de la part des êtres humains qui Le haïssaient parce qu’Il était juste dans ses oeuvres. Les chefs du peuple Le haïssaient parce que Jésus était juste et saint dans ses paroles et actes ; et Jésus mettait en évidence que leurs œuvres étaient mauvaises (Jean 3. 19). L’amour de Jésus pour les êtres humains Le poussait à répondre à leurs besoins et à témoigner contre le mal qu’ils faisaient ; mais pour Son amour parfait envers eux, les êtres humains ont rendu la haine à Jésus (Psaume 109. 5) jusqu'à Le clouer sur une croix. Tout ce que l'Amour de Jésus Lui a rapporté durant son ministère sur la terre, ce sont des douleurs.
Le cœur de Jésus, rempli d’amour infini, a dû beaucoup souffrir de l’incrédulité des êtres humains et du rejet de son peuple. Jésus “pleura” et “frémit dans son esprit” en voyant le pouvoir de la mort sur les êtres humains et leur incapacité à se délivrer eux-mêmes
(Jean 11. 33, 35). Leurs péchés ont dû être une source constante de souffrance pour l’esprit du Seigneur Jésus. Les souffrances de l’humanité pesaient également sur son âme car Jésus “Lui-même a pris nos infirmités et a porté nos maladies” (Matthieu 8. 17). Pourtant, Jésus n’était pas insensible aux insultes du peuple, à leur mépris, aux efforts des chefs du peuple pour Le piéger dans ses paroles, à leur brutalité et à leurs cruelles moqueries envers Lui. Jésus a manifesté une patience infinie à l'égard des êtres humains ; Sa perfection divine ne Lui a en rien épargné des souffrances causées par tous nos péchés.

Sur la croix, Jésus a aussi souffert sous la main de Dieu son Père, lorsque Dieu “l'a soumis à la souffrance”. Là, il n’y a pas eu un seul sentiment humain en Christ qui n’ait été atteint et foulé aux pieds, et les sentiments les plus délicats d’une âme parfaite étaient manifestés, mais ce n’était rien en comparaison de la Colère divine qui s'est abattue sur Jésus. Là, Jésus a souffert pour nous, “le juste pour les injustes” (1 Pierre 3. 18), et Il a souffert pour nos péchés.
Sur la croix, Jésus nous a tout donné, mais après Sa résurrection, Il a de nouveau reçu la gloire de la main de son Père, la gloire qu’Il avait toujours eue mais dans laquelle Il allait entrer maintenant comme Homme glorifié éternellement !

Écrire un commentaire

Jésus Christ, le Roi des rois, s'humilie pour nous sauver

25 Décembre 2016 Publié dans #La Venue de Jésus

Ô peuple fidèle, Jésus vous appelle,
Venez, triomphants, joyeux, Venez en ces lieux !
Ô peuple fidèle, Venez voir le Roi des cieux.
Que votre amour l’implore, Que votre foi l’adore
Et qu’elle chante encore Ce don précieux !

Dans l’humble étable, Froide et misérable,
Le grand amour des bergers Lui forme une cour !
Dans cette humble étable Accourez à votre tour.
Que votre amour l’implore, Que votre foi l’adore
Et qu’elle chante encore Sa gloire en ce jour !

C’est le Roi des anges, Captif dans les langes.
Splendeur pure et sans déclin du Père divin.
C’est le Roi des anges, Voilé sous un corps humain.
Que votre amour l’implore, Que votre foi l’adore
Et qu’elle chante encore Son règne sans fin !

Jésus vient sur la terre, fléchir la colère de Dieu, notre Créateur,
Pour sauver le pécheur.
Jésus vient, tel un frère, votre puissant Rédempteur.
Que votre amour l’implore, Que votre foi l’adore
Et qu’elle chante encore Jésus, le Sauveur.

Écrire un commentaire

Un grand sujet de joie

24 Décembre 2016 Publié dans #La Venue de Jésus

N'ayez pas peur, car voici,  je vous annonce un grand sujet de joie (une bonne nouvelle), pour tout le peuple ;  car aujourd'hui, dans la cité de David, vous est né un Sauveur. (Luc 2. 10-11)

« N'ayez pas peur » : Le monde est pourtant rempli de problèmes qui ne font que générer la peur, peur de l'accident, de l'autre, du lendemain, de la mort... mais Dieu nous dit : « N'ayons pas peur ! ».

« Une bonne nouvelle » : Comme les bergers autrefois, nous aussi nous avons besoin et nous avons envie d'entendre une bonne nouvelle. Cela nous changera !

« Une grande joie » : Pas simplement une consolation, ni même un air de fête pour une nuit, mais une vraie joie qui dure sans faiblir !

« Pour tout le peuple » : Alors ce n'est pas que pour moi, mais aussi pour nous tous et pour chaque être humain dans ce monde.

« Aujourd'hui » : Ce n'est pas un rêve, ce n'est pas non plus un espoir pour demain, c'est une réalité pour aujourd'hui, pour ici et pour maintenant !

« Un Sauveur est né pour vous » : Quelle nouvelle extraordinaire ! Il existe quelqu'un qui nous aime, qui nous comprend, qui nous affirme que tout n'est pas perdu, qui s'approche de nous là où nous sommes, dans l'état où nous sommes, et nous propose de nous aider, de nous délivrer, de nous sauver !

"En effet, un enfant nous est né, un fils nous a été donné, et la souveraineté reposera sur son épaule; on l'appellera merveilleux conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix" (Ésaïe 9. 5)

Le Fils de Dieu quitta la gloire du Ciel pour devenir homme, mais Saint. C’est cela que nous fêtons le jour de Noël. Les paroles de ce chant suivant décrit le but de sa venue et sa mission sur terre et pour toute l’éternité :

De son trône de clarté, de son Ciel de pureté Jésus-Christ est descendu jusqu’à nous pécheurs perdus. Depuis toujours Il était Dieu, Roi de la terre et des cieux; mais se dépouillant de tout, Jésus vint mourir pour nous.

Jésus-Christ est Seigneur ! Il est sorti du tombeau, Il est Seigneur. Tout genou fléchira, toute langue confessera, que Jésus est Seigneur !

Il était l’Éternel Roi, mais renonçant à ses droits, en simple homme, en serviteur, Jésus vint vers nous, pécheurs. Bien que Fils de Dieu, Jésus apprit par les choses qu’il souffrit jusqu’à la mort de la croix l’obéissance et la foi.

Jésus s’est humilié ; aussi Dieu l’a couronné, dans le Ciel l’a fait asseoir sur son trône en tout pouvoir, afin qu’au Nom de Jésus tout genou fléchisse et que dans tout l’univers résonne un puissant concert :

Jésus-Christ est Seigneur ! Il est sorti du tombeau, Il est Seigneur. Tout genou fléchira, toute langue confessera que Jésus est Seigneur !

Voilà ce qu'il nous faut : Jésus-Christ n'est pas simplement le petit enfant couché dans la crèche. Mais Jésus est Dieu, Il s'est fait homme. Oui, Jésus est le Dieu vivant, le Sauveur de quiconque Lui fait entièrement confiance. Il dit à chacun de ceux qui le cherchent : Même si tu as l'impression que je suis bien loin, je te connais et je sais où tu en es. J'ai tout fait pour te sauver. Parle-moi à ton tour ; avec tes mots à toi. Tu verras alors combien je t'aime et je désire te rendre heureux !

Écrire un commentaire

L'Amour qui donne

24 Décembre 2016 Publié dans #Amour de Dieu - de Jésus, #La Venue de Jésus

Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu'il ait la vie éternelle. (Jean 3. 16) 
Voici Noël. Depuis très longtemps, les êtres humains célèbrent ce jour : pour les uns, c'est un rappel merveilleux du Dieu d'Amour fait homme dans la personne de son Fils Jésus Christ. Pour les autres, c'est un jour de fête qui permet d'oublier le quotidien. Et malheureusement, pour tant d'autres dans ce monde, c'est un jour de solitude.

Noël est aussi le moment des cadeaux, chacun voulant être un signe d'amitié et d'affection envers son prochain. Mais, nous ne devons jamais oublier que c'est Dieu qui nous a donné la plus grande preuve d'amour : Il a donné Jésus son Fils unique. Jésus a complètement renoncé à Lui-même, et nous a ainsi montré son Amour, un Amour vrai, absolu, sans retour. Jésus a prouvé son Amour de façon définitive en donnant sa vie, en mourant pour nous à la croix.

Aujourd'hui, nous nous rappelons du jour de la naissance de notre Sauveur et Seigneur Jésus-Christ, du jour de sa Venue dans le monde. Car le message que Dieu nous adresse à chacun reste toujours capital et permanent : Dieu a aimé, Dieu a même tant aimé le monde qu'Il a donné son Fils unique pour le salut de celui qui croit (Jean 3. 16). Jésus-Christ le Fils de Dieu “nous a aimés et s'est livré lui-même pour nous” (Éphésiens 5. 2). Les anges ont proclamé ces mots le jour de la naissance de Jésus : “Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, et paix sur la terre parmi les hommes qu'il agrée !” (Luc 2. 14).

Acceptons l'Amour gratuit et désintéressé de Dieu pour chacun de nous. Croyons entièrement en son Fils Jésus-Christ pour être pardonnés de toutes nos fautes, pour recevoir la paix et nous réjouir pour toujours en l'Éternel Dieu et pour vivre éternellement dans sa Gloire, dans le Paradis. Entretenons cet amour par la lecture de sa Parole, la Bible. Proclamons-la inlassablement. Vivons ce jour de Noël en pensant à ceux qui, à cette époque de l'année, éprouvent aussi une grande solitude.

Écrire un commentaire

Un Sauveur nous est né !

23 Décembre 2016 Publié dans #La Venue de Jésus

Lire Luc 2 : 1-19

Jésus-Christ, le Roi de gloire, s’abaissa profondément pour revêtir notre humanité et vivre au milieu des êtres humains pécheurs. Il dut voiler sa gloire pour que la majesté de sa forme extérieure n’attirât pas les regards. Seule la beauté de la vérité céleste doit captiver ceux qui désirent le suivre. Longtemps à l’avance, le caractère du Messie avait été décrit dans la prophétie (Ésaïe 53) et il voulait être accepté des êtres humains sur le simple témoignage de la Parole de Dieu. Joseph et Marie ne sont ni reconnus, ni honorés dans leur cité royale. Fatigués et sans abri, ils parcourent la longue rue étroite, depuis la porte de la cité jusqu’à son extrémité orientale, cherchant en vain un lieu de repos pour la nuit. Il n’y a pas de place pour eux dans l’auberge encombrée. Sous un grossier hangar servant d’abri au bétail, ils trouvent enfin un refuge, et c’est là que naîtra le Rédempteur du monde. Les cieux s’emplissent de joie. Un intérêt plus profond et plus tendre attire vers la terre les anges qui peuplent le monde de la lumière. L’univers tout entier est illuminé de la présence du Sauveur. Une multitude d’anges annoncent la bonne nouvelle de la naissance du Sauveur.
Des rayons de splendeur, émanant du trône de Dieu, resplendiront sur ceux qui sont à la recherche de la lumière et disposés à l’accepter avec bonheur.
Dans les champs, des bergers veillaient la nuit. « Un ange du Seigneur leur apparut, et la gloire du Seigneur resplendit autour d’eux. Ils furent saisis d’une grande crainte. Mais l’ange leur dit : Soyez sans crainte; car je vous annonce la bonne nouvelle d’une grande joie pour tout le peuple: aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur » (Luc 2. 8-11). L’ange les prépare à reconnaître leur Sauveur dans la pauvreté et l’humiliation. «Et ceci sera pour vous un signe: vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une crèche » (Luc 2 : 12).
Maintenant la joie et la gloire ne pouvaient pas rester cachées plus longtemps. Toute la plaine fut illuminée par le resplendissement des armées divines. La terre fit silence, et le ciel se pencha pour écouter le chant : « Gloire à Dieu dans les lieux très hauts, Et paix sur la terre parmi les hommes qu’il agrée ! » (Luc 2 : 14).
Oh ! si la famille humaine pouvait aujourd’hui reconnaître ce chant ! La proclamation faite alors, la mélodie entonnée, retentira jusqu’à la fin des temps et jusqu’aux extrémités de la terre. Et quand le Soleil de justice se lèvera, ayant la guérison sous ses ailes, ce chant sera entonné à nouveau par la grande multitude, dont la voix pareille au bruit des grosses eaux dira: “Alléluia ! Car le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, a établi son règne.” (Apocalypse 19. 6)

Y a-t-il quelque chose qui puisse surpasser l'incarnation (Dieu prenant la forme humaine) ? Celui qui “habite la lumière inaccessible, lui qu’aucun des hommes n'a vu, ni ne peut voir” (1 Timothée 6. 16), “a été manifesté en chair… vu des anges” (3. 16). Ses disciples, le cœur rempli d'adoration, ont pu dire : “Ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la Parole de la vie… nous vous l'annonçons” (1 Jean 1. 1, 3).

De plus, la manière dont a eu lieu cette incarnation est aussi merveilleuse que le fait lui-même. Nous lisons en effet: “Vous trouverez un petit enfant emmailloté et couché dans une crèche”. Dieu s'est approché de nous, au plus profond de notre faiblesse et de notre pauvreté. Dieu a choisi Bethléhem, bien que “petite entre les milliers de Juda” (Michée 5. 2). Et même ainsi, Il n'est pas descendu dans une humble hôtellerie de village, mais a choisi un abri dans une étable de Bethléhem. Et là, Jésus vint au monde et couché dans une crèche. Oui, un Sauveur nous né.

Écrire un commentaire

Jésus-Christ, Celui dont le monde n'a pas voulu

6 Février 2016 Publié dans #La Venue de Jésus, #La croix

"Jésus donc sortit, portant la couronne d'épines et le manteau de pourpre. Il sortit, portant sa croix, et s'en alla au lieu appelé lieu du Crâne... où ils le crucifièrent" (Jean 19. 5, 17)

Marie coucha Jésus dans une crèche parce qu'il n'y avait pas de place pour eux dans l'hôtellerie (Luc 2. 7). Jésus-Christ rendit visite à notre monde sans y trouver un lieu pour reposer sa tête (Matthieu 8. 20). Et Jésus mourut, cloué sur une croix, comme si la terre refusait de Lui laisser poser les pieds sur elle.
Jésus sortit du tribunal, le corps meurtri par un fouet, portant une couronne d'épines sur la tête et vêtu, par dérision, d'un vêtement royal. On lui donnait des gifles, on crachait sur Lui, et on criait à Pilate : Ote, crucifie-Le ! Il doit mourir ! Un tel déchaînement de violence et de haine nous serre le cœur. Le monde entier, représenté par Pilate, va commettre son plus grand crime : en crucifiant Jésus le Messie venu sur la terre pour le Salut de quiconque croit.
« Jésus sortit, portant sa croix » (Jean 19. 17). Il sort, chassé de sa ville par les habitants. La douleur profonde que Jésus-Christ dut éprouver en franchissant la porte de Jérusalem, la ville que Dieu avait choisie pour y faire habiter son Nom, nous ne pouvons pas la connaître. Rien n'est épargné à Jésus : bien que son corps soit meurtri par les coups, on met la croix sur son épaule. Le monde l'avait rejeté, le peuple demande sa crucifixion.
On pourrait s'étonner que Dieu ait supporté un tel déversement de haine sur son Fils bien-aimé. Pourtant il n'y a qu'une réponse : « Dieu a tant aimé le monde, qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui... ait la vie éternelle » (Jean 3. 16).

Écrire un commentaire

La parfaite humanité de Jésus

25 Décembre 2015 Publié dans #La Venue de Jésus

"Vous connaissez la grâce de notre Seigneur Jésus Christ, comment, étant riche, il a vécu dans la pauvreté pour vous, afin que par sa pauvreté vous soyez enrichis" (2 Corinthiens 8. 9). "Voici, la vierge concevra et elle enfantera un fils, et appellera son nom Emmanuel" (Ésaïe 7. 14).

Voici un peu plus de deux mille ans, une mère appelée Marie prit le bébé qu'elle venait de mettre au monde, l'emmaillota et le coucha dans une crèche parce qu'il n'y avait "pas de place pour eux dans l'hôtellerie" (Luc 2 : 7). C'est ainsi que Jésus a commencé sa vie d'homme sur la terre. Par amour, le Créateur s'était fait semblable à sa créature. Il est entré dans le monde à la manière de tous les humains, par la naissance. Il l'a quitté d'abord en entrant dans la mort pour expier les péchés de tous ; mais celle-ci ne pouvait pas le retenir : il l'a vaincue, ce que proclame sa résurrection.
Jésus, dans la crèche, était sans apparence. Mais l'ange Gabriel avait déclaré : 'Il sera grand" (Luc 1 : 32). Grand, parce qu'Il est le Fils de Dieu, le Créateur, le Messie, le Sauveur du monde. Grand, parce que par amour pour nous pécheurs, Jésus a voulu quitter les splendeurs célestes, et a accepté d'être le méprisé des êtres humains. Il a franchi la distance qui séparait le plus haut des cieux de la créche de Bethléem, puis celle qui descendait jusqu'au Calvaire ! L'apôtre Paul a écrit : "Il s'est anéanti lui-même (en devenant un homme)... Il s'est abaissé lui-même (en acceptant de mourir sur la croix). C'est pourquoi aussi Dieu l'a haut élevé et lui a donné un nom au-dessus de tout nom, afin qu'au nom de Jésus se ploie tout genou... et que toute langue confesse que Jésus Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père" (Philippiens 2 : 7-11).

Écrire un commentaire
1 2 > >>